© Droits réservés
© Droits réservés

URGENT ACTION Action lettre: Chine Un réalisateur arrêté pour un film sur les manifestations

UA 037/24 I Agir jusqu'au 30 juin 2024 I (UA active depuis: 26.04.2024) I AI-Index: ASA 17/7984/2024
Chen Pinlin est le réalisateur du documentaire Urumqi Middle Road (乌鲁木齐中路), dans lequel figurent des scènes du mouvement national des «feuilles blanches», une série de manifestations pacifiques contre les confinements qui se sont succédés pendant trois ans dans le cadre de la politique «zéro-COVID» du gouvernement ainsi que contre le climat de censure et de surveillance en Chine. Chen Pinlin a mis son film en ligne à l’occasion du premier anniversaire de ce mouvement. Arrêté le 5 janvier 2024, il est actuellement détenu au centre de détention du district de Baoshan, à Shanghai, pour «avoir cherché à provoquer des conflits et troublé l’ordre public». Il risque une peine de cinq ans d’emprisonnement.

4 juin 2024 / Mise à jour : L'audience du 7 juin n'aura pas lieu. Aucune nouvelle date n'est actuellement connue.
28 mai 2024 / Mise à jour
: L'audience de Chen Pinlin aura lieu le 7 juin 2024.
16 mai 2024 / Mise à jour : Chen Pinlin a été traduit devant le tribunal du district de Shanghai Baoshan le 3 avril 2024 et a été accusé par le bureau du procureur du district d'avoir «suscité des querelles» et «provoqué des troubles».

-
Pour plus d'informations, cliquez sur INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES:

Durant le mouvement des «feuilles blanches», Chen Pinlin et ses amis ont filmé de nombreuses séquences à Urumqi Middle Road, lieu d’une grande manifestation à Shanghai. Aux alentours du premier anniversaire de ce mouvement, en novembre 2023, Chen Pinlin a finalisé et diffusé sur Internet son documentaire issu de ces captations, intitulé Urumqi Middle Road – Not the Foreign Force.

À la fin de ce film, il a laissé le commentaire suivant:
«Certains demandent: à quoi cela sert-il de manifester dans la rue? À la fin, c’est toujours pareil, les manifestations sont réprimées, dispersées et mal interprétées. Cependant, comme disait Churchill: "Le courage est la première des qualités humaines, car c’est la qualité qui garantit toutes les autres qualités." Nous avons manqué d’expérience, nous avons été lâches et tremblants, mais aujourd’hui nous avons le courage de résister et de nous exprimer. Nous en avons manqué cette fois, mais nous pouvons faire mieux la prochaine fois. Si nous devions le refaire, je choisirais toujours d’être là. Car un gouvernement qui a peur même d’une feuille blanche ne peut pas écraser la justice dans le cœur des gens.»

Fin novembre 2023, Chen Pinlin a été arrêté par les autorités chinoises pour «avoir cherché à provoquer des conflits et troublé l’ordre public». Le 5 janvier 2024, il a été officiellement placé en détention pour le même chef d’accusation. Il est actuellement détenu au centre de détention du district de Baoshan, à Shanghai. Le 18 février, son dossier a été transféré au parquet en vue d’engager des poursuites.

Il s’agit du deuxième cas d’arrestation faisant suite à la diffusion d’informations concernant le mouvement des «feuilles blanches» sur lequel Amnesty International a pu recueillir des informations. La première était celle d’une étudiante ouïghoure, Kamile Wayit; des informations au sujet de son cas sont disponibles ici. Amnesty International estime que ces deux cas ne sont que la partie émergée de l’iceberg et que beaucoup d’autres informations faisant état de détentions, d’arrestations ou de disparitions forcées liées aux manifestations de novembre 2022 pourraient être crédibles. En raison de la réponse rapide et sévère des autorités, cependant, le nombre réel de cas liés au mouvement des «feuilles blanches» est probablement impossible à déterminer.

Amnesty International a relevé des cas de torture et d’autres mauvais traitements dans des lieux de détention en Chine au moins depuis 2015, notamment dans son rapport intitulé No end in sight – Torture and forced confessions in China et, plus récemment, dans son rapport annuel 2023.

À propos du mouvement des «feuilles blanches» ou des «manifestations A4» en Chine
Jeudi 24 novembre 2022, un incendie s’est déclaré dans un immeuble d’habitation à Ürümqi, faisant au moins 10 morts selon des sources officielles. Beaucoup ont attribué ce drame aux restrictions liées à la pandémie de COVID-19, mais les autorités locales ont contesté cette affirmation. Cela n’a pas empêché des manifestations d’éclater à Ürümqi, capitale de la région autonome ouïghoure du Xinjiang, dans l’ouest de la Chine. À la suite de l’incendie, le gouvernement a déclaré que la vague de COVID-19 était sous contrôle et que la ville assouplirait les mesures de confinement, après plus de 100 jours de restrictions draconiennes des déplacements de la population.
Le 25 novembre 2022, un étudiant de l’Université des médias de Nanjing aurait manifesté sur le campus en brandissant une feuille de papier blanc, avant d’être rejoint par d’autres étudiant·e·s. Cette action s’est rapidement propagée à travers la Chine ; des vidéos partagées sur les réseaux sociaux ont montré des manifestations démarrer dans plusieurs universités et villes du pays, notamment à Pékin, Guangzhou (Canton), Shanghai et Wuhan.
Des manifestant·e·s pacifiques ont rendu hommage aux victimes de l’incendie d’Ürümqi et demandé l’assouplissement des mesures de confinement. De nombreuses voix se sont également élevées contre la censure et certaines ont même demandé que le président Xi Jinping quitte ses fonctions. Beaucoup de personnes ont été arrêtées pour avoir participé à ces manifestations pacifiques. On ignore combien, et si certaines demeurent détenues aujourd’hui, presque 18 mois après. Des vidéos diffusées en ligne ont montré des policiers en train de frapper des manifestant·e·s lors d’arrestations.
Le mouvement des «feuilles blanches» s’est par ailleurs distingué par sa nature internationale, car des étudiant·e·s chinois vivant à l’étranger ont manifesté leur solidarité avec leurs pair·e·s en Chine. À l’occasion du premier anniversaire de ce mouvement, Amnesty International a partagé les récits de six manifestant·e·s qui ont expliqué comment leur participation à ce mouvement avait changé leur vie.

Passez à l'action !

Envoyez un appel en utilisant vos propres mots ou en vous inspirant du modèle de lettre à disposition ci-bas. Sous DOCUMENTS ACTUELS vous trouverez aussi des modèles de lettre déjà prêts pour imprimer.

Passez à l'action dans les réseaux sociaux. (Voir les infos ci-bas dans l'onglet correspondant)

Merci d'agir avant le 30 juin 2024.
Veuillez écrire de préférence en anglais, chinois ou dans votre propre langue.
 

Monsieur le Procureur général,

En 2022-2023, Chen Pinlin (陈品霖), également connu sous le nom de Plato, a réalisé et diffusé un documentaire intitulé Urumqi Middle Road (乌鲁木齐中路). Ce film relate une série de manifestations pacifiques contre les confinements qui se sont succédés pendant trois ans dans le cadre de la politique «zéro-COVID  du gouvernement ainsi que contre le climat de censure et de surveillance en Chine.

Je vous écris pour vous faire part de ma vive inquiétude pour le bien-être de Chen Pinlin. Le 5 janvier 2024, la police l’a arrêté à Shanghai pour «avoir cherché à provoquer des conflits et troublé l’ordre public», et le 18 février, son dossier a été transféré au parquet en vue d’engager des poursuites. Il est actuellement en détention provisoire au centre de détention du district de Baoshan, à Shanghai. Pendant sa détention, il risque d’être victime de torture ou d’autres formes de mauvais traitements, ainsi que de violations de ses droits à une procédure régulière. Au cours de la dernière décennie, Amnesty International a relevé un certain nombre de cas en Chine dans lesquels des personnes détenues pour le même chef d’accusation, souvent en raison de leur travail en faveur de la liberté d’expression et d’autres droits fondamentaux, ont été soumises à des actes de torture et d’autres mauvais traitements sans pouvoir accéder à des recours effectifs pour ces violations.

La famille de Chen Pinlin aurait été harcelée et intimidée, une pratique courante lorsque des défenseur·e·s des droits humains sont détenus en Chine. Depuis le mouvement des «feuilles blanches», plusieurs autres participant·e·s ou membres de leurs familles ont été harcelés et interrogés par les autorités chinoises. Il est difficile de savoir exactement combien de personnes ont été réduites au silence, arrêtées ou même soumises à une disparition forcée dans le cadre des tentatives des autorités visant à contrôler les informations relatives aux manifestations et à limiter encore davantage les libertés fondamentales.

Chen Pinlin est détenu uniquement pour avoir exercé sans violence son droit à la liberté d’expression, qui est garanti par le droit international relatif aux droits humains. En conséquence, je vous appelle à:
-
Libérer Chen Pinlin immédiatement et sans condition;
- Veiller à ce qu’il ne soit pas victime de torture ou d’autres formes de mauvais traitements en détention, en attendant sa libération;
- Cesser de menacer, de harceler et d’arrêter les membres de la famille de Chen Pinlin, les autres personnes associées au mouvement des «feuilles blanches» et toute personne qui exerce pacifiquement ses droits à la liberté d’expression et d’association.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Procureur général, l’expression de ma haute considération.
 

Dear Chief Procurator Chen,

In 2022-2023, Chen Pinlin (陈品霖), also known as Plato, created and released the documentary called «Urumqi Middle Road» (乌鲁木齐中路). This documentary records a series of peaceful protests against three years of rolling lockdowns under China’s zero-COVID policy and the harsh environment of censorship and surveillance in China.

I am writing to express my grave concern for Chen’s well-being. On 5 January 2024, police in Shanghai arrested him for «picking quarrels and provoking trouble»; on 18 February, his case was transferred to the prosecutor's office for prosecution. Chen is currently being held in pre-trial detention at the Baoshan Detention Center in Shanghai. While in custody, Chen is at risk of torture and other ill-treatment, as well as violations of his due process rights. In the last decade, Amnesty International has documented a number of cases in China in which individuals held on these charges, often for their work to uphold freedom of expression and defend other human rights, have experienced torture and other ill-treatment and been unable to access effective remedy for those violations.

Chen’s family has reportedly been harassed and intimidated by the police, which is also a common trend with cases of detained defenders in China. Since the White Paper Movement, several other participants or their families have been harassed and questioned by Chinese authorities. It is difficult to know exactly how many individuals have been silenced, arrested or even disappeared in efforts by authorities to control information about the protests and further limit fundamental freedoms.

Chen Pinlin is being detained solely for the peaceful exercise of his right to freedom of expression, a right guaranteed under international human rights law. Therefore, I urge you to:

  • Release Chen Pinlin immediately and unconditionally;
  • Pending his release, ensure he is not subjected to torture and other ill-treatment while in detention;
  • Stop threatening, harassing, and arresting Chen’s family, other individuals associated with the White Paper Movement, and anyone who peacefully exercises their rights to freedom of expression and association.

Yours sincerely,
 

Suggest text for post:

He filmed peaceful protests during the #WhitePaperMovement and shared his work on social media. Now he’s being charged with a crime. Join us to call on authorities in #China to release #ChenPinlin! #NotAForeignForce #乌鲁木齐中路 (ADD LINK TO UA)  

For social media purposes (especially on Twitter), please tag the local Chinese Embassy or other Chinese officials on Twitter. You can find twitter handles of Ambassador to China’s embassies / China embassies at https://twitter.com/MFA_China/following

You can also tag China’s Ministry of Foreign Affairs on Twitter with @MFA_China

APPELS À

1.)
Procureur général:
Chen Yong
Chief Procurator
Shanghai People's Procuratorate
75 Jian'guo West Rd, Shanghai, 200020
People’s Republic of China

2.)
Président de la République populaire de Chine Xi Jinping:
President of the People’s Republic of China Xi Jinping  
Zhongnanhai  
Xichangan’jie   
Xichengqu, Beijing Shi 100017  
People Republic of China  

Attention pour les deux cibles, leur nom de famille est en premier, suivi de leur prénom. En d’autres termes, vous pourriez les appeler M. Chen et M. (Président) Xi..

Veuillez noter que dans le passé, certaines lettres ont été renvoyées car les autorités refusaient de les recevoir. Si cela se produit, envisagez d'envoyer les appels à l'ambassade de Chine et demandez-leur de transmettre les lettres à la cible.

À des fins de médias sociaux (en particulier sur Twitter/X), veuillez identifier l'ambassade chinoise locale sur Twitter, ainsi que le ministère chinois des Affaires étrangères sur Twitter/X avec @MFA_China. Si vous ne le savez pas déjà, vous pourrez probablement trouver le pseudo Twitter/X de l'ambassadeur ou le compte générique de l'ambassade sur https://twitter.com/MFA_China/following

COPIES À

Ambassade de la République Populaire de Chine
Kalcheggweg 10
3006 Berne

Fax: 031 351 45 73
E-mail: [email protected]



Documents actuels

MODÈLES DE LETTRE PRÊTS À IMPRIMER/TÉLÉCHARGER
Cliquer sur la version souhaitée

MODÈLE DE LETTRE FRANÇAIS 037/24 (Word)
MODEL LETTER ENGLISH 037/24 (Word)


CETTE ACTION URGENTE COMPLÈTE (DOCUMENT WORD)
Page 1 informations, page 2 modèle de lettre
UA 037/24 – FRANÇAIS
UA 037/24 – ENGLISH
 


English version (click on title to open):

Chen Pinlin is the director of the documentary «Urumqi Middle Road» (乌鲁木齐中路), which captures scenes from the nationwide «White Paper Movement», a series of peaceful protests against three years of rolling lockdowns under China’s zero-COVID policy and the harsh environment of censorship and surveillance in China. Chen uploaded the documentary to the Internet around the one-year anniversary of the White Paper Movement. He was arrested on 5 January 2024 and is being held in the Baoshan Detention Centre in Shanghai on charges of « picking quarrels and provoking trouble». Chen may face five years in prison if convicted.

During the White Paper Movement, Chen and his friends shot a large number of videos at Urumqi Middle Road, the site of a large protest in Shanghai. Around the first anniversary of the White Paper Movement in November 2023, Chen finalized and uploaded his footage as a documentary called Urumqi Middle Road, also called Not the Foreign Force, to the Internet.

At the end of this movie, Chen left this narration:

Some people say, what is the point of protesting on the streets? In the end, it's still the same, suppressed, shielded and misinterpreted. But as Churchill said, «Courage is one of the most important traits of humanity, and with courage, all other human traits are naturally available.» We have lacked experience and have been cowardly and shaky, but today we have the courage to stand up and to speak out. What we lacked this time, we can do better next time. If I were to do it again, I would still choose to be there. Because a government that is afraid of even a white paper can't crush the justice in the hearts of the people.

In late November 2023, Chen Pinlin was detained by the Chinese authorities for «picking quarrels and provoking trouble». On 5 January 2024, Chen was formally arrested on the same charge; he is currently being held at the Baoshan Detention Center. On 18 February, his case was transferred to the prosecutor's office for prosecution.

This is the second case of arrest for sharing information about the White Paper Movement that Amnesty International has been able to document. The first was that of a Uyghur university student Kamile Wayit; information about her case is available here. Amnesty believes that this is only the tip of the iceberg, and that many more reports of detention, arrest or disappearance linked to the protests in November 2022 may be credible. Due to the swift and harsh response of authorities, however, the true number and scope of cases linked to the White Paper Movement is likely impossible to determine.

Amnesty has documented torture and ill-treatment in places of detention in China since at least 2015, with the report No end in sight - Torture and forced confessions in China, and most recently in the China entry of the 2023 Annual Report.

About the White Paper Movement or «A4 Protest» in China
On 24 November 2022, a fire broke out in an apartment building in Urumqi, killing at least 10 people, according to government sources. Many blamed Covid-19 restrictions for the deaths but local authorities disputed this claim. This did not stop protests from breaking out in Urumqi, the capital of the western region of Xinjiang. After the fire, the government declared that the Covid-19 outbreak was under control and the city would ease lockdowns, following more than 100 days of severe restrictions on people’s movement.
On 25 November, a student from the Nanjing Media College reportedly protested on campus holding a white sheet of paper, and was joined by other students. The action quickly spread across the country, with videos shared on social media showing protests breaking out across universities and cities throughout China, including in Beijing, Guangzhou, Shanghai and Wuhan.
Peaceful protesters commemorated the victims of the Urumqi fire and called for the easing of lockdown measures. Many also demanded the end of censorship and some even called for President Xi to step down. A large number of people were detained for participating in these peaceful protests. It is unclear how many were detained, and whether any remain in detention today, nearly 18 months later. Videos circulated online show police forces beating protesters during the arrests.
The White Paper Movement was also characterized by the transnational nature of the protests, with overseas Chinese students often demonstrating in solidarity with peers in the country. For the one-year anniversary, Amnesty International shared for the stories of six participants on how the White Paper Movement changed their lives.


Take action

Write an appeal in your own words or use the model letter below. You find a ready-to-print model letter under
DOCUMENTS

Addresses (see above)

Please also take action on Social Media (guide see above).
Social Media

Please take action before 30 June 2024.
Preferred language: English, Chinese. You can also write in your own language.