© Droits réservés
© Droits réservés

URGENT ACTION Action lettre: Azerbaïdjan Il faut abandonner les poursuites contre Gubad Ibadoghlu et le libérer

UA 077/23-3 I Agir jusqu'au 7 août 2024 I (Mise à jour du: 15.5.2024) I AI-Index: EUR 55/8048/2024
Le 22 avril 2024, après 274 jours passés en détention, le célèbre économiste et militant politique azerbaïdjanais Gubad Ibadoghlu a été placé en résidence surveillée. Cette décision a été prise à la suite de la dégradation de son état de santé, notamment liée à son diabète et ses troubles cardiaques. Cependant, il continue d’être privé de liberté et n’est pas autorisé à se rendre à l’étranger pour bénéficier des soins médicaux dont il a besoin.

Agir maintenant :

Send Email

Les poursuites injustifiées engagées contre Gubad Ibadoghlu s’inscrivent dans la politique répressive menée par les autorités azerbaïdjanaises vis-à-vis des défenseur·e·s des droits humains, des personnes critiquant le gouvernement, des médias indépendants et de toute forme d’opposition.

Pour plus d'informations, cliquez sur INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES:

Gubad Ibadoghlu est un économiste et militant politique azerbaïdjanais de renom. Il est le président du Mouvement pour la démocratie et la prospérité de l’Azerbaïdjan, créé en 2014 et que les autorités azerbaïdjanaises ont arbitrairement refusé d’enregistrer en tant que parti politique. Il a été chercheur invité à la London School of Economics et a dirigé l’Economic Research Center, une ONG ayant effectué des recherches sur la gestion des finances publiques, la bonne gouvernance et la transparence budgétaire. Les autorités azerbaïdjanaises ont arbitrairement fermé l’Economic Research Center et gelé ses comptes bancaires en 2014, dans le cadre d’un renforcement des restrictions imposées à la société civile du pays. Gubad Ibadoghlu a pris le chemin de l’exil politique en 2017, mais il est revenu en Azerbaïdjan en 2023 pour rendre visite à sa famille.

Le 23 juillet 2023, des policiers ont arrêté Gubad Ibadoghlu et son épouse, Irada Bayramova, alors qu’ils se rendaient en voiture à Sumgayit, une ville située à une quarantaine de kilomètres de la capitale, Bakou, pour rencontrer des jeunes militant·e·s du Mouvement pour la démocratie et la prospérité de l’Azerbaïdjan. Quatre voitures banalisées ont encerclé leur véhicule et l’ont forcé à s’arrêter en le percutant à l’avant et à l’arrière.

Selon leur enfant, Zhala Bayramova, 20 officiers en civil « les ont forcés à sortir de leur voiture et les ont agressés physiquement, puis les ont contraints à monter dans des voitures séparées et les ont conduits devant l’Unité de lutte contre le crime organisé du ministère de l’Intérieur à Bakou ». Après avoir été libérée le soir même, Irada Bayramova présentait plusieurs hématomes sur les bras, les jambes et le dos. Gubad Ibadoghlu a porté plainte contre les mauvais traitements qu’ils ont subis, allégations qui sont restées lettre morte.

D’après la déclaration officielle faite par le ministère azerbaïdjanais de l’Intérieur le 23 juillet, l’arrestation de plusieurs personnes, dont Gubad Ibadoghlu, s’inscrivait dans une opération contre les partisan·e·s de Fethullah Gülen, dignitaire religieux turc en exil que les autorités turques ont qualifié, avec ses sympathisant·e·s, d’« organisation terroriste ». La police aurait saisi 40 000 dollars des États-Unis en espèces, entre autres, dans les bureaux de l’Economic Research Center. Elle a également perquisitionné le domicile de Gubad Ibadoghlu et d’Irada Bayramova et brièvement détenu le frère de Gubad Ibadoghlu, Gabid Baymalov.

Le 22 avril 2024, après 274 jours passés en détention, Gubad Ibadoghlu a été libéré du centre de détention provisoire de Kurdekhani et placé en résidence surveillée. Son avocat estime que cette décision a été prise au vu de la dégradation de son état de santé et de l’absence d’examens et de soins médicaux disponibles au centre de détention. Ses proches ont indiqué que Gubad Ibadoghlu souffre de multiples problèmes de santé, dont des troubles cardiaques, un diabète de type 2, une maladie rénale et de puissantes douleurs lombaires, et que son état de santé se détériore rapidement. Selon eux, bien que sa glycémie et son état de santé général se soient considérablement aggravés, il n’a pas passé les examens médicaux nécessaires en vue de déterminer les causes et d’établir un plan de traitement adapté. Pendant son séjour au centre de détention, certains des médicaments qu’il prenait régulièrement avant son arrestation ne lui étaient pas administrés, tandis que d’autres lui étaient donnés de manière irrégulière, ce qui augmentait le risque d’accident vasculaire cérébral et de développement de maladies cardiaques et d’autres affections potentiellement mortelles.

Les poursuites injustifiées engagées contre Gubad Ibadoghlu s’inscrivent dans la politique répressive menée par les autorités azerbaïdjanaises vis-à-vis des défenseur·e·s des droits humains, des personnes critiquant le gouvernement, des médias indépendants et de toute forme d’opposition. Les critiques à l’égard des autorités sont systématiquement réprimées, et celles et ceux qui osent défier le gouvernement sont visés par des accusations forgées de toutes pièces, des procès inéquitables et de longues peines d’emprisonnement. Amnesty International a déjà montré que les autorités azerbaïdjanaises ont cherché à débarrasser le pays de toutes les voix critiques en amont de grands événements internationaux que l’Azerbaïdjan accueillait. Il s’agit d’un schéma familier, notamment observé à l’approche de la Conférence des Nations unies sur le changement climatique (COP 29), que le pays accueillera en novembre 2024 à Bakou.

Passez à l'action !

Envoyez un appel en utilisant vos propres mots ou en vous inspirant du modèle de lettre à disposition ci-bas. Sous DOCUMENTS ACTUELS vous trouverez aussi des modèles de lettre déjà prêts pour imprimer.

Passez à l'action dans les réseaux sociaux. (Voir les infos ci-bas dans l'onglet correspondant)

Merci d'agir avant le 7 août 2024.
Veuillez écrire de préférence en azéri, anglais, russe ou dans votre propre langue.
 

Monsieur le Président,

Je vous écris pour demander la libération immédiate et inconditionnelle de Gubad Ibadoghlu, universitaire et militant politique de premier plan, et l’abandon de toutes les poursuites engagées contre lui. Il a été arrêté le 23 juillet 2023 sur la base d’accusations forgées de toutes pièces, vraisemblablement en représailles de son travail de lutte contre la corruption et de ses critiques à l’égard des autorités azerbaïdjanaises. Le 22 avril, il a enfin été libéré du centre de détention provisoire de Kurdekhani et placé en résidence surveillée. Cependant, il est toujours privé de liberté et continue de faire face à des accusations fallacieuses de production, acquisition ou vente de fausse monnaie par un groupe organisé ainsi que d’«extrémisme».

Selon ses proches, Gubad Ibadoghlu souffre de multiples problèmes de santé, dont des troubles cardiaques, un diabète de type 2, une maladie rénale et de puissantes douleurs lombaires, et son état de santé s’est gravement détérioré en détention. Son avocat estime que la décision de le placer en résidence surveillée a été prise en raison de son état de santé alarmant. Bien que cette assignation à domicile soit une amélioration de sa situation, il ne peut toujours pas bénéficier de tous les soins médicaux dont il a besoin en urgence.

Je vous prie donc instamment de prendre toutes les dispositions nécessaires afin que toutes les charges retenues contre Gubad Ibadoghlu soient abandonnées et qu’il soit autorisé à quitter le pays pour recevoir des soins de santé adaptés à l’étranger. Dans l’attente de sa libération, les autorités doivent lui permettre de bénéficier de soins adaptés en Azerbaïdjan, notamment en autorisant un médecin étranger de son choix à lui rendre visite chez lui. Je vous appelle également à mettre fin à l’utilisation abusive du système de justice pénale azerbaïdjanais pour cibler les personnes qui critiquent le gouvernement et les dissident·e·s. Toutes les poursuites motivées par des considérations politiques qui visent des défenseur·es des droits humains, des militant·e·s et des journalistes en Azerbaïdjan doivent être abandonnées immédiatement.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma très haute considération.
 

Dear President,

I am writing to demand immediate and unconditional release of Gubad Ibadoghlu, a prominent academic and political activist, and that all charges against him are dropped. He was detained on 23 July 2023 on fabricated charges in an apparent retaliation for his anti-corruption work and criticism of the Azerbaijani authorities. On 22 April, he was finally released from the Kurdakhani detention centre and moved to a house arrest. However, he is still deprived of liberty and continues to face the trumped-up charges of production, acquisition or sale of counterfeit money by an organized group as well as «extremism».

According to his family, Gubad Ibadoghlu’s medical conditions include a heart disease, type 2 diabetes, kidney disease, severe lower back pain, and his health has seriously deteriorated in detention. According to his lawyer, the decision to move Gubad Ibadoghlu to house arrest was based on his critical health conditions. Although the house arrest is a positive development in his case, he is still unable to receive proper medical care that he requires urgently.

I urge you to take all necessary steps to ensure that all charges against Dr Gubad Ibadoghlu are dropped and that he is allowed to leave the country to access adequate healthcare abroad. Meanwhile, he should be allowed access to adequate care in Azerbaijan including allowing a foreign doctor of his choice to visit him at home. I also urge you to end the misuse of the criminal justice system in Azerbaijan to target government critics and dissidents. All politically motivated charges against human rights defenders, activists and journalists in Azerbaijan should be immediately dropped.

Yours sincerely,
 

Tag @presidentaz (Official twitter account of President Aliyev) on Twitter to share the link to the UA and/or raise our calls.

Suggested tweets:
@presidentaz Free Arrested Azerbaijani Academic Gubad Ibadoghlu [insert link to UA]

#FreeGubadIbadoghlu

 
The copy of the UA can also be posted on President’s Facebook and Instagram pages:
https://www.facebook.com/PresidentIlhamAliyev
https://www.instagram.com/presidentaz/

APPEls à

Président de l’Azerbaïdjan
Ilham Aliyev
Office of the President of Azerbaijan
19 Istiqlaliyyat Street, Baku AZ1066
Azerbaïdjan

E-mail: [email protected] (Le meilleur moyen de joindre le président Aliyev est par E-mail)

Une copie de l'Action urgente peut également être envoyée sur le site officiel du Président :
https://president.az/en/letters/rules


cOPIEs à

Ambassade de la République d’Azerbaïdjan
Kramburgstrasse 10
3006 Berne

Fax: 031 350 50 41
E-mail: [email protected]

 

Documents actuels

MODÈLES DE LETTRE PRÊTS À IMPRIMER/TÉLÉCHARGER
Cliquer sur la version souhaitée

MODÈLE DE LETTRE FRANÇAIS 077/23-3 (Word)
MODEL LETTER ENGLISH 077/23-3 (Word)


CETTE ACTION URGENTE COMPLÈTE (DOCUMENT WORD)
Page 1 informations, page 2 modèle de lettre
UA 077/23-3 – FRANÇAIS
UA 077/23-3 – ENGLISH

 


English version (click on title to open):

On 22 April 2024, after 274 days in detention, prominent Azerbaijani economist and political activist Gubad Ibadoghlu was moved to house arrest. The decision to transfer him to house arrest was based on his deteriorating health, including diabetes and a heart condition. However, he continues to be deprived of liberty, and is not allowed to leave Azerbaijan to receive the medical care he requires.

Gubad Ibadoghlu is a well-known Azerbaijani economist and political activist. He is the chairperson of the Azerbaijan Democracy and Prosperity Movement, established in 2014, that has been arbitrarily denied registration as a political party by the Azerbaijani authorities. He was a senior visiting scholar at the London School of Economic and led the Economic Research Centre, an NGO that conducted research on public finance management, good governance, and budget transparency. The Azerbaijani authorities arbitrarily closed the Economic Research Centre and froze its bank accounts in 2014, as part of tightening restrictions on Azerbaijan’s civil society. Gubad Ibadoghlu went into political exile in 2017 but returned to Azerbaijan in 2023, to visit his family.

On 23 July 2023, police officers arrested Gubad Ibadoghlu and his wife, Irada Bayramova, while they were driving to meet youth activists from the Azerbaijan Democracy and Prosperity Movement in Sumgayit, a city about 40 kilometres from capital Baku. Four unmarked cars surrounded their vehicle and forced it to stop by ramming it from the front and the rear.

According to their child, Zhala Bayramova, 20 plain-clothed officers «forced the couple out of their car, and physically assaulted them, then forced them into separate cars and drove them to the Interior Ministry’s Organized Crime Unit in Baku». After being released later that day, Irada Bayramova had multiple bruises to her arms, legs and back. Gubad Ibadoghlu filed a complaint about their ill-treatment, which was left unaddressed.

According to the Azerbaijani Ministry of Interior official statement made on the same day, the arrest of several people, including Gubad Ibadoghlu, is a part of an operation against supporters of Fethullah Gülen, the exiled Turkish cleric who the Turkish authorities along with his supporters, have designated as «terrorist organization». Police allegedly seized US$ 40,000 in cash, among other things, from the office of the Economic Research Centre. They also raided Gubad Ibadoghlu and Irada Bayramova’s home and briefly detained Ibadoghlu’s brother, Gabid Baymalov.

On 22 April 2024, after 274 days in detention, Gubad Ibadoghlu was released from the detention centre and moved to house arrest. According to his lawyer, the decision was based on Gubad Ibadoghlu's deteriorating health condition and the lack of medical examinations and care at the detention centre. According to his family, Gubad Ibadoghlu’s medical conditions include heart disease, type 2 diabetes, kidney disease, severe lower back pain, and his health is quickly deteriorating. According to his family, while his blood sugar levels and general health conditions have sharply worsened, he has not had appropriate medical examinations to determine the causes and the correct treatment plan. While at the detention centre, he was not given some of the medication he was regularly taking before his arrest, while other medications were given on an irregular schedule, which increased his risk of a stroke and of developing further heart disease and other life-threatening conditions.

Gubad Ibadoghlu’s unfounded prosecution is part of the Azerbaijani authorities’ ongoing crackdown on human rights defenders, government critics, independent media and all dissent. Criticism of the authorities is routinely met with repression, and those who dare to challenge the government face trumped up charges, unfair trials and lengthy prison sentences. Amnesty International has documented previously how the Azerbaijani authorities sought to rid the country of all critical voices ahead of major international events Azerbaijan was hosting. This is a familiar pattern observed ahead of the 2024 UN Climate Change Conference (COP 29), which the country will host in November 2024 in Baku.


Take action

Write an appeal in your own words or use the model letter below. You find a ready-to-print model letter under
DOCUMENTS

Addresses (see above)

Please also take action on Social Media (guide see above).
Social Media

Please take action before 7 August 2024.
Preferred language: Azeri, English, Russian. You can also write in your own language.