© Amnesty International
© Amnesty International

Mariages précoces au Burkina Faso Mariée de force à 13 ans

Au Burkina Faso, plus d'un tiers des filles sont mariées, souvent de force, avant leur majorité. Elles n'ont parfois que 11 ans.

A l'âge de 13 ans, Maria* a été forcée de se marier avec un homme de 70 ans qui avait déjà cinq épouses. Alors qu'elle résistait, son père lui a dit: «si tu ne vas pas rejoindre ton mari, je te tue.»

Au Burkina Faso, des milliers de jeunes femmes et de filles comme Maria sont soumises à des mariages précoces et forcés. Plus d'un tiers des filles sont mariées avant l'âge de 18 ans. Certaines ont à peine 11 ans. Les conséquences sur les droits, la santé et la sécurité des jeunes filles sont dévastatrices: elles sont censées avoir autant d'enfants que le souhaite leur mari, quels que soient leurs souhaits personnels et même si une grossesse précoce pourrait mettre leur santé et leur vie en danger.

Une fois mariées, nombre d'entre elles doivent faire la cuisine, le ménage, aller chercher de l'eau et travailler dans les champs, de l'aube jusqu'au crépuscule. Très peu ont la chance d'aller à l'école.

Certaines filles font tout ce qu'elles peuvent pour fuir un mariage forcé, malgré une pression énorme de la part de leur famille et de la société en général. Maria a marché pendant trois jours et parcouru près de 170 km pour trouver refuge dans un centre d'accueil pour jeunes filles.

Les mariages précoces et forcés sont interdits par la Constitution du Burkina Faso et par le droit international, mais les autorités continuent de fermer les yeux sur le problème.

Dans le cadre du Marathon des lettres 2015, Amnesty International demande instamment au gouvernement du Burkina Faso de faire appliquer les lois nationales et les obligations internationales qui interdisent le mariage précoce et forcé.

*le prénom a été changé