© Amnesty International (les deux photos originales : Kumbirai Mafunda / ZLHR)
© Amnesty International (les deux photos originales : Kumbirai Mafunda / ZLHR)

Zimbabwe: Action lettre pour Itai Dzamara Journaliste disparu depuis sept ans

Lettres contre l'oubli d'avril 2022
Le 9 mars 2022 a marqué le septième anniversaire de la disparition du journaliste Itai Dzamara. Sa famille souhaite obtenir des réponses. Les autorités doivent achever sans délai l'enquête sur la disparition d'Itai, déterminer où il se trouve et traduire en justice les personnes soupçonnées d'être pénalement responsables.

Aucun progrès substantiel n'a été accompli en vue de déterminer où se trouve le journaliste et militant en faveur de la démocratie, Itai Dzamara, et ce qu’il est advenu de lui.

Itai Dzamara a été enlevé par cinq hommes non identifiés le 9 mars 2015 alors qu'il était chez le coiffeur à Glen View, une banlieue de Harare. Ces hommes l'ont accusé d'avoir volé du bétail, avant de le menotter et de l'emmener à bord d'un fourgon blanc, dont les plaques d'immatriculation étaient cachées. Avant sa disparition, Itai Dzamara s'était exprimé face aux sympathisant∙e∙s du parti d'opposition Mouvement pour le changement démocratique lors d’un rassemblement, au Zimbabwe Grounds à Harare, le 7 mars 2015. Il avait appelé à mener une action de grande ampleur contre la détérioration des conditions économiques au Zimbabwe.

Itai Dzamara avait déjà été pris pour cible par les forces de sécurité de l'État, qui l'avaient roué de coups et placé en détention illégalement. Le 2 décembre 2014, Itai Dzamara et deux autres militants prodémocratie avaient été enlevés par des hommes pendant qu'ils participaient à une manifestation pacifique à Harare. Ils ont, semble-t-il, été emmenés au siège du parti au pouvoir, le ZANU-PF. Privés de leurs possessions, ils ont été roués de coups par des membres du parti. Ils ont ensuite été conduits au commissariat central de Harare et remis à des agents de sécurité qui les ont torturés avant de les libérer sans inculpation. Ils ont été hospitalisés en raison des blessures graves provoquées par les actes de torture.

Le 9 mars 2022 a marqué le septième anniversaire de la disparition d'Itai. Lors du 40ème Examen périodique universel du Zimbabwe (40th Universal Periodic Review) tenu le 26 janvier 2022, le ministre de la Justice a déclaré que l'enquête sur la disparition d'Itai était en cours, mais sa famille souhaite obtenir des réponses. Les autorités doivent achever sans délai l'enquête sur la disparition d'Itai, déterminer où il se trouve et traduire en justice les personnes soupçonnées d'être pénalement responsables.

Passez à l'action

1.) écrire/envoyer une lettre

Veuillez écrire une lettre courtoise en shona, anglais ou français au président Mnangagwa pour l’exhorter à veiller à la mise en place d'une commission d'enquête indépendante et menée par un juge afin d'enquêter en profondeur sur la disparition d'Itai Dzamara, de le retrouver et de traduire en justice les personnes soupçonnées d'être pénalement responsables. En attendant, si Itai Dzamara est détenu par l'État, les autorités doivent immédiatement rendre public son lieu de détention et garantir qu'il soit protégé de tout acte de torture ou autre mauvais traitement:

Proposition de lettre en français
(Modèle de lettre en anglais cliquer ici ou voir tout en bas)

Monsieur le Président de la République,

Je vous écris car je souhaite vous faire part de ma vive préoccupation concernant le sort du journaliste et militant prodémocratie Itai Dzamara : le 9 mars 2022 a marqué le septième anniversaire de sa disparition. Ce jour-là de 2015 alors qu'il était chez le coiffeur à Glen View (Harare), il a été enlevé par cinq hommes non identifiés. Ceux-ci l'ont accusé d'avoir volé du bétail, avant de le menotter et de l'emmener à bord d'un fourgon blanc, dont les plaques d'immatriculation étaient cachées.

Avant sa disparition, Itai Dzamara s'était exprimé face aux sympathisant·e·s du parti d'opposition Mouvement pour le changement démocratique, au Zimbabwe Grounds à Harare, le 7 mars 2015. Pendant le rassemblement, il avait appelé à mener une action de grande ampleur contre la détérioration des conditions économiques au Zimbabwe.

Aucun progrès substantiel n'a été accompli afin de déterminer où se trouve le journaliste et militant en faveur de la démocratie Itai Dzamara et ce qu’il est advenu de lui. Le 26 janvier 2022, le ministre de la Justice a déclaré que l'enquête sur la disparition d'Itai était en cours, mais sa famille souhaite obtenir des réponses.

Cette situation me préoccupe beaucoup, et je vous exhorte à veiller à la mise en place d'une commission d'enquête indépendante menée par un juge afin d'enquêter en profondeur sur la disparition d'Itai Dzamara, de le retrouver et de traduire en justice les personnes soupçonnées d'être pénalement responsables.

En attendant, dans le cas où Itai Dzamara serait détenu par l'État, je vous prie instamment de rendre public son lieu de détention immédiatement et de garantir qu'il soit protégé de tout acte de torture ou autre mauvais traitement.

Dans cette attente, je vous prie de croire, Monsieur le Président, à l’expression de ma haute considération.
 

Adresser la lettre à

President Emmerson Mnangagwa
President of the Republic of Zimbabwe
Office of the President
Munhumutapa Building
Corner Samora Machel Avenue and Sam Nujoma Street
Private.Bag 7700
Causeway
Harare
Zimbabwe

Twitter : @edmnangagw

- Salutation: Monsieur le Président de la République
- Taxe postale: CHF 2.30

Copies à

Ambassade de la République du Zimbabwe
Botschaft der Republik Simbabwe
Kommandantenstrasse 80
D-10117 Berlin
Deutschland

Fax: 004930/ 20 45 50 62
E-mail: infor@zimembassyberlin.com ; zimberlin@zimfa.gov.zw


Télécharger la description des cas d'avril et des modèles de lettre en français
» fichier Word ici
» fichier PDF ici
 

2.) Messages de solidarité

Des cartes postales et des lettres de solidarité adressées à la femme d'Itai Dzamara, Sheffra Dzamara et à leurs deux enfants peuvent être envoyées pour leur remonter le moral et leur rappeler qu'il y a des gens qui soutiennent le cas d'Itai.

Écrivez à Sheffra Dzamara dans vos propres mots pour exprimer votre solidarité avec elle et sa famille.

Adresse postale pour vos messages de solidarité :

Sheffra Dzamara
c/o Southern Africa Team
Amnesty International
Southern Africa Regional Office
3 on Glenhove
Cnr Glenhove/ Tottenham Road
Melrose Estate
2196 Johannesburg
South Africa

 


Model letter in english / Modèle de lettre en anglais:

Your Excellency,

No significant progress has been made to determine the fate and whereabouts of journalist and pro-democracy activist, Itai Dzamara, who was taken on the morning of 9 March 2015 by five unknown men while at a barber shop in Harare’s Glen View suburb. March 2022 marked the 7-year anniversary of Itai’s disappearance. At Zimbabwe’s 40th Universal Periodic Review, on 26 January 2022, the Minister of Justice said the investigation into Itai's disappearance was ongoing, but Itai’s family are still searching for answers and information about his fate and his whereabouts.

Two days before his disappearance, Itai Dzamara had attended and addressed a rally by the opposition party, Movement for Democratic Change, held in Harare. During the rally, he called for mass action against the deteriorating economic conditions in Zimbabwe. In addition, Itai had previously been targeted by state security agents, beaten and unlawfully detained. On 2 December 2014, Itai Dzamara and two other pro-democracy activists were abducted by men while engaging in a peaceful protest in Harare. They were robbed, beaten and tortured by ZANU-PF members and security agents. They were hospitalized with severe injuries resulting from the torture.

I urge you to ensure that an independent judge led commission of inquiry is set up to comprehensively investigate the disappearance of Itai Dzamara, establish his whereabouts and bring to justice those suspected of criminal responsibility. In the meantime, if Itai is being held in state custody, please immediately disclose his place of detention and ensure that he is protected from torture or other ill treatment.

Kind regards,