Yiliyasijiang Reheman Yiliyasijiang Reheman

Yiliyasijiang Reheman, Chine Arraché à sa famille

La femme de Yiliyasijiang Reheman a été contrainte de donner naissance à leur second enfant seule. Depuis 2017, son mari est porté disparu. Il appartient à la minorité Ouïghour, violemment persécutée par le gouvernement chinois.

Signez la pétition et exigez des autorités chinoises qu’elles libèrent Yiliyasijiang immédiatement.

Yiliyasijiang Reheman et sa femme Mairinisha Abuduaini attendaient leur second enfant lorsque Yiliyasijiang a disparu. Le jeune couple se construisait un nouvel avenir. Tous deux étudiaient à l’université en Égypte tout en s’occupant de leur famille grandissante. Leur vie a été bouleversée en juillet 2017, lorsque la Chine a fait pression sur le gouvernement égyptien pour qu’il lance un coup de filet contre des centaines d’Ouïghours se trouvant dans le pays.

Yiliyasijiang était parmi les personnes capturées. Trois semaines plus tard, Mairinisha a donné naissance à leur nouvel enfant, seule. Elle avait 19 ans. Depuis 2017, elle cherche son mari sans jamais perdre espoir de voir sa famille à nouveau réunie un jour. La jeune femme, qui vit aujourd’hui en Turquie, a appris par des amis que Yiliyasijiang avait été renvoyé dans la région du Xinjiang, en Chine. Elle pense qu’il se trouve dans l’un des camps d’internement secrets du pays, où les Ouïghours sont exposés à la propagande du gouvernement chinois qui a pour but de les conditionner. Jusqu’à un million de personnes, principalement des musulmans, ont été arrachées à leur famille et enfermées dans ces camps depuis 2017. Ce scandale a lancé un puissant mouvement en faveur de la vérité à travers le monde.

Mairinisha veut simplement que son mari revienne sain et sauf auprès d’elle et de ses enfants. « Mon époux devrait être libéré dès que possible, affirme-t-elle. Nos enfants ont besoin de leur père. Je n’abandonnerai pas tant que nous ne serons pas tous réunis. »

Soutenez la famille de Yiliyasijiang et publiez vos messages d’espoir et d’amitié pour Mairinisha Abuduaini sur Twitter (@munzira717) ou Facebook (www.facebook.com/mansura.elyas.9.)