Ye Guozhu, photographié en 2004 avant sa détention de quatre ans. © Ng Han Guan/AP/PA Photo
Ye Guozhu, photographié en 2004 avant sa détention de quatre ans. © Ng Han Guan/AP/PA Photo

Défenseur des droits humains chinois Détention prolongée pour Ye Guozhu, à cause des Jeux olympiques

Amnesty International exige la libération immédiate du défenseur des droits humains Ye Guozhu. Ce militant du droit au logement à Pékin s’était engagé contre les expulsions forcées liées à la préparation des Jeux olympiques et avait été condamné à quatre ans de détention. Il devait être libéré ce samedi, le 26 juillet. Mais les autorités chinoises ont décidé de le maintenir en détention jusqu’au 1er octobre, soit après la fin des Jeux olympiques. D’après les informations d’Amnesty International, Ye Guozhu a été torturé en prison, à plusieurs reprises.

«Ye Guozhu est maintenu en détention afin qu’il ne puisse pas parler pendant les JO des gens qui, comme lui, ont été expulsés de force de leurs logements à Pékin pour faire de la place aux Jeux olympiques», dénonce Manon Schick, porte-parole de la Section suisse d’Amnesty International. «Cela va totalement à l’encontre des promesses de la Chine d’améliorer la situation des droits humains avant l’ouverture des Jeux.» De nombreuses personnes ont été expulsées de force de leur logement pour faire place à la construction d’infrastructures sportives.

Les autorités pénitentiaires de Chaobai ont téléphoné à la famille de Ye Guozhu, afin de les informer qu’il était inutile de se rendre à la prison pour l’accueillir à sa sortie le 26 juillet, date initialement prévue pour sa libération. D’après les autorités carcérales, des policiers du district de Xuanwu, à Pékin, ont emmené Ye Guozhu ailleurs. La police du district de Xuanwu a plus tard déclaré que pour le bien de ses proches et pour qu’ils ne courent aucun risque pendant les Jeux olympiques, elle prendrait Ye Guozhu en charge, mais ne l’autoriserait à rentrer chez lui qu’après le 1er octobre 2008. La police n’a pas autorisé sa famille à le rencontrer et a refusé de dévoiler son lieu actuel de détention.

Considéré par Amnesty International comme un prisonnier d'opinion, Ye Guozhu a été condamné en 2004 à quatre ans d'emprisonnement pour son opposition aux expulsions forcées liées à des chantiers de construction à Pékin en vue des Jeux olympiques. Amnesty International a appris en 2006 que cet homme avait été torturé en détention. Dans le centre de détention du district de Dongcheng, à Pékin, il aurait été suspendu par les bras au plafond et battu à maintes reprises par des policiers. Il aurait également été torturé dans une autre prison durant le second semestre 2005.

Communiqué de presse publié le le 24 juillet 2008, Londres / Lausanne.
» Contact du service de presse