© Amnesty International
© Amnesty International

Afrique du Sud: Action lettre pour les femmes et jeunes filles de Mkhondo Hausse de la mortalité maternelle

Lettres contre l'oubli de juillet 2016
Depuis 2008, la mortalité maternelle est en augmentation dans la municipalité de Mkhondo, dans la province du Mpumalanga, dans l’est de l’Afrique du Sud, ce qui en fait l’un des districts de santé les moins performants.

Les femmes enceintes et les jeunes mères de cette région courent de plus en plus le risque de mourir inutilement car plusieurs obstacles les empêchent d’accéder à des soins prénatals dès le début de leur grossesse et de bénéficier d’un suivi tout au long de celle-ci. Les statistiques nationales sud-africaines montrent que près de 25% des décès maternels évitables sont liés à un accès tardif ou irrégulier aux soins prénatals. Parmi les obstacles rencontrés par les femmes de la région figurent notamment le coût élevé du déplacement vers les centres de soins, des transports publics limités, le manque de professionnels de la santé, le manque de professionnalisme de certains membres du personnel infirmier des centres de soins. De plus, des inquiétudes quant au respect de la vie privée et de la confidentialité dans les centres de soins, ainsi que la connaissance limitée qu’ont les femmes et les jeunes filles des bienfaits des soins prénatals réduisent d’avantage d’accès à ces services.

Grâce au travail de campagne mené par Amnesty International auprès du public, des progrès ont été réalisés. En janvier 2015, le centre de soins d’Amsterdam, dans la municipalité de Mkhondo, a augmenté la fréquence de ses services de consultations prénatales, passant de deux jours par semaine à sept jours sur sept. Ainsi, les femmes et les jeunes filles des environs peuvent désormais accéder à ces services tous les jours. Cette amélioration a considérablement réduit les temps d’attente et se révèle particulièrement avantageuse pour les femmes qui travaillent, puisqu’elles n’ont plus besoin de prendre de congés pour pouvoir se rendre au centre de soins. Plusieurs représentants de l’État ont visité Mkhondo et ont abordé avec les habitants la question de la santé maternelle et la manière de l’améliorer. Ils se sont engagés à examiner les recommandations du rapport d’Amnesty International sur la santé maternelle. Il reste cependant beaucoup à faire.

PROPOSITION DE LETTRE ET REVENDICATIONS

Monsieur le Ministre (= Lettre pour Pravin Gordhan)
Monsieur, (= Lettre pour Gillion Mashego)

Depuis 2008, la mortalité maternelle est en augmentation dans la municipalité de Mkhondo. Les femmes enceintes et les jeunes mères de cette région courent de plus en plus le risque de mourir inutilement car plusieurs obstacles les empêchent d’accéder à des soins prénatals dès le début de leur grossesse et de bénéficier d’un suivi tout au long de celle-ci. Les statistiques nationales sud-africaines montrent que près de 25% des décès maternels évitables sont liés à un accès tardif ou irrégulier aux soins prénatals.
En janvier 2015, le centre de soins d’Amsterdam, dans la municipalité de Mkhondo, a augmenté la fréquence de ses services de consultations prénatales, passant de deux jours par semaine à sept jours sur sept. Ainsi, les femmes et les jeunes filles des environs peuvent désormais accéder à ces services tous les jours. Cette amélioration a considérablement réduit les temps d’attente et se révèle particulièrement avantageuse pour les femmes qui travaillent, puisqu’elles n’ont plus besoin de prendre de congés pour pouvoir se rendre au centre de soins. Il reste cependant beaucoup à faire.

Je suis préoccupé·e par cette situation et je vous exhorte à faire des soins de santé pour les femmes et les jeunes filles de Mkhondo une priorité.
Je vous demande
- de veiller à ce que le gouvernement sud-africain reconnaisse l’existence d’obstacles liés au genre dans l’accès aux services de santé et à ce qu’il mette en œuvre une politique interministérielle de lutte contre la mortalité maternelle, le VIH/sida et la discrimination fondée sur le genre;
- de veiller à ce que les moyens budgétaires nécessaires soient alloués par tous les ministères et que le Parlement soit régulièrement informé des progrès réalisés au vu des moyens mis en œuvre et des engagements pris.

Dans cette attente, je vous prie de croire à l’expression de ma haute considération.

Adresser la lettre à

Pravin Gordhan
Président - Groupe de travail interministériel sur la prestation de services
Private Bag X802
Pretoria, 0001
Afrique du sud

Fax : +27 12 326 4478
E-maill : minreg@treasury.gov.za

Formule d’appel : Dear Minister Gordhan, / Monsieur le Ministre,

... et aussi à

Membre du Conseil exécutif en charge de la Santé, province de Mpumalanga
Gillion Mashego
No. 7 Government Boulevard, Building No. 3
Riverside Park, Extension 2
Nelspruit 1200, Afrique du Sud

Fax : +27 13 766 3475

Formule d’appel : Dear Minister Mashego, / Monsieur,

Copies à

Ambassade de la République d'Afrique du Sud
Alpenstrasse 29
Case postale
3000 Bern 6

Fax: 031 351 39 45
031 351 39 44
031 368 17 50

E-mail: bern.admin@dirco.gov.za

 

Vous trouverez un modèle de lettre en français à la page 4 du fichier Word ici.

Taxe postale courrier A: Europe: 1.50 / autres pays: 2.00