Marathon de lettres 2011: du 1 au 18 décembre 2011 Bonnes nouvelles du Marathon 2010

Chaque année en décembre, des centaines de milliers d’entre nous participent à Écrire pour les droits et envoient des messages de soutien à des personnes dans le monde entier. L’année dernière, des sympathisant·e·s et des militant·e·s d’Amnesty International vivant dans une cinquantaine de pays différents ont signé plus de 636 000 appels et messages de soutien. Voici le résultat des actions qu’ils et elles ont menées.
Femi Peters, GambieFemi Peters est libre et de retour chez lui

En décembre 2010, Femi Peters, un des responsables de l’opposition gambienne, a bénéficié d’une libération anticipée. Il a affirmé que notre intervention avait attiré l’attention de la communauté internationale sur sa situation et mis en lumière les violations des droits humains commises en Gambie. Son fils a déclaré à Amnesty International : « Pour Noël, je voulais un ordinateurportable, j’ai eu mon père. C’est le plusbeau cadeau de Noël de toute ma vie. »La famille de Zelimkhan Mourdalov se sent soutenue par des gens du monde entier

 

Zelimkhan Murdalow, Tchétchénie

 

La famille de Zelimkhan Mourdalov se sent soutenue par des gens du monde entier

Zelimkhan Mourdalov a disparu en 2001, lorsqu’il a été arrêté en Tchétchénie. Sa soeur a déclaré : « Nous sommes très heureux qu’Amnesty International ait fait ce travail de campagne pour mon frère Zelimkhan. Nous avons demandé de l’aide à un très grand nombre de responsables sans obtenir de résultat, mais les autorités ne pourront pas toujours garder le silence. Il faudra bien qu’elles réagissent. »

 

Norma Cruz, Guatemala

 

Les médias parlent des menaces à l’encontre de Norma Cruz

Grâce à l’attention générée par le Marathon des lettres de l’an dernier, les médias guatémaltèques ont attiré l’attention sur les menaces proférées à l’encontre de Norma Cruz, militante en faveur des droits des femmes, et de son organisation, la fondation Sobrevivientes, dont le siège se trouve à Guatemala. En juillet 2011, quelqu’un a été déclaré coupable d’avoir proféré ces menaces et a été condamné à une amende. Norma Cruz a déclaré qu’elle aimerait trouver un moyen pour remercier chaque personne ayant envoyé une lettre ou une carte postale.

 

Alejandro Solalinde Guerra, Mexique
Le prêtre Alejandro Solalinde Guerra plus libre de défendre les droits des migrant·e·s

Alejandro Solalinde est un défenseur des droits humains qui agit en faveur des migrant·e·s au Mexique. Grâce à la pression et à l’attention générées par le Marathon des lettres, il a eu de nouvelles occasions de promouvoir les droits des migrant·e·s auprès des autorités mexicaines. Le Marathon des lettres a également attiré l’attention sur un film sur les migrant·e·s au Mexique, dans lequel apparaît Alejandro Solalinde (amnesty.org/ en/theinvisibles). Le personnel du centre d’accueil que gère cet homme a créé une gigantesque banderole à l’aide de toutes les cartes et lettres qui lui ont été envoyées et s’est déclaré reconnaissant de ces marques de solidarité.

 

Khady Bassène, SénégalKhady Bassène est « profondément touchée » par le soutien témoigné

Khady Bassène cherche à découvrir ce qui est arrivé à son mari, Jean Diandy, après son arrestation en 1999. Elle a transmis le message suivant à l’attention de ceux et celles qui lui ont écrit : « Je vous remercie pour l’aide que vous m’avez apportée […] Je suis profondément touchée à l’idée que des personnes qui vivent loin du Sénégal se préoccupent de ma situation. » Elle a ajouté que c’était rassurant de savoir que des gens envoyaient des lettres aux autorités.

 

Su Su Nway, MyanmarSu Su Nway libérée suite à la pression des ONG

Lors du Marathon 2010, nous nous étions engagé·e·s en faveur de Su Su Nway, prisonnière d’opinion birmane, écrouée pour avoir déployé une banderole critiquant le gouvernement. Ensemble avec d’autres prisonniers d’opinion, dont l’humoriste Zarganar, Su Su Nway été libérée en octobre 2011 aux termes d’une vaste mesure d’amnistie au Myanmar, aboutissement d’un travail de campagne soutenu mené par des organisations de défense des droits humains, dont Amnesty International.

 

Saber Ragoubi, TunisieSaber Ragoubi a été libéré dans le cadre d’une amnistie

Dans le cadre d’une amnistie générale à la suite des soulèvements en Tunisie, Saber Ragoubi a été libéré en mars 2011. Depuis, il s’est marié. Son père a contacté Amnesty International afin de remercier le mouvement d’avoir soutenu son fils tout au long de son année d’emprisonnement, ainsi que pour ses actions de solidarité dans le cadre du Marathon des lettres 2010.