URGENT ACTION Action lettre: Syrie / Action terminée Disparition d’une étudiante kurde en Syrie

UA 005/24 I Agir jusqu'au 25 mars 2024 I (UA active depuis: 29.01.2024) I AI-Index: MDE 24/7644/2024
Fidaa Mohammad Qassem, une étudiante en anglais âgée de 18 ans vivant à Kobani, une ville à majorité kurde sous le contrôle de facto de l’Administration autonome du nord-est de la Syrie (AANES), a été enrôlée de force dans les Unités de protection des femmes (YPJ), la force militaire féminine de l’AANES, en violation de la législation locale. Les autorités l’ont empêchée de communiquer avec sa famille, ce qui est contraire au droit international.

Le 6 avril 2023, Fidaa Mohammed Qassem revenait d’un cours d’anglais à Kobani lorsqu’elle a disparu. Un proche a déclaré à Amnesty International que des membres des YPJ avaient rendu une visite non officielle à la famille de Fidaa Mohammad Qassem environ deux semaines après sa disparition et avaient affirmé que la jeune fille avait volontairement choisi de rejoindre les YPJ. Les YPJ devraient révéler où se trouve Fidaa Mohammad Qassem et lui permettre s’entretenir avec sa famille.

L’Administration autonome du nord et de l’est de la Syrie (AANES) est l’autorité de facto qui contrôle la majeure partie du nord-est de la Syrie. Les forces militaires de l’AANES se composent des Forces démocratiques syriennes (FDS), une coalition de forces kurdes et arabes dirigée par les Unités de protection du peuple (YPG), dont font partie les Unités de protection des femmes (YPJ).

Un proche a déclaré à Amnesty International que le 6 avril 2023, Fidaa Mohammad Qassem, qui avait fêté ses 18 ans la veille, rentrait de son cours d’anglais dans le quartier 48 de Kobani lorsqu’elle a disparu. On ignore depuis lors ce qui est advenu d’elle. Une personne dont Amnesty International a recueilli les propos a déclaré qu’environ trois jours après sa disparition, un membre de sa famille a reçu des informations affirmant que Fidaa Mohammad Qassem avait été enrôlée dans les YPJ et demandant à la famille de mettre fin à ses recherches. Deux semaines plus tard, des membres des YPJ ont rendu visite à la famille de Fidaa Mohammad Qassem et l’ont informée que la jeune fille avait choisi de rejoindre leurs rangs de son propre chef. Ces personnes ont admis qu’elles surveillaient Fidaa Mohammad Qassem depuis un an. Ells ont par ailleurs refusé la demande de la famille de voir Fidaa ou de s’entretenir avec elle, ce qui est inhabituel étant donné que les conscrites sont autorisés à voir leurs proches et à leur parler.

Aux termes de la loi en vigueur dans le nord-est de la Syrie, sous le contrôle de l’AANES, les femmes peuvent volontairement rejoindre les YPJ, tandis que les hommes âgés de 18 à 40 ans doivent effectuer un service militaire obligatoire d’un an.

Passez à l'action !

Action lettre terminée (délai expiré). 
S'il y a de nouvelles informations sur la situation et/ou des nouvelles recommandations d’action, nous les publierons ici.