Fred Bauma et Yves Makwambala © Amnesty International (Image de campagne)
Fred Bauma et Yves Makwambala © Amnesty International (Image de campagne)

RDC: Action lettre pour Fred Bauma et Yves Makwambala Deux jeunes prisonniers d’opinion risquent la peine de mort

Lettres contre l'oubli de janvier 2016
En mars 2015, les deux activistes du mouvement de jeunesse, Fred Bauma et Yves Makwambala ont été arrêtés par les forces de sécurité après avoir organisé un évènement à Kinshasa, en vue d’encourager les jeunes à s’intéresser à la politique et à aller voter. Un temps détenus au secret, ils attendent désormais leur procès dans la prison de Kinshasa.

Malgré l’absence de preuves, Fred et Yves encourent la peine de mort en cas de condamnation.

Leur emprisonnement vise à faire taire un mouvement de jeunesse qui réclame des changements démocratiques dans le pays. Amnesty International les considère comme des prisonniers d’opinion.

Les autorités qualifient ces deux hommes de «terroristes» et de «comploteurs», visiblement dans le but d’intimider les militants et de réprimer les débats démocratiques.

PROPOSITION DE LETTRE ET REVENDICATIONS

Monsieur le Président,

En mars 2015, Fred Bauma et Yves Makwambala ont été arrêtés après avoir organisé un évènement à Kinshasa en vue d’encourager les jeunes à s’intéresser à la politique et à aller voter. Détenus depuis, inculpés de graves infractions contre l’État malgré le manque d’éléments de preuve à leur encontre, ils attendent leur procès.

Les autorités qualifient ces deux hommes de «terroristes» et de «comploteurs», visiblement dans le but d’intimider les militants et de réprimer les débats démocratiques.

Monsieur le Président, au vu de cette situation très inquiétante, je vous demande d’ordonner la libération immédiate et inconditionnelle de Fred Bauma et Yves Makwambala, ainsi que l’abandon de toutes les charges retenues contre eux.

De plus, je vous prie d’ordonner la remise en liberté des militants, des membres de partis de l’opposition et de tous ceux qui sont détenus uniquement en raison de leurs opinions politiques ou pour avoir participé à des activités pacifiques, et de veiller à ce que les charges retenues contre ces personnes soient abandonnées.

Dans cette attente, je vous prie de croire, Monsieur le Président, à l’expression de ma haute considération.

Adresser la lettre à

Président Joseph Kabila
Cabinet du Président de la République
Palais de la Nation
Av. De Lemera
Kinshasa-Gombe
RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO

Copies à

Ambassade de la République Démocratique du Congo
Sulgenheimweg 21
Case postale 5261
3001 Berne

Fax: 031 372 74 66
E-mail: rdcambassy@bluewin.ch


Vous trouverez un modèle de lettre en français à la page 5 du fichier Word ici.