Jeannot Randriamanana (image d'archive) © Droits réservés
Jeannot Randriamanana (image d'archive) © Droits réservés

Madagascar: Action lettre pour Jeannot Randriamanana Annuler la condamnation d'un défenseur des droits humains !

Lettres contre l'oubli de juillet 2022
Le 17 mars 2022, le tribunal pénal de Mananjary a condamné Jeannot Randriamanana, défenseur des droits humains et enseignant dans le secondaire, à deux ans de prison après l'avoir déclaré coupable de «diffamation et humiliation de membres du Parlement et de fonctionnaires, et usurpation d'identité».

Durant le mois de février 2022, Jeannot Randriamanana a dénoncé sur ses réseaux sociaux le détournement de fonds présumé par les autorités locales de l'aide humanitaire destinée aux populations du district de Nosy Varika. Celles-ci ont été touchées par les cyclones Batsirai et Emnati, qui ont frappé le Madagascar les 5 et 23 février. Jeannot Randriamanana a été arrêté le 2 mars 2022 et maintenu en détention arbitraire pendant un peu plus de deux mois avant de bénéficier d'une libération provisoire le 10 mai 2022.

Le 21 mars 2022, les avocats de Jeannot Randriamanana ont fait appel de sa condamnation. La cour d'appel de Fianarantsoa devait statuer sur ce recours le 10 mai 2022 mais l'audience a été reportée au 14 juin 2022. Selon son compte Facebook, l'audience a eu lieu. Le verdict a été fixé au 12 juillet.

Veuillez écrire une lettre courtoise en français ou anglais au ministre de la Justice:

Proposition de lettre et revendictions en français
(Modèle de lettre en anglais cliquer ici ou voir tout en bas)

Monsieur le Ministre,

Le 17 mars 2022, le tribunal pénal de Mananjary a condamné Jeannot Randriamanana, défenseur des droits humains et enseignant, à deux ans de prison après l'avoir déclaré coupable de «diffamation et humiliation de membres du Parlement et de fonctionnaires, et usurpation d'identité». En février 2022, Jeannot Randriamanana avait dénoncé sur ses réseaux sociaux le détournement de fonds présumé par les autorités locales de l'aide humanitaire destinée aux populations du district de Nosy Varika. Celles-ci avaient été touchées par les cyclones Batsirai et Emnati, qui ont frappé le Madagascar les 5 et 23 février.

Je demande à votre gouvernement d'annuler la condamnation de Jeannot Randriamanana et d'abandonner toutes les charges retenues contre lui. Sa condamnation découle de l'exercice pacifique de son droit à la liberté d'expression et de son droit à la liberté d'information.

Dans cette attente, je vous prie de croire, Monsieur le Ministre, à l’expression de ma haute considération.
 

Adresser la lettre à

Ministre de la Justice
François Rakotozafy
43 Rue Joel Rakotomolala Faravohitra
Antananarivo
Madagascar

E-mail: spminjus@yahoo.fr : doleancesminjus@gmail.com

- Salutation: Monsieur le Ministre, / Dear Minister
- Taxe postale: CHF 2.30

Copies à

Ambassade de la République de Madagascar
Avenue de Riant-Parc 38
1209 Genève

Fax: 022 740 16 16
E-mail: ambamadsuisse@bluewin.ch

 

Télécharger la description des lettres du mois de juillet avec les  modèles de lettre en français
» fichier Word ici
» fichier PDF ici

 


Model letter in english:

Dear Minister,

On 17 March 2022, the Criminal Court of Mananjary sentenced human rights defender and secondary school teacher Jeannot Randriamanana to two years imprisonment after convicting him of charges of "defamation and humiliation of members of Parliament and public servants and identity fraud". Throughout February 2022, Jeannot Randriamanana exposed on his social media the local authorities’ alleged embezzlement of humanitarian aid for the populations impacted by cyclones, Batsirai and Emnati, in the district of Nosy Varika, that hit Madagascar on 5 and 23 February 2022 respectively.

I would like to ask you to immediately quash Jeannot Randriamanana’s conviction and drop all charges against him as his conviction stems from the peaceful exercise of his rights to freedom of expression and the right to freedom of information.

Sincerely,