© Private
© Private

Good News Guligeina Tashimaimaiti a été libérée

Après plus de deux ans de détention dans un «camp de rééducation» chinois, Guligeina Tashimaimati, d’origine ouïghoure a été remise en liberté.

Guligeina Tashimaimaiti, doctorante dans une université en Malaisie était rentrée chez elle le 26 décembre 2017 dans le district d‘Ili dans la région autonome du Xinjiang. Elle avait été vue pour la dernière fois par un ami à l’aéroport de Senaï en Malaisie et était portée disparue depuis ce moment-là.

Ses amis et sa famille lui avaient déconseillé de revenir en Chine mais Guligeina Tashimaimaiti, qui se faisait du souci pour ses parents dont elle était sans nouvelles depuis février 2017, avait tenu à venir leur rendre visite.

Avec, en arrière-plan, la répression sans précédent qui frappe les Ouïghours et d’autres minorités ethniques dans la région autonome du Xinjiang, sa famille craignait que Guligeina soit détenue dans un camp de rééducation. Amnesty International a lancé plusieurs actions de lettres pour réclamer sa libération.

Guligeina Tashimaimaiti a pu contacter sa famille par appel vidéo peu après sa libération. Ses parents ont déclaré qu’elle semblait en bonne santé et qu’elle enseignait maintenant l’anglais.