© Droits réservés
© Droits réservés

URGENT ACTION Action lettre: Yémen Il faut libérer un formateur aux droits humains détenu arbitrairement

UA 040/24 I Agir jusqu'au 8 juillet 2024 I (UA active depuis: 13.05.2024) I AI-Index: MDE 31/8037/2024
Moujib al Mikhlafi, spécialiste de l’éducation et formateur yéménite, est détenu arbitrairement par les autorités houthies de facto depuis le 10 octobre 2023 à Sanaa, au Yémen. Après son arrestation, il a été soumis à une disparition forcée pendant 21 jours et détenu au secret pendant plus d’un mois dans un centre de détention géré par les services de sécurité et de renseignement houthis, à Sanaa, où il se trouve encore actuellement. Il est détenu sans inculpation et il est privé de son droit de bénéficier des services d’un·e avocat·e. Il doit être libéré immédiatement.

Agir maintenant :

Send Email

Moujib al Mikhlafi est un spécialiste de l’éducation et un formateur qui travaillait au ministère de l’Éducation à Sanaa depuis 24 ans lorsqu’il a été arrêté le 10 octobre 2023. Il animait notamment des formations à destination du personnel éducatif sur les droits de l’enfant, la consolidation de la paix et la résolution de conflits, le dialogue et la communication non violente.

Pour plus d'informations, cliquez sur INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES:

À la suite de son arrestation, sa famille a déposé un recours auprès du chef du Conseil politique suprême et du chef des services de sécurité et de renseignement, ainsi qu’une plainte auprès du chef du département juridique du bureau du dirigeant houthi Abdul Malik al Houthi. Elle n’a reçu aucune réponse à ce jour.

La détention arbitraire constitue une violation du Code de procédure pénale du Yémen et du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP), auquel le Yémen est partie.

Toutes les parties au conflit, y compris les autorités houthies de facto, le gouvernement reconnu par la communauté internationale et le Conseil de transition du Sud (CTS), se livrent à des détentions arbitraires, des disparitions forcées, des manœuvres de harcèlement, des actes de torture et autres mauvais traitements, et des procès iniques.

Depuis 2015, Amnesty International a recueilli des informations sur les cas de plusieurs dizaines de journalistes, de défenseur·e·s des droits humains, d’universitaires, de membres de la communauté baha’ie et d’autres personnes perçues comme étant des opposant·e·s ou exprimant des critiques, qui ont été soumis par les autorités houthies de facto à une détention arbitraire, des actes de torture et d’autres mauvais traitements, une disparition forcée ou un procès inique pouvant donner lieu à une condamnation à mort. Ces personnes avaient toutes été ciblées pour avoir fait leur travail de journalistes ou exercé leurs droits humains, notamment leurs droits à la liberté d’expression, d’association, de pensée, de conscience, de religion ou de conviction.

Passez à l'action !

Envoyez un appel en utilisant vos propres mots ou en vous inspirant du modèle de lettre à disposition ci-bas. Sous DOCUMENTS ACTUELS vous trouverez aussi des modèles de lettre déjà prêts pour imprimer.

Passez à l'action dans les réseaux sociaux. (Voir les infos ci-bas dans l'onglet correspondant)

Merci d'agir avant le 8 juillet 2024.
Veuillez écrire de préférence en arabe, anglais ou dans votre propre langue.
 

Monsieur,

Moujib al Mikhlafi, 49 ans, est spécialiste de l’éducation et formateur aux droits de l’enfant, à la consolidation de la paix, au dialogue et à la communication non violente. Il est détenu arbitrairement depuis le 10 octobre 2023, dans un centre de détention géré par les services de sécurité et de renseignement houthis, à Sanaa. Il n’a pas été inculpé à ce jour et il est privé de son droit de bénéficier des services d’un·e avocat·e.

D’après un membre de sa famille, Moujib al Mikhlafi a été arrêté par les forces houthies de sécurité et de renseignement le 10 octobre 2023, alors qu’il se rendait dans le gouvernorat d’Ibb, dans le sud du Yémen. Il devait intervenir dans des écoles pour former le personnel éducatif à l’éducation aux droits humains. Le même jour, les forces de sécurité et de renseignement ont effectué une descente à son domicile sans mandat et ont saisi deux téléphones portables, deux iPads et des documents en lien avec son travail.

À la suite de son arrestation, Moujib al Mikhlafi a été soumis à une disparition forcée pendant 21 jours, jusqu’à ce que sa famille soit informée par le bureau des plaintes et des réclamations des services de sécurité et de renseignement qu’il était détenu au centre de détention géré par ces mêmes services, à Sanaa, où il se trouve encore actuellement. Selon l’un de ses proches, il a été détenu au secret pendant cinq semaines après son arrestation avant d’être autorisé à appeler sa famille, le 15 novembre 2023.

Cette dernière s’inquiète encore plus pour son état de santé depuis qu’elle a appris, au mois de mars 2024, qu’il se détériorait. Moujib al Mikhlafi souffre de problèmes de santé antérieurs à son arrestation, notamment de diabète et d’hypertension.

D’après les recherches effectuées par Amnesty International, les personnes détenues dans les centres gérés par les services de sécurité et de renseignement houthis subissent souvent des conditions horribles et punitives, et n’ont pas accès à des soins de santé adéquats.

Nous appelons les autorités houthies de facto à libérer Moujib al Mikhlafi sans délai. Dans l'attente de sa libération, les autorités doivent veiller à ce qu’il soit protégé contre la torture et toute autre forme de mauvais traitement, à ce qu’il puisse consulter un·e avocat·e et contacter sa famille régulièrement, et à ce qu’il bénéficie de soins médicaux adéquats.
 

Dear Mohamed Abdelsalam,

Moujib al-Mikhlafi, a 49-year-old education expert and trainer on the rights of the child, peace building, dialogue and nonviolent communication, has been arbitrarily detained since 10 October 2023 at the Huthi-run security and intelligence detention centre in Sana’a. He has not been charged to date and has been denied his right to counsel.

According to a family member, Moujib al-Mikhlafi was arrested by Huthi security and intelligence forces on 10 October 2023 as he was on his way to Ibb governorate in Southern Yemen to give an education training to education staff at schools. Security and intelligence forces raided his house on the same day without a warrant and confiscated two mobile phones, two iPad tablets and work-related papers.

Following his arrest, Moujib al-Mikhlafi was subjected to enforced disappearance for 21 days until his family learned from the reports and complaints department at the security and intelligence service that he was held at the security and intelligence detention centre in Sana’a where he remains to date. According to a family member, he was held incommunicado for five weeks following his arrest before he was allowed to call his family on 15 November 2023.

His family’s concerns about his health mounted after they learned, in March of this year, that his health was deteriorating. Moujib al-Mikhlafi suffers from pre-existing health conditions including diabetes and high blood pressure.

According to Amnesty International’s research, detainees at the Huthi-run security and intelligence detention centres are often held in horrific and punitive conditions and are denied access to adequate healthcare.

We urge the Huthi de facto authorities to immediately release Moujib al-Mikhlafi. Pending his release, the authorities must ensure he is protected from torture and other ill-treatment and that he has access to legal representation, regular family contact, and adequate healthcare.

Yours sincerely,
 

1/3 #Yemen: Moujib al-Mikhlafi, a Yemeni education expert & trainer on human rights education and peacebuilding, has been arbitrarily detained by the Huthis since 10 October 2023 in #Sanaa.

2/3 He was forcibly disappeared for 21 days & held incommunicado for over a month at the Huthi-run security and intelligence detention centre in Sana’a where he remains to date.

3/3 He is held without charge and he is denied his right to legal counsel. He must be immediately released!

Take action here: LINK TO UA

APPELS À

La distribution postale au Yémen n’est actuellement pas disponible.
Si vous préférez envoyer votre appel par la poste, veuillez l'envoyer comme c/o l'ambassade.

Porte-parole d’Ansarullah:
Ansarullah Spokesperson
Mohamed Abdelsalam
E-mail : [email protected]
Twitter/X : @abdusalamsalah

COPIES À

Ambassade de la République du Yémen
Chemin du Jonc 19
1218 Le Grand-Saconnex

Fax: 022 798 04 65
E-mail: [email protected]

 



Documents actuels

MODÈLES DE LETTRE PRÊTS À IMPRIMER/TÉLÉCHARGER
Cliquer sur la version souhaitée

MODÈLE DE LETTRE FRANÇAIS 040/24 (Word)
MODEL LETTER ENGLISH 040/24 (Word)


CETTE ACTION URGENTE COMPLÈTE (DOCUMENT WORD)
Page 1 informations, page 2 modèle de lettre
UA 040/24 – FRANÇAIS
UA 040/24 – ENGLISH
 


English version (click on title to open):

Moujib al-Mikhlafi, a Yemeni education expert and trainer, has been arbitrarily detained by the Huthi de facto authorities since 10 October 2023 in Sana’a, Yemen. Following his arrest, he was forcibly disappeared for 21 days and held incommunicado for over a month at the Huthi-run security and intelligence detention centre in Sana’a where he remains to date. He is held without charge and he is denied his right to legal counsel. He must be immediately released.

Moujib al-Mikhlafi is an education expert and trainer who has been working at the Ministry of Education in Sana’a for 24 years until he was detained on 10 October 2023. His work included trainings targeting education staff at schools on the rights of the child, peacebuilding and conflict resolution, dialogue and nonviolent communication.

Following his arrest, his family submitted an appeal to the head of the Supreme Political Council and the head of the security and intelligence service and a complaint to the head of the legal unit at the office of the Huthi leader Abdul Malik al-Huthi, but they have not received a response to date.

Arbitrary detention violates the Yemeni Criminal Procedures Law and the International Covenant on Civil and Political Rights to which Yemen is a state party.

All parties to the conflict, including the Huthi de facto authorities, the internationally recognized government, and the Southern Transitional Council have carried out arbitrary detention, enforced disappearance, harassment, torture and other ill-treatment, and unfair trials.

Since 2015, Amnesty International has documented the cases of scores of journalists, human rights defenders, academics, members of the Baha’i community, and others perceived as opponents or critics who were subjected to arbitrary arrest, torture and other ill-treatment, enforced disappearance, and unfair trials with recourse to the death penalty by the Huthi de facto authorities. All were targeted simply because of their work as journalists or for exercising their human rights, including the rights to freedom of expression, association, and thought, conscience and religion or belief.


Take action

Write an appeal in your own words or use the model letter below. You find a ready-to-print model letter under
DOCUMENTS

Addresses (see above)

Please also take action on Social Media (guide see above).
Social Media

Please take action before 8 July 2024.
Preferred language: Arabic, English. You can also write in your own language.