Rubén González © Droits réservés
Rubén González © Droits réservés

Venezuela: Action lettre terminée pour Rubén González Inquiétudes pour un syndicaliste détenu

Lettres contre l'oubli de mai 2020
Le syndicaliste Rubén González, détenu de manière arbitraire depuis novembre 2018 et condamné en août 2019 à cinq ans et neuf mois de prison, est un prisonnier d’opinion.

Rubén González est détenu pour son travail pacifique pour les droits des travailleurs. Son procès devant un tribunal militaire a été politiquement motivé et injuste.

Il est détenu de manière arbitraire depuis le 29 novembre 2018. Ce jour-là, il voyageait par voie terrestre de Caracas à Ciudad Guayana en compagnie de soixante travailleurs avec qui il avait manifesté pacifiquement. Ils ont été interceptés et placés en détention par des membres de la Garde nationale bolivarienne (Guardia Nacional Bolivariana, ou GNB) et de la direction générale du contre-renseignement militaire (Dirección General de Contrainteligencia Militar, ou DGCIM) à Anaco, dans l’État d’Anzoátegui, situé dans l’est du Venezuela. Les autres travailleurs ont été remis en liberté quelques heures plus tard, mais la patrouille a maintenu Rubén González en détention au motif qu’un mandat d’arrêt avait été émis contre lui pour des actes qu’il aurait commis. Ce mandat faisait référence à un événement du 13 août 2018 au cours duquel des officiers de la GNB avaient fait irruption violemment au domicile de Rubén González, à Ciudad Bolívar. Ce dernier a été accusé d’avoir attaqué et insulté les membres du GNB. Cependant, dans le dossier de cette affaire, les militaires réputés agressés et frappés par Rubén González ne l’ont pas directement identifié comme responsable de quelque attaque que ce soit. Ces accusations semblent donc arbitraires et davantage liées à la surveillance et au harcèlement dont Rubén González a été la cible en raison de ses activités syndicales et de ses critiques à l’encontre des autorités gouvernementales.

Le 13 août 2019, il a été condamné à cinq ans et neuf mois de prison par le tribunal militaire. «Je suis puni pour être un syndicaliste intrépide», a déclaré Rubén González lors de sa condamnation.

Rubén González, aujourd’hui âgé de 60 ans, souffre d’une insuffisance rénale depuis plus de 10 ans, ainsi que d’hypertension. Depuis son arrestation arbitraire, il a connu une série de graves problèmes de santé, sans jamais bénéficier de soins adaptés. Il souffre actuellement d’une grave crise d’hypertension qui doit être traité sans délai. Sans prise en charge médicale urgente, sa vie est en danger.

Action lettre terminée