Hanan Badr el Din, militante contre les disparitions forcées en Égypte © Rebecca Hendin
Hanan Badr el Din, militante contre les disparitions forcées en Égypte © Rebecca Hendin

Hanan Badr el Din, Égypte Arrêtée pour avoir milité en faveur des victimes de disparition forcée

Novembre 2017
En Égypte, trois à quatre personnes disparaissent chaque jour sans laisser aucune trace, après avoir été enlevées par les forces de sécurité. En cherchant son mari, Hanan Badr el Din est devenue une voix militante importante.

Modèle de lettre (document Word)

La vie d’Hanan Badr el Din a basculé lorsque son mari a «disparu», en juillet 2013, après avoir participé à une manifestation. Ses efforts acharnés pour le retrouver l’ont conduite vers d’autres personnes dont un ou une proche avait été enlevé par les forces de sécurité égyptiennes.

Hanan dénonce aujourd’hui haut et fort le fait que des centaines de personnes aient disparues en Égypte. Cependant, le gouvernement égyptien nie l’existence de disparitions forcées dans le pays.

Lors de sa dernière tentative d’obtenir des informations sur son mari, elle a été arrêtée et inculpée à tort d’appartenance à une organisation interdite, ce qui pourrait la conduire en prison pour au moins cinq ans.

Hanan Badr el Din ne doit pas être privée de liberté au seul motif qu'elle cherche son époux. Amnesty en appelle au président Abdel Fattah al-Sissi pour abandonner toutes les charges retenues contre elle et la libérer immédiatement et sans condition. En outre, Amnesty exige qu’on lui dise ce qui est arrivé à son mari, afin qu'elle puisse enfin trouver la paix dans la vérité.

Rapport d'Amnesty International

Amnesty International a publié déjà en juillet 2016 un rapport sur les disparitions forcées systématiques de personnes critiques envers le gouvernement. L'ampleur de la répression exercée par les forces de sécurité du gouvernement d'al-Sissi reste malheureusement terrifiante.


Cette année, vous pouvez aussi vous engager pour l'un des cas du Marathon des lettres en envoyant votre photo: amnesty.ch/imhere