John Wilson ne peut sortir que trois fois par semaine pendant deux heures sans entrer en contact avec d'autres détenus. © AI
John Wilson ne peut sortir que trois fois par semaine pendant deux heures sans entrer en contact avec d'autres détenus. © AI

Etats-Unis d'Amérique John Wilson, détenu dans une prison de haute sécurité en Arizona

3 avril 2012
John Wilson est incarcéré dans une prison de haute sécurité en Arizona et en presque totale isolation.

Cela fait trois ans que John Wilson – le nom a été modifié – ne peut entretenir de contacts normaux avec un autre être humain.

Depuis la mi-2009, cet homme de 30 ans passe près de 24 heures par jour, tous les jours, dans une petite cellule sans fenêtre des quartiers administratifs spéciaux du complexe carcéral public de l’Arizona.

Cette cellule, qui fait à peine plus de sept mètres carrés, contient un lit en métal, un bureau, un tabouret et des toilettes. La seule source de lumière naturelle et d’air frais est une petite lucarne située au centre du bâtiment, au-delà de l’étage abritant les cellules – les conditions de détention ont pour objectif spécifique de réduire la stimulation visuelle et environnementale.

John n’est pas autorisé à travailler, ni à participer aux activités communes. Il prend tous ses repas dans sa cellule. Ses contacts avec les autres détenus se limitent à des échanges hurlés aux occupants des cellules voisines.

Il ne lui est permis de sortir que trois fois par semaine au maximum, pour deux heures tout au plus, afin de prendre une douche et de faire de l'exercice seul dans une petite cour couverte de grillage où filtrent rarement les rayons du soleil.

Au préalable, des gardiens portant d’épais gants le soumettent à une fouille corporelle et lui mettent des fers aux poignets et aux chevilles. Ce sont là les seuls contacts physiques qu’il connaisse en détention. Même les visites de parents et d'amis se déroulent de part et d’autre d’une vitre.

Aide limitée pour ses troubles mentaux

John souffre de graves troubles mentaux. Depuis 2009, il a été placé à de nombreuses reprises dans la catégorie des détenus risquant de se suicider, mais n’a bénéficié que d’une aide psychologique limitée.

Lorsqu’il a une séance avec un spécialiste de la santé mentale, celui-ci se trouve de l'autre côté de la porte de sa cellule - leurs conversations peuvent être entendues par le personnel et les autres détenus.

Il ne reçoit pas non plus de soins pour les infections cutanées dont il souffre, qui résultent du manque d’hygiène dans le bâtiment, où certains murs sont couverts de nourriture, d’urine et de matière fécale.

Lorsqu’il aura purgé sa peine, John recevra 50 dollars et une carte d’identité, et sera censé réintégrer la société directement après avoir quitté l’isolement.