Joe Biden et Kamala Harris lors d'une apparition conjointe à New York, le 12 novembre 2020. © Vasilis Asvestas/shutterstock.com
Joe Biden et Kamala Harris lors d'une apparition conjointe à New York, le 12 novembre 2020. © Vasilis Asvestas/shutterstock.com

États-Unis Les revendications d'Amnesty au nouveau gouvernement étasunien

21 janvier 2021
À l'occasion de l'investiture de Joe Biden et Kamala Harris, Amnesty International a formulé dix priorités pour le programme du nouveau gouvernement en matière de droits humains. Les principaux défis et recommandations peuvent être résumés comme suit:
Sécurité nationale et droits humains

Au nom de la «lutte contre le terrorisme», des centaines de milliers de civils dans le monde ont été tués et des millions ont été contraints de fuir. Les États-Unis maintiennent avec le centre de détention de Guantánamo une institution illégale où 40 hommes musulmans sont toujours détenus - la plupart sans inculpation, beaucoup ayant survécu à la torture. Le gouvernement doit fermer Guantánamo immédiatement. Tous les prévenus accusés de crimes ont droit à un procès équitable. Les exécutions extrajudiciaires doivent faire l'objet d'une enquête approfondie et les responsables doivent rendre des comptes. Plus d'informations et de recommandations.

Violences policières

Aux États-Unis, les forces de sécurité tuent près de 1 000 personnes par an, et, parmi les victimes, on compte un nombre disproportionné de personnes de couleur. Le gouvernement doit réformer les lois régissant le recours à la force par les autorités publiques et veiller à ce que la police respecte les normes internationales dans l'exercice de ses fonctions. Plus d'informations et de recommandations.

Violence par arme à feu

Aucun pays au monde ne compte autant de personnes possédant des armes à feu que les États-Unis. Tuant en moyenne 109 personnes par jour, la violence par arme à feu est la deuxième cause de décès chez les enfants et touche de manière disproportionnée les personnes de couleur. La nouvelle administration doit créer un groupe de travail et engager tous les niveaux du gouvernement à s'attaquer à cette crise des droits humains, notamment en durcissant les lois sur les armes à feu et en interdisant l'importation de fusils d'assaut. Plus d'informations et de recommandations.

Exportation d'armes

Les États-Unis sont le plus grand exportateur d'armes au monde. Amnesty demande, entre autres, un moratoire immédiat sur l'exportation d'armes vers des pays dont il est prouvé qu'ils commettent des violations des droits humains, comme le Yémen et l'Arabie saoudite. Plus d'informations et de recommandations.

Asile et migration

Le gouvernement américain a cessé d'accepter les demandeur·euse·s d'asile en 2020 sous le prétexte de la pandémie et n'a pas pris suffisamment de précautions dans les centres d'accueil pour protéger les personnes de la pandémie. Dans l'un des centres, 90% des personnes ont été testées positives en août - un grand nombre des personnes infectées ont été renvoyées dans leur pays d'origine. Amnesty demande notamment aux États-Unis de remplir leur obligation d'examiner les demandes d'asile et d'offrir une protection aux personnes qui fuient leur pays. Les rapatriements doivent être suspendus pendant la pandémie et les droits de celles et ceux qui cherchent une protection à la frontière américaine doivent être garantis. Plus d'informations et de recommandations.

Crise du coronavirus

La pandémie a mis en évidence et exacerbé les discriminations. La mortalité liée à la pandémie est deux fois plus élevée chez les Noirs que chez les Blancs. De nombreux emplois «essentiels» sont occupés par des personnes migrantes qui sont insuffisamment ou pas du tout protégées contre les infections. Amnesty demande, entre autres, un accès non discriminatoire aux soins de santé et des conditions de travail adéquates ainsi qu'une protection contre les infections pour les travailleurs et travailleuses de la santé. Les voix critiques doivent être prises au sérieux plutôt que d'être réduites au silence par la répression. Plus d'informations et de recommandations.

Liberté d'expression

La protestation pacifique est un droit fondamental. Les États-Unis devraient condamner les gouvernements qui ont recours à la violence pour réprimer des rassemblements pacifiques ou emprisonner et torturer des personnes pour leurs activités politiques. En même temps, le nouveau gouvernement doit également veiller à ce que la liberté d'expression soit garantie dans son propre pays et combattre le racisme systémique qui se manifeste notamment par les exécutions extrajudiciaires de personnes de couleur. Plus d'informations et de recommandations.

Droits des femmes

Le nouveau gouvernement devrait œuvrer pour l'égalité à tous les niveaux, s'attaquer aux violences sexuelles et sexistes et garantir les droits sexuels et reproductifs de tou·te·s. Avec la pandémie, la violence contre les femmes a augmenté et les programmes de soutien - bien qu'ils soient plus que jamais nécessaires - ont été considérablement réduits ou suspendus. Il est impératif qu'ils soient repris et dotés de ressources suffisantes. Plus d'informations et de recommandations.

Crise climatique

Pour contribuer au mieux à l'objectif multilatéral de lutte contre le changement climatique, les États-Unis doivent rapidement rejoindre l'Accord de Paris sur le climat. Étant l'un des principaux pays émetteurs de carbone au monde, ils doivent également formuler des objectifs nationaux ambitieux en matière de changement climatique. La transition vers une économie sans carbone doit être égalitaire et non discriminatoire. Plus d'informations et de recommandations.

Coopération internationale

Pendant des décennies, les États-Unis ont joué un rôle important dans l'engagement multilatéral en faveur des droits humains. Le nouveau gouvernement devrait reprendre le leadership international et assumer sa responsabilité en tant qu'acteur mondial en cultivant un discours non discriminatoire et, entre autres, en rejoignant le Conseil des droits de l'homme des Nations unies, en fournissant des fonds suffisants aux institutions multilatérales pour les droits humains, en levant les sanctions contre les hauts fonctionnaires de la Cour pénale internationale et en adhérant enfin à cette dernière. Plus d'informations et de recommandations.

Amnesty International s'efforcera, à tous les niveaux, de faire en sorte que le nouveau gouvernement poursuive un programme ambitieux en matière de droits humains et traduise ses promesses en actions.

Programme complet en matière de droits humains pour le nouveau gouvernement étasunien (en anglais).

Votre don les protège

De l’aide pour les enfants traumatisés par la guerre Votre don les protège