Les parlementaires fédéraux vont envoyer les cartons de signatures directement en Chine. © Adrian Moser
Les parlementaires fédéraux vont envoyer les cartons de signatures directement en Chine. © Adrian Moser

«Pékin 2008: un podium pour les droits humains» Des parlementaires fédéraux envoient les 25'176 signatures directement en Chine

Vingt cartons non ouverts et refusés par l’ambassade chinoise à Berne ont atterri il y a quelques jours au secrétariat d’Amnesty International. L’ambassade de Chine a refusé de recevoir les pétitions signées par 25'176 personnes en Suisse et voulait les faire détruire. Une vingtaine de parlementaires fédéraux vont prendre le relais pour faire pression: ils enverront aujourd’hui les cartons accompagnés d’une lettre personnelle au Premier ministre chinois Wen Jiabao.

Le 29 avril 2008, Amnesty International a voulu remettre la pétition «Pékin 2008 : un podium pour les droits humains» à l’ambassade de Chine à Berne. Bien que la remise ait été annoncée à l’avance, les portes de l’ambassade sont restées fermées. La police cantonale, présente sur place, a proposé à Amnesty International de remettre à l’ambassade les cartons contenant les 25'176 signatures par le biais du Service fédéral de sécurité. Il y a quelques jours, Amnesty International a reçu les paquets non ouverts en retour: refusés. L’ambassade chinoise a même suggéré au Service fédéral de sécurité de détruire les pétitions.

Seconde tentative aujourd’hui pour la remise de cette pétition: une vingtaine de parlementaires du PDC, PRD, PS et des Verts se sont déclarés d’accord d’envoyer les cartons, accompagnés d’une lettre personnelle, directement au Premier ministre chinois Wen Jiabao. Les membres du Conseil national et du Conseil des Etats ont reçu ce mardi matin les paquets d’Amnesty International devant le Palais fédéral.

«Nous sommes très déçus de ce refus de dialogue», a déclaré Christine Heller, coordinatrice de la campagne Pékin 08 pour la Section suisse d’Amnesty International. «Par cette pétition, Amnesty International veut rappeler aux autorités chinoises que la Chine a promis, lors de l’attribution des Jeux olympiques, d’améliorer les droits humains.» Mais peu de temps avant le début des JO, la situation des droits humains ne s’est pas améliorée. Au contraire, le gouvernement chinois a augmenté la répression. La pétition «Pékin 2008: un podium pour les droits humains» demande l’abolition de la peine de mort, la fermeture des «camps de rééducation» et la fin de la censure sur internet. Elle demande également que des défenseurs des droits humains emprisonnés injustement soient libérés. Hu Jia, militant vivant à Pékin, a récemment été condamné à trois ans et demi de détention parce qu’il a dénoncé l’augmentation de la répression à l’approche des Jeux olympiques.

Lors d’une action symbolique, les parlementaires recevront mardi 3 juin à 7h45 les paquets d’Amnesty International, devant le Palais fédéral.

Communiqué de presse publié le 3 juin 2008, Londres / Lausanne.
» Contact du service de presse