© Vincent Tremeau / Amnesty International
© Vincent Tremeau / Amnesty International

Cameroun: Action lettre terminée pour 130 hommes et garçons disparus Disparition forcée de 130 hommes et garçons

Lettres contre l'oubli de septembre 2016
25 hommes et garçons sont décédés en détention et plus de 130 ont disparu après avoir été arbitrairement arrêtés par les forces de sécurité camerounaises le 27 décembre 2014 et détenus dans les locaux de la légion de gendarmerie à Maroua.

Ces arrestations sont survenues lors d’une opération de recherche et de ratissage à Magdeme et Doublé, deux villages du département de Mayo Sava, situé dans la région de l'Extrême-Nord du Cameroun. Cette opération avait elle-même été décidée à la suite d'attaques répétées de Boko Haram dans cette zone.

Le gouvernement camerounais a informé Amnesty International en juillet 2016 qu'un procès allait débuter devant le tribunal militaire de Yaoundé concernant les 25 personnes décédées en détention, dont on ignore encore l'identité. Les familles des victimes seront autorisées à se constituer partie civile.

Quant aux plus de 130 disparus, le gouvernement camerounais affirme ne pas savoir où ils se trouvent. Ils sont victimes de disparition forcée.

À la connaissance d'Amnesty International, aucune enquête n'a été diligentée sur la disparition de ces hommes et de ces garçons, qui étaient au moins 130. Leurs familles continuent de demander aux autorités de révéler l'endroit où se trouvent leurs proches et l'identité de ceux qui sont décédés en détention. Elles réclament que les personnes responsables des morts en détention et des disparitions soient poursuivies en justice.


Action lettre terminée