Image symbolique (dans un prison au Venezuela) © Amnesty International
Image symbolique (dans un prison au Venezuela) © Amnesty International

Venezuela: Action lettre pour Javier Tarazona La santé d'un prisonnier d'opinion en détention arbitraire s’est détériorée

Lettres contre l'oubli d'avril 2022
Le prisonnier d'opinion Javier Tarazona est en détention arbitraire depuis juillet 2021. Sa santé s'est gravement détériorée et il a besoin d'une prise en charge immédiate et urgente.

En juillet 2021, Javier Tarazona, directeur de l'ONG FundaREDES, a été arrêté après avoir tenté de porter plainte auprès du Bureau du procureur général de Coro (dans l'ouest du Venezuela). Il avait ainsi tenté d’obtenir justice suite au harcèlement subi de la part de membres des forces de sécurité. Au lieu de ça, il a ensuite été inculpé d'incitation à la haine, de trahison et de «terrorisme». Javier Tarazona est un prisonnier d'opinion, placé en détention arbitraire en raison de son travail en faveur des droits humains.

FundaREDES observe, documente et dénonce les atteintes aux droits humains commises par des acteurs non étatiques dans les régions frontalières du Venezuela. Les accusations qui visent Javier Tarazona et qui justifie son maintien illégal en détention semble être politiquement motivée. En effet, des agents du SEBIN (Servicio Bolivariano de Inteligencia Nacional) l'ont placé en détention sans mandat, puis le tribunal l'a inculpé de «terrorisme». Ces deux éléments sont caractéristiques d’une pratique de détention arbitraire couramment observée. Deux autres militants de FundaREDES, Rafael Tarazona et Omar de Dios García, font également l'objet de poursuites pénales arbitraires qui doivent être abandonnées immédiatement.

L’audience préliminaire s'est tenue avec plus de cinq mois de retard, le 16 décembre 2021, et a abouti à la mise en accusation de Javier Tarazona pour «incitation à la haine» et «terrorisme». Rafael Tarazona et Omar de Dios García ont pour leur part tous deux été inculpés d’«incitation à la haine». Javier Tarazona est le seul des trois défenseurs des droits humains à être encore maintenu en détention au siège du SEBIN dans le quartier de El Helicoide, à Caracas.

La santé de Javier Tarazona s'est gravement détériorée en raison de l'absence de soins médicaux. Il souffre d'hypertension, de diabète et des séquelles d'une contamination au COVID-19, qu'il a contracté pendant sa détention. Ses pathologies n'ont pas été traitées correctement par un médecin de confiance et nécessitent une prise en charge immédiate et urgente.

Veuillez écrire une lettre courtoise en espagnol, anglais ou français au Président Nicolás Maduro pour l’appeler à ordonner la libération immédiate et sans condition du prisonnier d'opinion Javier Tarazona et à mettre fin au harcèlement et à la criminalisation des organisations non gouvernementales au Venezuela.

Proposition de lettre en français
(Modèle de lettre en espagnol cliquer ici ou voir tout en bas)

Monsieur le Président,

Depuis juillet 2021, Javier Tarazona, directeur de l'ONG FundaREDES, est maintenu en détention. Il a été inculpé d'incitation à la haine, de trahison et de «terrorisme».
Javier Tarazona est un prisonnier d'opinion: il a été placé en détention arbitraire en raison de son travail en faveur des droits humains.

Son audience préliminaire s'est tenue avec plus de cinq mois de retard, le 16 décembre 2021, et a abouti à sa mise en accusation pour «incitation à la haine» et «terrorisme», tandis que deux autre militants, Rafael Tarazona et Omar de Dios García, ont tous deux été inculpés d’«incitation à la haine».

La santé de Javier Tarazona s'est gravement détériorée durant sa détention. Il souffre d'hypertension, de diabète et des séquelles d'une contamination au COVID-19, qu'il a contracté pendant sa détention.

Ses pathologies nécessitent une prise en charge médicale immédiate et urgente.

Je vous appelle instamment à ordonner la libération immédiate et sans condition du prisonnier d'opinion Javier Tarazona et à mettre fin au harcèlement et à la criminalisation des organisations non gouvernementales au Venezuela.

Dans cette attente, je vous prie de croire, Monsieur le Président, à l’expression de ma haute considération.
 

Adresser la lettre à

President Nicolás Maduro
Palacio de Miraflores
Av. Norte 10, Caracas 1012,
Distrito Capital
Venezuela

Twitter : @NicolasMaduro

- Salutation: Monsieur le Président
- Taxe postale: CHF 2.30

Copies à

Ambassade de la République Bolivarienne du Venezuela
Case Postale 237
3097 Liebefeld

Fax: 031 371 64 69
E-mail: embajada.suiza@mppre.gob.ve

 

Télécharger la description des cas d'avril et des modèles de lettre en français
» fichier Word ici
» fichier PDF ici

 


Modèle de lettre en espagnol:

» Télécharger ici le fichier Word du modèle de lettre en espagnol

Excelentísimo señor presidente de la República Bolivariana de Venezuela:

En el mes de abril del corriente año se cumplen nueve meses desde la detención arbitraria de Javier Tarazona, director de la organización no gubernamental Fundaredes, que fue detenido después de intentar informar a la sociedad sobre actos de acoso por parte de los agentes de seguridad en la Fiscalía General en la ciudad de Santa Ana de Coro. Se lo acusa de promover el odio, la traición y el “terrorismo”. Javier Tarazona es un prisionero de consciencia, privado injustamente de su libertad por defender los derechos humanos. El cargo que se le inculpa y por el cual continúa injustamente detenido tiene una motivación política, ya que los agentes del Servicio Bolivariano de Inteligencia Nacional lo detuvieron sin mandato judicial y la corte lo declaró culpable de “terrorismo”. Estos dos aspectos del caso son elementos típicos de los bien documentados procesos de detenciones arbitrarias.

El estado de salud de Javier Tarazona se ha deteriorado considerablemente debido a la falta de atención médica. Sufre de hipertensión sanguínea, de diabetes y de las secuelas de la infección de Covid-19 contraída durante su detención, que no ha sido debidamente tratada por un médico de su confianza y que requiere atención urgente e inmediata.

Le exijo la inmediata e incondicional liberación del prisionero de consciencia Javier Tarazona y el cese de todo acto de acoso y criminalización de las organizaciones no gubernamentales en Venezuela. También los arbitrarios procedimientos penales contra Rafael Tarazona y Omar de Dios García, miembros activos de Fundaredes, deben ser dejados sin efecto inmediata-mente.

Atentamente,