Amnesty International Suisse
Accueil Pays Asie - Pacifique Népal Documents 2009 Action defenseuse droits des femmes
Népal - Rita Mahato

Défenseuse des droits des femmes menacée

Rita Mahato
Rita Mahato

Conseillère en matière de santé au Centre de réinsertion des femmes (WOREC) du district de Sihara, au Népal, Rita Mahato a reçu des menaces de mort, de viol et d’enlèvement en raison de son travail auprès des femmes affectées par la violence.

Sa mission au WOREC consiste notamment à recueillir des informations sur des cas de violence contre les femmes. Elle signale des affaires à la police, contribue à l’arrestation des auteurs de ces actes en fournissant des éléments de preuve et apporte une aide médicale et juridique aux femmes. Son travail lui vaut d’être prise pour cible par des habitants de la région.

En juin 2007, un groupe de 60 à 70 hommes est venu au siège du WOREC. Ils ont menacé de viol et de mort Rita Mahato ainsi que d’autres personnes travaillant au centre, et leur ont enjoint de quitter le village dans les cinq jours. Ce même mois de juin, une vingtaine de personnes ont lancé des briques contre les locaux et le personnel du WOREC. Ces incidents ont été signalés à la police et une demande de protection a été déposée, mais aucune mesure n’a été prise à ce jour.

Rita Mahato continue de recevoir des menaces et d’être soumise à la discrimination dans son village en raison de son travail pour le WOREC. Bien qu’elle risque sa vie, elle poursuit son action de défense des droits des femmes.


Revendications de l'action terminée

 

Monsieur,

Conseillère en matière de santé au Centre de réinsertion des femmes (WOREC) du district de Sihara, au Népal, Rita Mahato a reçu des menaces de mort, de viol et d’enlèvement en raison de son travail auprès des femmes affectées par la violence.

En juin 2007, un groupe de 60 à 70 hommes est venu au siège du WOREC. Ils ont menacé de viol et de mort Rita Mahato ainsi que d’autres personnes travaillant au centre, et leur ont enjoint de quitter le village dans les cinq jours. Ce même mois de juin, une vingtaine de personnes ont lancé des briques contre les locaux et le personnel du WOREC. Ces incidents ont été signalés à la police et une demande de protection a été déposée, mais aucune mesure n’a été prise à ce jour. Rita Mahato continue de recevoir des menaces et d’être soumise à la discrimination dans son village en raison de son travail pour le WOREC.

Je suis très préoccupé·e par cette situation et vous prie, Monsieur, de mettre en œuvre toutes les mesures envisageables pour que les femmes défenseuses des droits humains comme Rita Mahato puissent mener à bien leur mission en toute sécurité, sans crainte de subir des représailles. Je vous demande également d'élaborer un plan national d’action pour l’application de la Déclaration des Nations unies sur les défenseur·e·s des droits humains et vous prie instamment d'ouvrir sans délai une enquête impartiale et exhaustive sur les menaces contre Rita Mahato et sur les attaques lancées contre les locaux et le personnel du WOREC.

Dans cette attente, je vous prie de croire, Monsieur, en l’expression de ma haute considération.

Proposition de lettre 2 et revendications

Monsieur le Président,

Conseillère en matière de santé au Centre de réinsertion des femmes (WOREC) du district de Sihara, au Népal, Rita Mahato a reçu des menaces de mort, de viol et d’enlèvement en raison de son travail auprès des femmes affectées par la violence.

En juin 2007, un groupe de 60 à 70 hommes est venu au siège du WOREC. Ils ont menacé de viol et de mort Rita Mahato ainsi que d’autres personnes travaillant au centre, et leur ont enjoint de quitter le village dans les cinq jours. Ce même mois de juin, une vingtaine de personnes ont lancé des briques contre les locaux et le personnel du WOREC. Ces incidents ont été signalés à la police et une demande de protection a été déposée, mais aucune mesure n’a été prise à ce jour. Rita Mahato continue de recevoir des menaces et d’être soumise à la discrimination dans son village en raison de son travail pour le WOREC.

Je suis très préoccupé·e par cette situation et vous prie, Monsieur le Président, de mettre en œuvre toutes les mesures envisageables pour que les femmes défenseuses des droits humains comme Rita Mahato puissent mener à bien leur mission en toute sécurité, sans crainte de subir des représailles. Je vous demande également d'élaborer un plan national d’action pour l’application de la Déclaration des Nations unies sur les défenseurs des droits de l'homme et vous prie instamment d'ouvrir sans délai une enquête impartiale et exhaustive sur les menaces contre Rita Mahato et sur les attaques lancées contre les locaux et le personnel du WOREC.

Dans cette attente, je vous prie de croire, Monsieur le Président, en l’expression de ma haute considération.

Cette lettre fait partie des «Lettres contre l’oubli» de novembre 2009.
Retour au sommaire des «Lettres contre l’oubli»| Télécharger le fichier Word | S'inscrire pour recevoir un e-mail chaque mois avec les nouvelles lettres

Ça ne m'arrive pas à moi. Mais ça existe.

Gifles. Coups de pieds. Décharges électriques. Ça ne t’arrive pas à toi, mais ça existe.

Soutenir l’action d’Amnesty contre la torture.