Manifestation au Canada pour les droits des femmes et filles autochtones © Amnesty International
Manifestation au Canada pour les droits des femmes et filles autochtones © Amnesty International

Canada: Action lettre pour les femmes autochtones Enlèvements et meurtres de femmes autochtones

Lettres contre l'oubli de novembre 2016
Au Canada, les femmes et les filles autochtones (métis, inuits et membres des Premières nations) sont extrêmement exposée à la violence. Le racisme, la pauvreté et la marginalisation les privent d’une protection adéquate de la police et de l'accès aux services du gouvernement.

Selon des chiffres récemment publiés par le gouvernement, le nombre d'homicides visant des femmes et des filles autochtones est au moins six fois plus élevé que la moyenne nationale.

Le racisme, la pauvreté et la marginalisation les privent d’une protection adéquate de la police et de l'accès aux services du gouvernement. De plus, de profondes inégalités poussent de nombreuses femmes autochtones à vivre dans des logements surpeuplés et à se tourner vers le trafic de drogue ou le travail du sexe, des situations qui les exposent davantage aux violences. En outre, de nombreux rapports font état d’hommes ciblant de façon particulièrement violente les femmes autochtones.

Le gouvernement fédéral vient de lancer une enquête nationale afin de déterminer les causes de ce taux élevé de violence dont les femmes et les filles autochtones sont victimes. Il s'agit d'une avancée louable, que les organisations de femmes autochtones ainsi que les organes internationaux de défense des droits humains réclamaient depuis longtemps. Cependant, des actions immédiates restent indispensables afin de répondre aux besoins les plus urgents en ce qui concerne les mécanismes de protection et de soutien accessibles aux femmes autochtones. Il est notamment nécessaire de remédier au grave manque de centres d'accueil d'urgence pour ces femmes. En effet, selon le gouvernement fédéral, si le pays compte plus de 600 communautés de Premières nations, moins de 40 centres d'accueil destinés aux femmes issues de ces communautés sont financés par l'État.

PROPOSITION DE LETTRE ET REVENDICATIONS

Madame la Ministre,

Je suis très préoccupé·e par le fait que, dans votre pays, les femmes et les filles autochtones soient touchées de façon extrêmement disproportionnée par la violence. Le racisme, la pauvreté et la marginalisation généralisés les privent d’une protection adéquate de la police et de l’accès aux services du gouvernement.

Je salue le lancement de l'enquête nationale concernant les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées. Cependant, j’exhorte le gouvernement à ne pas attendre les conclusions de cette enquête pour répondre aux besoins des femmes et des filles autochtones.

Je demande plus particulièrement que le gouvernement fédéral garantisse un financement suffisant, stable pour que toutes les femmes autochtones aient accès à des centres d'accueil d'urgence qui puissent répondre à leurs besoins spécifiques sur le long terme.

Dans cette attente, je vous prie de croire, Madame la Ministre, à l’expression de ma haute considération.

Adresser la lettre à

Ministre des Affaires autochtones et du Canada du nord
L'honorable Carolyn Bennett
Room 173, East Block
House of Commons
Ottawa, Ontario
K1A 0A6
Canada

Fax: +1 613 947 4622
E-mail: carolyn.bennett@parl.gc.ca
Twitter: @carolyn_bennett

Formule d’appel: Dear Minister, / Madame la Ministre,

Copies à

Ambassade du Canada
Kirchenfeldstrasse 88
Case postale
3000 Berne 6

Fax: 031 357 32 10
E-mail: bern@international.gc.ca

 

Vous trouverez un modèle de lettre en français à la page 5 du fichier Word ici.


Taxe postale: Europe: CHF 1.50 / autres pays: CHF 2.00