Dr. Khaled Al Serr © Droits réservés (posté sur son Instagram @khaled_serr)
Dr. Khaled Al Serr © Droits réservés (posté sur son Instagram @khaled_serr)

URGENT ACTION Action lettre: Israël et TPO Il faut libérer un chirurgien palestinien victime d’une disparition forcée

UA 053-24 I Agir jusqu'au 2 août 2024 I AI-Index: MDE 15/8136/2024
Le 24 mars 2024, le Palestinien Khaled Al Serr a été arrêté par l’armée israélienne à l’hôpital al Nasser à Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza. Depuis, il est maintenu en détention dans des conditions qui s’apparentent à une disparition forcée. Depuis plus de deux mois, les autorités israéliennes dissimulent le sort qui lui a été réservé et le lieu où il se trouve ; les bribes d’informations que sa famille a pu obtenir provenaient de ses collègues et de détenus libérés.

AGIR Maintenant

Send Email

Les autorités israéliennes doivent libérer Khaled Al Serr, révéler le lieu où se trouvent tous les professionnels de santé palestiniens de Gaza qui sont victimes de disparitions forcées, exposer leur statut juridique, et les libérer sauf s’ils sont inculpés d’une infraction pénale reconnue par le droit international et poursuivis dans le cadre de procédures respectant les normes internationales d’équité. Dans l’attente de la libération du docteur Khaled Al Serr, sa famille doit recevoir des informations sur son sort, le lieu où il se trouve et les motifs de sa détention. Enfin, il doit pouvoir consulter un avocat, bénéficier de soins médicaux et communiquer avec sa famille.

Pour plus d'informations, cliquez sur INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES:

Le 24 mars 2024, Khaled Al Serr, chirurgien palestinien de 32 ans de la bande de Gaza occupée, a été arrêté par l’armée israélienne à l’hôpital al Nasser, à Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, avec d’autres professionnels de santé. Sa famille l’a appris par ses collègues, mais n’a reçu depuis lors aucune information de la part des autorités israéliennes sur son état, le lieu où il se trouve ou les motifs de son arrestation. Elle a eu des bribes d’informations par l’intermédiaire de codétenus libérés depuis, notamment un détenu qui a indiqué que Khaled Al Serr avait subi des actes de torture et des mauvais traitements.

Comme l’ont indiqué des organisations israéliennes de défense des droits humains, depuis le 7 octobre 2023, et en particulier depuis le début des opérations terrestres menées dans la bande de Gaza occupée fin octobre, les autorités israéliennes ont invoqué la Loi relative à l’incarcération des combattants irréguliers et d’autres dispositions non précisées pour détenir des milliers de Palestiniens de la bande de Gaza occupée sans inculpation ni procès, les privant de tout contact avec le monde extérieur, et détenant la plupart d’entre eux, y compris Khaled Al Serr, en dehors de la protection de la loi, dans des conditions qui équivalent à une disparition forcée. L’utilisation de la Loi relative à l’incarcération des combattants irréguliers et de ses amendements, la privation du droit de consulter des avocats, le refus de divulguer le sort des personnes détenues et le lieu où elles se trouvent, le déni du droit à un procès équitable et le recours bien connu à la torture et aux mauvais traitements à l’égard des Palestiniens détenus, en particulier ceux de la bande de Gaza occupée, sont autant de violations flagrantes des obligations qui incombent à Israël en vertu du droit international humanitaire et relatif aux droits humains. La torture, les mauvais traitements et la disparition forcée sont des crimes de droit international ; la détention arbitraire en temps de conflit armé et d’occupation est un crime de guerre. En vertu du Statut de Rome de la Cour pénale internationale, lorsqu’ils sont commis dans le cadre d’une attaque généralisée ou systématique lancée contre une population civile, ils peuvent constituer des crimes contre l’humanité.

L’arrestation en service et la disparition forcée de professionnels de santé font partie intégrante des attaques israéliennes contre le système et les infrastructures de santé à Gaza. Les professionnels de santé travaillent dans des conditions de plus en plus dures et inhumaines lorsqu’ils s’occupent de leurs patients, du fait des opérations militaires et du blocage des fournitures médicales adéquates et du carburant. Extrêmement surchargés, ils travaillent de longues périodes sans manger ni avoir accès à de l’eau potable, et les communications sont souvent coupées. Selon le Bureau des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA), au 5 juin, sur les 36 hôpitaux principaux au service de plus de 2 millions de Palestiniens à Gaza, seuls 16 fonctionnaient encore partiellement, ne prodiguant plus que des types de services limités.

La disparition forcée de Khaled Al Serr s’inscrit dans le cadre des attaques que mène Israël contre les professionnels et le système de santé à Gaza. Rejoignez notre campagne, agissez et envoyez votre lettre aux autorités israéliennes pour leur demander de libérer Khaled Al Serr sans plus attendre et de mettre fin aux disparitions forcées de professionnels de santé palestiniens à Gaza.

Passez à l'action !

Envoyez un appel en utilisant vos propres mots ou en vous inspirant du modèle de lettre à disposition ci-bas. Sous DOCUMENTS ACTUELS vous trouverez aussi des modèles de lettre déjà prêts pour imprimer.

Passez à l'action dans les réseaux sociaux. (Voir les infos ci-bas dans l'onglet correspondant)

Merci d'agir avant le 2 août 2024.
Veuillez écrire de préférence en anglais, hébreu, arabe ou dans votre propre langue.
 

Madame,

Je me permets de vous écrire pour vous demander d’ordonner la libération immédiate du chirurgien palestinien Khaled Al Serr, arrêté dans la bande de Gaza occupée, qui est détenu par les autorités israéliennes dans des conditions équivalant à une disparition forcée depuis le 24 mars 2024.

D’après ses collègues, Khaled Al Serr, 32 ans, a été arrêté à l’hôpital Al Nasser à Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, lorsque l’armée israélienne a totalement encerclé l’hôpital et perquisitionné les lieux. À la connaissance d’Amnesty International, le docteur Khaled Al Serr agissait conformément à son devoir en tant que professionnel de santé et aurait dû être respecté et protégé en tant que tel. Un de ses codétenus libéré par la suite a raconté aux médias qu’il avait été témoin des actes de torture que Khaled Al Serr avait subis, notamment en ayant la barbe arrachée avec des pinces. Selon les témoignages recueillis par Amnesty International et d’autres organisations indépendantes de défense des droits humains auprès de professionnels de santé palestiniens détenus et récemment libérés, les autorités israéliennes – tant l’armée que les services pénitentiaires – soumettent régulièrement les professionnels de santé détenus à la torture et à d’autres mauvais traitements.

Jeune chirurgien dévoué et talentueux, Khaled Al Serr compte parmi ceux qui avaient décidé de rester à l’hôpital Nasser pour s’occuper des patients même lorsqu’il était encerclé par l’armée israélienne. Selon l’Organisation mondiale de la santé, au moins 214 professionnels de santé ont été arrêtés par les forces israéliennes dans l’exercice de leurs fonctions depuis novembre 2023. Selon le ministère palestinien de la Santé, au moins 106 sont détenus ou portés disparus, beaucoup dans des conditions qui s’apparentent à une disparition forcée.

La disparition forcée constitue un crime au regard du droit international et une violation flagrante des droits humains. En vertu du Statut de Rome de la Cour pénale internationale, lorsqu’elles sont commises dans le cadre d’une attaque généralisée ou systématique lancée contre une population civile, elles peuvent constituer des crimes contre l’humanité. La torture et les autres formes de mauvais traitements sont strictement interdites par le droit international et peuvent constituer des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité. Ces pratiques sont contraires aux obligations internationales incombant à Israël au regard du droit international humanitaire et relatif aux droits humains.

En outre, dans une situation de conflit armé, il importe de respecter et de protéger les professionnels de santé et les établissements de soins exerçant leurs fonctions humanitaires, et de ne jamais les prendre délibérément pour cibles.

Aussi je vous demande d’obtenir la libération de Khaled Al Serr et de révéler le sort réservé à tous les professionnels de santé palestiniens victimes de disparitions forcées aux mains d’Israël, le lieu où ils se trouvent et leur statut juridique. Tous ceux qui sont détenus arbitrairement doivent être libérés sans délai. Dans l’attente de la libération de Khaled Al Serr, je vous demande de veiller à ce que sa famille soit informée par les autorités pénitentiaires du lieu où il se trouve, de son sort et des motifs de son arrestation, le cas échéant.

Je vous prie d’agréer, Madame, l’expression de ma haute considération.

Dear Brig. Gen. Yifat Tomer-Yerushalmi,

I am writing to urge you to order the immediate release of Palestinian surgeon Khaled Al Serr from the occupied Gaza Strip, who has been held by Israeli authorities in conditions that amount to enforced disappearance since 24 March 2024.

According to his colleagues, Dr. Khaled Al Serr, 32, was detained from Nasser hospital in Khan Younis in the southern Gaza Strip as the Israeli military, having fully encircled the hospital, raided its premises. As far as Amnesty is aware Dr. Khaled Al Serr was acting in accordance with his duties as a medical professional and he should have been respected and protected as such. A released detainee, who was held along with Dr. Khaled Al Serr, reported to the media that he witnessed the torture of Dr. Khaled Al Serr which included plucking his beard with pliers. Testimonies collected by Amnesty International and other independent human rights organizations from Palestinian health workers detained and recently released indicate that Israeli authorities – both the military and the Israeli prison service – are routinely subjecting detained health workers to torture and other ill-treatment.

A dedicated and talented young surgeon, Dr. Khaled Al Serr was one of the health workers who decided to remain at Nasser hospital to tend to the patients even while it was being encircled by the Israeli military. According to the World Health Organization, at least 214 health workers have been detained by Israeli forces while on duty since November 2023. According to the Palestinian Health ministry, at least 106 health workers are either detained or missing, many in conditions that amount to enforce disappearance.

Enforced disappearance is a gross human rights violation and crime under international law. When perpetrated as part of a widespread or systematic attack on the civilian population, they may constitute crimes against humanity under the Rome Statute of the International Criminal Court. Torture and other ill-treatment are absolutely prohibited under international law and can constitute war crimes and crimes against humanity.  Arbitrary detention also violates Israel’s obligations under international human rights law and humanitarian law.

Additionally, in a situation of armed conflict, health workers and healthcare facilities carrying out their humanitarian duties must be respected and protected and must never be deliberately targeted.

Therefore, I urge you to secure the release of Dr. Khaled Al Serr and to disclose the fate, whereabouts and legal status of all other Palestinian health workers who have been forcibly disappeared in Israeli custody. All those who are arbitrarily detained must be released immediately. Pending his release, I call on you to ensure that the prison authorities immediately inform Dr. Khaled Al Serr’s family of his whereabouts, fate and grounds of arrest, if any.

Yours sincerely,

The IDF should be tagged and targeted:
On X: @IDF
On FB: https://www.facebook.com/idfonline/

Yoav Gallant, Israel’s Minister of Defense.
He and the ministry are active on Twitter and Facebook, therefore we should target them both on these SM platforms:

Gallant X (Twitter) account: @yoavgallant
Gallant FB account: https://www.facebook.com/YoavGallant/

In addition to the Ministry of Defense on X: @Israel_MOD
Ministry of Defense FB account: https://www.facebook.com/IsraelMOD

Suggested messaging

1. #Israeli authorities must immediately release Palestinian doctor Khaled Al Serr, whom they have forcibly disappeared for over 2 months & must immediately disclose the fate, whereabouts & legal status of all forcibly disappeared medics.

2. Dr. Khaled Al Serr is among hundreds of doctors & health workers who have been arbitrarily detained and forcibly disappeared while doing their job and providing desperately needed medical services in Gaza.

3. For over 2 months, the family of disappeared Dr. Khaled Al Serr have been languishing with no information on his fate and whereabouts. Dr. Khaled Al Serr must be freed now.

Suggested hashtags:

#Free_Dr.Khaled_AlSerr
#NotATarget
#Stop_targetting_Health_Workers

APPELS À

Juge militaire et Général de Brigade
Brig. Gen. Yifat Tomer Yerushalmi
Military Advocate General
Israel Defence Forces
Fax : +972(0) 356 94 526
E-mail: [email protected]

COPIES À

Ambassade d’Israël
Alpenstrasse 32
3006 Berne
Fax: 031 356 35 56
E-mail: [email protected]
Twitter/X: twitter.com/Israelinch



Documents actuels

MODÈLES DE LETTRE PRÊTS À IMPRIMER/TÉLÉCHARGER:
Cliquer sur la version souhaitée

MODÈLE DE LETTRE FRANÇAIS UA 053/24 (Word)
MODEL LETTER ENGLISH UA 053/24 (Word)


CETTE ACTION URGENTE COMPLÈTE (DOCUMENT WORD)
:
(Page 1 informations, page 2 modèle de lettre)
UA 053/24 – FRANÇAIS
UA 053/24 – ENGLISH
 


English version (click on title to open):

On 24 March 2024, Palestinian Khaled Al Serr was detained by the Israeli military from Nasser hospital in Khan Yunis in the southern Gaza Strip. Since then, he has been held in conditions that amount to enforced disappearance. More than two months on, Israeli authorities continue to conceal his fate and whereabouts; the scraps of information that his family have been able to receive only came from his colleagues and from released detainees. Israeli authorities must immediately release Dr. Khaled Al Serr. They must immediately disclose the whereabouts and legal status of all Palestinian health workers from Gaza who have been forcibly disappeared and release them unless they are charged with an internationally recognizable criminal offence and prosecuted in proceedings that respect international fair trial standards. Pending Dr. Khaled Al Serr’s release, authorities must disclose to Dr. Khaled Al Serr’s family his fate and whereabouts and grounds of detention and ensure his access to a lawyer, medical care and family members.

On 24 March 2024, Dr. Khaled Al Serr, a 32-year-old Palestinian surgeon from the occupied Gaza Strip, was detained by the Israeli military from Nasser hospital in Khan Yunis in the southern Gaza Strip, along with other health workers. His family learned about his detention from his colleagues but since then, they have not received any information from Israeli authorities about his condition, whereabouts or grounds for his arrest. They only received scraps of information from released detainees who were held along with Dr. Khaled Al Serr, including one detainee who reported that Dr. Khaled Al Serr was subjected to torture and other ill-treatment.
As reported by Israeli human rights organisations, since 7 October 2023, and particularly since the beginning of the ground operations in the occupied Gaza Strip at the end of October, Israeli authorities have resorted to the Unlawful Combatants Law and other unspecified provisions to detain thousands of Palestinians from the occupied Gaza strip without charges or trial, preventing them from having any contact with the outside world, and holding most of them, including Dr. Khaled Al Serr, outside the protection of the law, in conditions that amount to enforced disappearance. The use of the Unlawful Combatants Law and its amendments, the denial of access to lawyers, the refusal to disclose the fate and whereabouts of those detained, the denial of the right to a fair trial and the well-documented use of torture and other ill-treatment against detained Palestinians, particularly those from the occupied Gaza Strip, are all blatant violations of Israel’s obligations under international humanitarian and human rights law. Torture and other ill-treatment and enforced disappearance are crimes under international law; and arbitrary detention during armed conflict and occupation is a war crime. Such acts may amount to crimes against humanity under the Rome Statute of the International Criminal Court when committed as part of a widespread or systematic attack on the civilian population.
The detention while on duty and the enforced disappearance of health workers is part and parcels of the ongoing Israel’s attacks on the healthcare system and infrastructure in Gaza. Healthcare workers continue to endure increasingly horrific and inhumane conditions whilst caring for their patients due to military operations and the blocking of adequate medical supplies and fuel. Over-stretched beyond imagination, they are working long shifts without access to food and clean water, and often with communications blackouts. According to the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs, as of 5 June, of the 36 main hospitals that used to serve over 2 million Palestinians in Gaza, only 16 are partially functional, with severe limitations on the types of services they can deliver.
The enforced disappearance of Dr. Khaled Al Serr is part of the ongoing Israel’s attacks against healthcare workers and the healthcare system in Gaza. Join our campaign, take action and send your letter to the Israeli authorities for the immediate release of Dr. Khaled Al Serr and an end to the enforced disappearance of other Palestinian health workers from Gaza.

Take action

Write an appeal in your own words or use the model letter below. You find a ready-to-print model letter under
DOKUMENTE

Addresses (see above)

Please also take action on Social Media (guide see above).
Social Media

Please take action before 2 August 2024.
Preferred language: English, Hebrew, Arabic.  You can also write in your own language.