40 sacs mortuaires pour représenter les 40 victimes tuées par la violence policière en mai dernier à Rio de Janeiro, 27 juillet 2016 © Felipe Varanda/Amnesty International
40 sacs mortuaires pour représenter les 40 victimes tuées par la violence policière en mai dernier à Rio de Janeiro, 27 juillet 2016 © Felipe Varanda/Amnesty International

Brésil Des housses mortuaires pour les organisateurs de Rio 2016

28 juillet 2016
Dans le cadre d'une action pacifique, des militants d'Amnesty International ont déposé 40 housses mortuaires, représentant le nombre de personnes tuées par la police en mai 2016 à Rio de Janeiro, devant le Comité organisateur local des Jeux olympiques de Rio 2016.

Ils ont également remis une pétition ayant recueilli 120 000 signatures dans plus de 15 pays, qui demande que les politiques de sécurité publique mises en œuvre dans le cadre des Jeux olympiques de Rio 2016 respectent les droits humains.

Le Comité doit aussi veiller à la sécurité

«Le Comité organisateur local qui gère ce gigantesque événement doit assumer la responsabilité partagée s'agissant des opérations de sécurité menées par des agents de l'État et des violations des droits humains qui en résultent dans le contexte des Jeux olympiques, a déclaré Atila Roque, directeur d'Amnesty International Brésil.

«Cela fait partie du mandat du Comité de veiller à ce que les pratiques en termes de sécurité coïncident avec les valeurs olympiques d'amitié, de respect et d'excellence, et à ce que les protocoles internationaux relatifs au recours à la force et aux droits humains soient pleinement respectés.»

Le Brésil n'a pas appris de ses erreurs

Depuis le mois d'avril, Amnesty International a fait part de ses préoccupations quant au risque accru de violations des droits humains à l'approche des Jeux olympiques de Rio 2016, comme ce fut le cas lors d'autres grands événements sportifs comme la Coupe du monde de football 2014 et les Jeux panaméricains de 2007. Depuis 2009, lorsque la candidature de Rio pour accueillir les Jeux a été retenue, plus de 2 600 personnes ont été tuées dans la ville par la police.

«Le Brésil n'a pas appris de ses erreurs. Au cours du seul mois de mai, 40 personnes ont été victimes d'homicides imputables à des policiers, une hausse de 135 % par rapport à la même période en 2015. Ces chiffres inacceptables compromettent l'héritage olympique», a déclaré Renata Neder, conseillère en matière de droits humains à Amnesty International.

 

 

Merci pour votre don

Votre engagement est notre force. Merci pour votre don