Questions fréquentes

Trouvez ici les réponses aux questions que vous vous posez sur l’éducation aux droits humains.
Qu’est-ce que l’éducation aux droits humains ?

L’éducation aux droits humains est une activité volontaire et participative visant à donner aux personnes, groupes et associations les moyens d’agir grâce à l’acquisition de connaissances, de compétences et d’attitudes conformes aux principes relatifs aux droits humains universellement reconnus.

En tant que processus à moyen et long terme, l’éducation aux droits humains cherche à développer et à intégrer les dimensions cognitives, affectives et psychologiques liées aux droits humains – et notamment l’esprit critique. Son objectif est de créer une culture qui favorise le respect des droits humains pour tous et toutes et l’action visant à les défendre et à les promouvoir.

L’éducation aux droits humains est définie dans la Déclaration des Nations unies sur l’éducation et la formation aux droits de l’homme de 2011 à l’article 2 :

« L’éducation et la formation aux droits de l’homme englobe l’ensemble des activités d’éducation, de formation, d’information, de sensibilisation et d’apprentissage visant à promouvoir le respect universel et effectif de tous les droits de l’homme et de toutes les libertés fondamentales et à contribuer ainsi, entre autres, à prévenir les atteintes aux droits de l’homme en permettant aux personnes de développer leurs connaissances, leurs compétences et leur compréhension de ces droits et en faisant évoluer leurs attitudes et comportements, en vue de leur donner les moyens de contribuer à l’édification et à la promotion d’une culture universelle des droits de l’homme »

Pourquoi Amnesty International s’investit pour l’éducation aux droits humains ?

L’éducation aux droits humains fait partie des objectifs stratégiques d’Amnesty International. Nous sommes persuadé·e·s que l’instauration et la promotion d’une culture des droits humains permettent de lutter contre les causes sous-jacentes des injustices, de la violence et des discriminations.

Quelle méthode didactique est utilisée dans l’éducation aux droits humains ?

L’éducation aux droits humains c’est :

  • Apprendre sur les droits humains – lien avec la transmission de savoir, à la tête, aux connaissances et compétences.
  • Apprendre à travers/par les droits humains – on cherche à changer des attitudes, à toucher le cœur, l’affectif, les valeurs et comportements.
  • Apprendre pour les droits humains – il s’agit de la partie action et mobilisation qui passent par les mains; les personnes se reconnaissent comme des actrices du changement.

Pour cela, nous discutons avec les apprenant·e·s et les encourageons à réfléchir à leur propre rôle à l’égard de la protection des droits humains. Nous cherchons toujours à faire le lien avec la vie quotidienne, de partir des connaissances et des expériences préalables des participant·e·s pour rendre les droits humains réels et concrets. Il est essentiel pour nous de montrer différentes perspectives et favoriser la compréhension de phénomènes complexes et globaux. Nous intégrons des éléments pratiques et théoriques dans nos ateliers.

En plus des objectifs d’apprentissages cognitifs, nous mettons également en pratique les compétences interdisciplinaires des personnes, comme par exemple : argumenter, changer de perspective, réfléchir à sa propre attitude, faire des liens avec le la vie de tous les ours. Cette approche aide les apprenant·e·s à développer un point de vue critique et à reconnaître qu’il existe différentes manières de voir un sujet.

Nous comprenons l’éducation aux droits humains comme un enseignement holistique. Il ne s’agit pas seulement de transmettre des connaissances, mais également de remettre en question les attitudes et d’identifier les possibilités d’agir. Les trois dimensions (tête, cœur, mains) sont interconnectées et interdépendantes. Ainsi, les apprenant·e·s peuvent mieux se rendre compte du sens des droits fondamentaux dans leur vie quotidienne et percevoir leur rôle d’acteurs sociaux. Il faut donc dépasser le constat des situations de violations de droits humains, qui peut être décourageant, et donner des moyens d’agir.

Comment parlons-nous du travail d’Amnesty International dans les classes ?

En début d’atelier, nous présentons brièvement l’origine et la création d’Amnesty International. Au terme de l’atelier, nous informons les élèves de 15 à 26 ans du réseau de jeunes activistes Amnesty YOUTH, pour celles et ceux qui souhaiteraient s’engager de manière indépendante et volontaire.

L’objectif de l’éducation aux droits humains est avant tout de favoriser une culture des droits humains. Nos ateliers en classes ne servent en aucun cas à mener campagne, à persuader les jeunes ou encore à recruter des membres.

Comment Amnesty International s’assure de la qualité de son offre d’éducation aux droits humains pour les classes du secondaire I et II ?

Nous évaluons nos ateliers en demandant un feedback aux trois groupes de personnes concernées :

  1. Les élèves, via leur opinion anonyme sur post-it à la fin de l’atelier
  2. Le corps enseignant, via un formulaire en ligne envoyé après l’atelier
  3. L’équipe d’animation, via un questionnaire rempli suite à l’atelier

Sur la base de ces évaluations, nous adaptons continuellement nos ateliers et proposons de nouvelles offres. Notre équipe d’animation se forme régulièrement sur de nouvelles thématiques ou techniques d’animations et doit avoir de l’expérience dans l’enseignement ou le travail avec les jeunes. L’équipe a suivi une formation de plusieurs jours avant d’intervenir dans une classe pour Amnesty International.

Que disent les plans d’étude sur l’éducation aux droits humains ?

Le Lehrplan21, qui est le premier plan d’études concernant la scolarité obligatoire applicable à toute la Suisse alémanique, considère l’éducation et la formation aux droits humains et aux droits de l’enfant comme des thèmes transversaux. De son côté, le plan d’études romand (PER) a donné des objectifs pédagogiques à atteindre progressivement au cours de la scolarité aux thématiques de « pratiques citoyenne et droits fondamentaux ».

La fondation éducation21, qui coordonne et promeut l’éducation en vue d’un développement durable (EDD) en Suisse, agit en tant que centre de compétence national pour le secondaire I et le secondaire II sur mandat de la Conférence des directeurs cantonaux de l’instruction publique, de la Confédération et des institutions privées. L’éducation aux droits humains est une pierre angulaire de l’éducation en vue d’un développement durable.

Quelles sont les bases légales pour faire de l’éducation aux droits humains en Suisse ?

Pacte International relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, article 13.

Convention relative aux droits de l’enfant, article 28 et 29.

Charte du Conseil de l’Europe sur l’éducation à la citoyenneté démocratique et sur l’éducation aux droits humains  adoptée en 2010 sous la présidence de la Suisse.

Programme mondial d’éducation aux droits de l’homme en cours depuis 2005.

Déclaration sur l’éducation aux droits de l’homme adopté par l’Assemblée générale le 19 décembre 2011.