Des manifestant·e·s se sont réuni·e·s à New York pour demander que justice soit faite autour de l'assassinat de la militante hondurienne Berta Cáceres © Amnesty International
Des manifestant·e·s se sont réuni·e·s à New York pour demander que justice soit faite autour de l'assassinat de la militante hondurienne Berta Cáceres © Amnesty International

Honduras: Action lettre pour défenseurs du peuple Lenca Des membres d’ONG indigènes menacés, harcelés et criminalisés

Lettres contre l'oubli de mars 2017
Le 2 mars 2016, Berta Cáceres, dirigeante et cofondatrice du Conseil civique d'organisations indigènes et populaires du Honduras (COPINH), a été abattue dans sa ville natale de La Esperanza (département d'Intibucá), au Honduras.

Berta Cáceres et le COPINH faisaient campagne contre la construction du barrage hydroélectrique d'Agua Zarca, sur la rivière Gualcarque, située sur des terres ancestrales des Lencas. Le COPINH défend notamment leur droit au consentement libre, préalable et éclairé. D'autres organisations, comme le Mouvement indigène indépendant lenca de La Paz (MILPAH), remettent aussi en question la construction de barrages hydroélectriques à Intibucá et à La Paz, affirmant que les Lencas n'ont pas été correctement consultés.

En raison de leur travail sur les droits des peuples autochtones, les territoires et les ressources naturelles, Berta Cáceres, le COPINH et le MILPAH sont l'objet depuis des années de menaces à répétition, de tentatives de criminalisation de leur travail, d'agressions physiques et de harcèlement. L'assassinat de Berta Cáceres envoie un message très fort aux défenseurs des droits relatifs aux territoires, à la terre et à l'environnement, visant à leur faire peur et à mettre en doute l'effet dissuasif de la reconnaissance internationale accordée au travail légitime des défenseurs des droits humains. Depuis lors, les membres du COPINH et du MILPAH ont continué d'être menacés, surveillés, harcelés, agressés et parfois tués. La famille de Berta Cáceres et les Lencas doivent obtenir justice, afin que les membres du COPINH et du MILPAH puissent continuer à promouvoir et à défendre en toute sécurité les droits des peuples autochtones, leurs terres et l'environnement.

PROPOSITION DE LETTRE

Monsieur le Président,

Le 2 mars 2016, Berta Cáceres, dirigeante et cofondatrice du COPINH, a été abattue dans sa ville natale de La Esperanza. Berta Cáceres et le COPINH faisaient campagne contre la construction du barrage hydroélectrique d'Agua Zarca, sur la rivière Gualcarque, située sur des terres ancestrales des Lencas.

Les membres du COPINH et du MILPAH sont l'objet depuis des années de menaces à répétition, de tentatives de criminalisation de leur travail, d'agressions physiques, de harcèlement ainsi que parfois de homicides.

Je suis très préoccupé·e par cette situation et je vous demande de prendre les mesures suivantes :

  • Ouvrir une enquête approfondie et traduire en justice toutes les personnes soupçonnées d’être responsables du meurtre de Berta Cáceres, pour transmettre un message fort et éviter que d'autres défenseurs des droits humains ne soient assassinés.
  • Prendre toutes les mesures nécessaires pour garantir la sécurité des membres du COPINH, du MILPAH et des proches de Berta Cáceres, dans le respect de leurs souhaits et besoins, et conformément à l'obligation de les protéger par les mesures conservatoires prononcées par la Commission interaméricaine des droits de l'homme.
  • Reconnaître publiquement, et aux plus hauts niveaux des autorités locales et nationales, le travail légitime du COPINH, du MILPAH et de tous les défenseurs des droits humains au Honduras sur les questions relatives à la terre, aux territoires et à l'environnement.
  • S'abstenir d'utiliser un langage qui stigmatise, injurie, déprécie ou discrimine les défenseurs des droits humains.

Dans cette attente, je vous prie de croire, Monsieur le Président, à l’expression de ma haute considération.

Adresser la lettre à

Président du Honduras
Sr. Presidente Juan Orlando Hernández
Casa Presidencial
Bulevar Juan Pablo II
Tegucigalpa
Honduras

Fax : +504 2221 4570
E-mail: info@presidencia.gob.hn (cc: murquia@presidencia.gob.hn )
Twitter: @JuanOrlandoH, @Presidencia_HN

Formule d’appel: Estimado Señor Presidente, / Monsieur le Président,

Copies à

Ambassade de la République du Honduras
Rue Crevaux 8
F-75116 Paris
France

Fax: 00339 / 83 41 76 48
E-mail: ambassade@ambhonduras.com

 

Vous trouverez un modèle de lettre en français à la page 4 du fichier Word ici.


Taxe postale: Europe: CHF 1.50 / autres pays: CHF 2.00