© Droits réservés / Amnesty International
© Droits réservés / Amnesty International

URGENT ACTION Action lettre: Afghanistan Un militant de l’éducation est arbitrairement détenu

UA 009/24-1 I Agir jusqu'au 9 juillet 2024 I (UA mise à jour du: 14.05.2024) I AI-Index: ASA 11/8045/2024
Le 17 octobre 2023, Ahmad Fahim Azimi et Seddiqullah Afghan, deux militants qui travaillent pour l’organisation éducative Fekre Behtar, ont été arrêtés arbitrairement dans leurs bureaux à Karta Char, à Kaboul, capitale de l’Afghanistan, et détenus au 40e district de la Direction générale du renseignement (GDI) des talibans. Seddiqullah Afghan a été libéré le 9 avril à la faveur d’une grâce accordée à des prisonniers à l’occasion de l’Aïd par le chef suprême des talibans, mais Ahmad Fahim Azimi demeure incarcéré à la prison de Pul-e-Charkhi. Accusé à tort de travailler contre les autorités talibanes de facto, il a été condamné à l’issue d’un procès inique par le tribunal de première instance des talibans à un an de prison. Son arrestation, sa détention arbitraire et son procès inique vont à l’encontre du droit international relatif aux droits humains. Cet homme doit être libéré immédiatement et sans condition.

Pour plus d'informations, cliquez sur INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES:

Le 17 octobre 2023, à 16 heures, les forces spéciales du 40e district de la Direction générale du renseignement (GDI) des talibans sont entrées dans les bureaux de Fekr Behtar et ont procédé à l’arrestation arbitraire d’Ahmad Fahim Azimi. Il a ensuite été conduit devant le tribunal pour livrer des «aveux» forcés, selon lesquels il aurait incité des femmes à manifester et aurait organisé des manifestations. Ahmad Fahim Azimi et sa famille réfutent ces allégations. Bien qu’ils aient plaidé son innocence, le 1er avril 2024, le tribunal de première instance des talibans l’a déclaré coupable et l’a condamné à un an de prison, à l’issue d’un procès inique et en l’absence d’une procédure régulière.

Suite à ce jugement, son père a eu une grave attaque, qui l’a plongé dans un état critique, nécessitant des soins médicaux constants et des soins intensifs. Il est actuellement hospitalisé et son pronostic vital est incertain. Le stress et l’angoisse générés par l’incarcération de son fils innocent ont aggravé son état de santé.

Ahmad Fahim Azimi est un militant du droit à l’éducation travaillant pour l’association Fekre Behtar, notoirement connue pour défendre le droit à l’éducation des filles et qui critique l’interdiction faite aux filles par les talibans de recevoir une éducation. Il travaille étroitement avec l’équipe nationale féminine de robotique dans la province de Hérat. Depuis deux ans, Fekre Behtar s’efforce de mener des activités éducatives en coordination avec les lois et les procédures de travail existantes, en proposant des formations aux filles afghanes dans les domaines des langues et de la robotique.

Ahmad Fahim Azimi et Seddiqullah Afghan ont été détenus dans le centre de détention du 40e District de la GDI pendant 72 jours. Ils sont semble-t-il accusés d’avoir aidé des filles de l’équipe nationale de robotique à quitter le pays, incité des femmes à manifester et organisé des manifestations. Au cours de ces 72 jours, les deux militants ont subi des tortures physiques et psychologiques, ainsi que d’autres formes de mauvais traitements. Ils ont été privés de sommeil et placés à l’isolement. Ils n’ont pas été autorisés à consulter un avocat pendant son interrogatoire ni à avoir accès à une assistance médicale. Seddiqullah Afghan a été libéré le 9 avril à la faveur d’une grâce accordée à des prisonniers à l’occasion de l’Aïd par le chef suprême des talibans.

La Mission d’assistance des Nations unies en Afghanistan (MANUA) a condamné l’arrestation arbitraire d’Ahmad Fahim Azimi et de Seddiqullah Afghan et demandé que cessent immédiatement les arrestations arbitraires, et que soient respectés les droits de recevoir des visites de leur famille, de consulter un avocat, de recevoir des soins et de bénéficier d’un procès équitable. La rapporteuse spéciale des Nations unies sur les défenseurs des droits de l’homme Mary Lawlor a réclamé la libération immédiate de ces deux militants. Des experts de l’ONU ont également réclamé la libération immédiate des défenseurs afghans des droits humains, le 22 avril 2024.

Passez à l'action !

Envoyez un appel en utilisant vos propres mots ou en vous inspirant du modèle de lettre à disposition ci-bas. Sous DOCUMENTS ACTUELS vous trouverez aussi des modèles de lettre déjà prêts pour imprimer.

Passez à l'action dans les réseaux sociaux. (Voir les infos ci-bas dans l'onglet correspondant)

Merci d'agir avant le 9 juillet 2024.
Veuillez écrire de préférence en anglais, dari, farsi et pachto ou dans votre propre langue.
 

Monsieur,

Je vous écris afin de vous faire part de ma vive inquiétude quant à l’arrestation et la détention arbitraires du militant de l’éducation Ahmad Fahim Azimi, qui collabore avec Fekre Behtar, une organisation reconnue pour son travail avec l’équipe féminine afghane de robotique et qui critique vivement les restrictions imposées par les talibans à l’éducation des femmes et des filles.

Le 17 octobre 2023, Ahmad Fahim Azimi a été arrêté par des membres du 40e District de la Direction générale du renseignement (GDI) des talibans, dans leurs bureaux à Karta Char, à Kaboul. Il a été détenu par le 40e district de la GDI pendant 72 jours à des fins d’interrogatoire. Il a été accusé à tort d’avoir aidé des filles de l’équipe nationale de robotique à quitter le pays, incité des femmes à manifester et organisé des manifestations. Ahmad Fahim Azimi et sa famille réfutent ces allégations. Au départ, le juge taliban a estimé que les résultats de l’interrogatoire n’étaient pas concluants et a ordonné son transfert à la prison de Pul-e Charkhi, jusqu’à ce que l’interrogatoire soit mené à terme. Toutefois, le 1er avril 2024, il a comparu devant le tribunal et a été reconnu coupable puis condamné à un an d’emprisonnement. Cette décision judiciaire, prise en l’absence de sa famille et sans respecter le droit à un procès équitable, ne leur a été annoncée que le 1er avril.

Du fait du calvaire enduré par Ahmad Fahim Azimi, son père a eu une grave attaque qui a nécessité son hospitalisation. En outre, je suis vivement préoccupé·e par le fait qu’Ahmad Fahim Azimi aurait subi des actes de torture et des mauvais traitements, notamment la privation de sommeil et le placement à l’isolement. Il est de plus en plus à craindre que ces atteintes ne perdurent.

La situation d’Ahmad Fahim Azimi constitue une violation flagrante des droits à la liberté d’expression et de réunion pacifique, mais aussi des droits à un procès équitable garantis au titre du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP), auquel l’Afghanistan est partie.

Je vous prie donc instamment de :

  • libérer immédiatement et sans condition Ahmad Fahim Azimi ;
  • respecter les obligations imposées par la Convention concernant la lutte contre la discrimination dans le domaine de l’enseignement, en permettant sans plus attendre aux filles de tous âges d’être scolarisées et de recevoir une éducation de même qualité que les garçons ;
  • mettre fin aux enlèvements, aux détentions arbitraires, à la torture et aux mauvais traitements visant les personnes qui défendent les droits humains et notamment celles qui font campagne de façon pacifique pour le droit à l’éducation.

Veuillez agréer, Monsieur, l’expression de ma haute considération.

 

Dear Mr. Abdul Haq Wasiq,

I am writing to express my deep concern about the arbitrary arrest and detention of education activist Ahmad Fahim Azimi who works with Fekre Behtar, an organization which is recognized for its work with the Afghan girls’ robotics team. The organization is also a vocal critic of the education restrictions the Taliban imposes on women and girls.

On 17 October 2023, Ahmad Fahim Azimi was arrested by members of the Taliban’s General Directorate of Intelligence (GDI) District 40 at their office in Karta Char, Kabul. He was kept in GDI District 40 for 72 days for interrogation. He is falsely accused of assisting girls from the national robotic team to leave the country, inciting women protestors, and organizing protests. Azimi and his families have refuted these allegations. Initially the Taliban judge deemed the interrogation findings inconclusive and ordered his transfer to Pul-e-Charkhi prison until completion of interrogation. However, on 1 April 2024, he was brought to the court where he was convicted and sentenced to one year in prison. This court decision was made in the absence of his family and fair trial, and it was announced to them only on 1 April.

Due to the ordeal Azimi has endured, his father suffered a severe stroke and is currently hospitalized. Additionally, I am gravely concerned that Azimi is reportedly subjected to torture and other ill-treatment, including sleep deprivation and solitary confinement. There are growing fears that these abuses will persist.

Ahmad Fahim Azimi’s situation represents a clear violation of the rights to freedom of expression, peaceful assembly, and a fair trial – rights that are guaranteed under the International Covenant on Civil and Political Rights, to which Afghanistan is a state party.

I therefore urge you to:

  • Immediately and unconditionally release Ahmad Fahim Azimi;
  • Uphold the obligations imposed under the Convention against Discrimination in Education by immediately allowing girls of all ages to attend school and receive education on an equal basis with boys;
  • Stop the practices of abduction, arbitrary detention, and torture and other ill treatment of people working to defend human rights including those peacefully campaigning for the right to education.

Yours sincerely,
 

Target the Taliban’s Twitter handles and call for the immediate and unconditional release of Azimi.
The relevant X/Twitter accounts:
@Zabehulah_M33
@GDI1415
@MoFA_Afg

#FreeAhmadFahimAzimi
#EndCrackdownondissent

Suggested Tweets:
On 1 April, the Taliban court convicted Ahmad Fahim Azimi and sentenced him to 1 year in prison based on a false accusation and through an unfair trial. He has been subjected to threats, harassment and arbitrary detention. He must be immediately and unconditionally released. @Zabehulah_M33, @GDI1415, @MoFA_Afg

UA 009/24 -SOCIAL MEDIA GRAPHIC
 

APPELS À

Directeur des renseignements:
Mr. Abdul Haq Wasiq
Director of Intelligence (Directeur des renseignements)
General Directorate of Intelligence (Direction générale du renseignement (GDI))
Chaharahi Zanbaq
Kabul
Afghanistan

X/Twitter: @Zabehulah_M33/ @GDI1415

Vous pouvez envoyer des lettres individuelles ou des lettres collectives signées par un groupe de personnes.
→ Partagez une photo de la lettre sur les réseaux sociaux et identifiez les réseaux sociaux des autorités talibanes de facto, voir sous
SOCIAL MEDIA.
→ You can send individual letters or group letters signed by group of people.
→ Share a photo of the sent letter in social media and tag the Taliban de facto authorities' social media, please see in SOCIAL MEDIA.


COPIES À

De-facto Minister of Foreign Affairs
Amir Khan Mutaqi
Foreign Minister
Ministry of Foreign Affairs
Ghazian Street Malek Asghar Square,
Kabul 1011, Afghanistan

E-Mail: [email protected]

-

Important : Veuillez ne pas adresser des copies/lettres à l'ambassade afghane. Les ambassades afghanes ne représentent pas les talibans.

 



Documents actuels

MODÈLES DE LETTRE PRÊTS À IMPRIMER/TÉLÉCHARGER
Cliquer sur la version souhaitée

MODÈLE DE LETTRE FRANÇAIS 009/24-1 (Word)
MODEL LETTER ENGLISH 009/24-1 (Word)


CETTE ACTION URGENTE COMPLÈTE (DOCUMENT WORD)
Page 1 informations, page 2 modèle de lettre
UA 009/24-1 – FRANÇAIS
UA 009/24-1 – ENGLISH
 


English version (click on title to open):

Ahmad Fahim Azimi and Seddiqullah Afghan, activists working with the education organization Fekre Behtar, were arbitrarily arrested at their office in Karta Char, Kabul, the capital of Afghanistan, by the Taliban’s General Directorate of Intelligence (GDI) District 40, on 17 October 2023. While Seddiqullah Afghan was released on 9 April under the Taliban’s supreme leader Eid pardon decision for prisoners, Ahmad Fahim Azimi is imprisoned in Pul-e-Charkhi prison. He is falsely accused of working against the Taliban de-facto authorities, convicted through an unfair trial by the Taliban primary court, and sentenced to one year in prison. His arrest, arbitrary detention, and unfair trial are against international human rights law. He must be immediately and unconditionally released.

On 17 October 2023, at 4 pm, the Taliban GDI District 40 special forces entered Fekr Behtar’s office and arbitrarily arrested Ahmad Fahim Azimi. Azimi was then brought to the court for forced confession for inciting women to protest and organizing protests. Both Azimi and his family denied these allegations. Despite their plea of Azimi’s innocence, on 1 April 2024, the Taliban primary court convicted Azimi and sentenced him to a year in prison following an unfair trial and lack of due process.

Following the court decision, Ahmad Fahim Azimi's father suffered a severe stroke. The stroke has left him in a critical condition, requiring constant medical attention and intensive care. He is currently hospitalized, and his prognosis is uncertain. The immense stress and anxiety over his son's wrongful imprisonment have exacerbated his health condition.

Ahmad Fahim Azimi is an education activist working with Fekre Behtar organization which is highly recognized for its advocacy for girls’ education and its criticism of the Taliban’s ban on girls’ education. Azimi has worked closely with the Afghan national robotic girls’ team in Herat province. Fekre Behtar has been working to carry out educational activities in coordination with existing working legislation and procedures for the past two years offering training for Afghan girls in the fields of languages and robotics.

Ahmad Fahim Azimi and Seddiqullah Afghan were held in the GDI District 40 detention centre for 72 days, allegedly accused of assisting girls from the national robotic team to leave the country, and inciting women to protest and organizing protests. In these 72 days, both activists endured physical and psychological torture as well as other forms of ill treatment. They have been deprived of sleep and kept in solitary confinement. They were not provided access to a lawyer during the interrogation period, nor access to medical support. Seddiqullah Afghan was released on 9 April under the Taliban’s supreme leader Eid pardon decision for prisoners.

The United Nations Assistance Mission to Afghanistan (UNAMA) have condemned Azimi and Afghan’s arbitrary arrest and called for an immediate end to arbitrary arrests, as well as for the rights to family visit, lawyers, care, and fair trial to be upheld. UN Special Rapporteur on human rights defenders Mary Lawlor has called for the immediate release of these two activists. UN experts also urged for the immediate release of Afghan rights defenders, on 22 April 2024.


Take action

Write an appeal in your own words or use the model letter below. You find a ready-to-print model letter under
DOCUMENTS

Addresses (see above)

Please also take action on Social Media (guide see above).
Social Media

Please take action before 9 July 2024.
Preferred language: English, Dari, Farsi and Pashto. You can also write in your own language.