© Alain Pitton/NurPhoto
© Alain Pitton/NurPhoto

Chine Amnesty International ferme ses bureaux à Hong Kong

Communiqué de presse publié le 25 ocotbre 2021, Londres/Berne. Contact du service de presse
Amnesty International va fermer ses bureaux à Hong Kong. La répression des autorités chinoises à l'encontre des organisations de défense des droits humains rend impossible le travail sur le terrain. Les activités régionales sont transférées vers d'autres bureaux.

Amnesty International va fermer ses deux bureaux à Hong Kong d'ici la fin de l'année. Le bureau de la section locale d'Amnesty Hong Kong, qui s'occupe principalement de l'éducation aux droits humains, cessera ses activités le 31 octobre. La fermeture du bureau régional, qui fait partie du secrétariat international d'Amnesty International et mène des campagnes, est prévue pour la fin de l'année 2021. Les activités régionales seront transférées aux autres bureaux de l'organisation des droits humains dans la région Asie-Pacifique.

« Cette décision, prise le cœur lourd, a été motivée par la loi de Hong Kong sur la sécurité nationale, qui a rendu impossible dans les faits pour les organisations de défense des droits humains de travailler librement à Hong Kong »Anjhula Mya Singh Bais, présidente du Conseil d'administration international d'Amnesty

« Cette décision, prise le cœur lourd, a été motivée par la loi de Hong Kong sur la sécurité nationale, qui a rendu impossible dans les faits pour les organisations de défense des droits humains de travailler librement à Hong Kong et sans craindre de graves représailles de la part du gouvernement », a déclaré Anjhula Mya Singh Bais, présidente du Conseil d'administration international d'Amnesty.

« Hong Kong a longtemps été une base régionale idéale pour les organisations internationales de la société civile, mais le fait que les groupes locaux de défense des droits humains et les syndicats aient été récemment pris pour cible témoigne de l'intensification de la campagne menée par les autorités pour débarrasser la ville de toute voix dissidente. Il est de plus en plus difficile pour nous de continuer à opérer dans un environnement aussi instable ».

Deux bureaux d'Amnesty International sont basés à Hong Kong : une section locale axée sur l'éducation aux droits humains dans la ville et un bureau régional qui mène des activités de recherche, de plaidoyer et de campagne en Asie de l'Est et du Sud-Est, ainsi que dans le Pacifique. Toutes les activités du bureau régional se poursuivront dans de nouveaux locaux.

« Nous sommes profondément redevables aux membres et au personnel d'Amnesty qui, au cours des 40 dernières années, ont travaillé sans relâche pour protéger les droits humains à Hong Kong et depuis Hong Kong. Qu'il s'agisse de faire pression avec succès pour l'abolition totale de la peine de mort à Hong Kong en 1993 ou de révéler des preuves de l'usage excessif de la force par la police lors des manifestations de masse de 2019, Amnesty Hong Kong a mis en lumière les violations des droits humains dans les jours les plus sombres », a déclaré Agnès Callamard, secrétaire générale d'Amnesty International.

Une loi sur la « sécurité nationale » dévastatrice

La loi sur la sécurité nationale, imposée par le gouvernement central chinois, a été promulguée le 30 juin 2020. Elle vise les actes présumés de « sécession », de « subversion du pouvoir de l'État », d’« activités terroristes » et de « collusion avec des forces étrangères ou extérieures pour mettre en danger la sécurité nationale ».

Sa définition large et vague de la « sécurité nationale », qui suit celle des autorités de Pékin, a été utilisée arbitrairement comme prétexte pour restreindre les droits humains à la liberté d'expression, de réunion pacifique et d'association, ainsi que pour réprimer la dissidence et l'opposition politique.

Dans une note d'information publiée en juin 2021, Amnesty a rendu compte de la détérioration rapide des droits humains à Hong Kong un an après la promulgation de la loi sur la sécurité nationale.

« L'environnement de répression et l'incertitude perpétuelle créés par la loi sur la sécurité nationale font qu'il est impossible de savoir quelles activités pourraient entraîner des sanctions pénales. » Anjhula Mya Singh Bais

« L'environnement de répression et l'incertitude perpétuelle créés par la loi sur la sécurité nationale font qu'il est impossible de savoir quelles activités pourraient entraîner des sanctions pénales. La loi a été utilisée à maintes reprises pour cibler des personnes qui ont contrarié les autorités pour toutes sortes de raisons, qu'il s'agisse de chanter des chansons politiques ou de discuter de questions relatives aux droits humains en classe », a déclaré Anjhula Mya Singh Bais.

« Le schéma des raids, des arrestations et des poursuites contre les opposants perçus a mis en évidence la façon dont le flou de la loi peut être manipulé pour monter un dossier contre toute personne que les autorités veulent. »

La répression gouvernementale visant les activistes, les politiciens de l'opposition et les médias indépendants s'est récemment étendue aux organisations de la société civile. Au moins 35 groupes ont été dissous depuis la promulgation de la loi, dont certains des plus grands syndicats et groupes d'activistes de la ville.

« Des jours difficiles s'annoncent pour les droits humains à Hong Kong, mais Amnesty International restera aux côtés des Hongkongais.  Nous nous battrons pour que leurs droits soient respectés et nous serons vigilants dans notre surveillance de celles et ceux qui les bafouent », a déclaré Agnès Callamard.

« Bien que le fait de quitter la ville que nous avons appelée notre foyer pendant des décennies soit dévastateur, nous sommes fiers de ce que nous avons accompli au cours de cette période, et nous sommes convaincus que la force des plus de 10 millions de sympathisants d'Amnesty dans le monde nous permettra de poursuivre notre travail ensemble pour mettre fin aux atteintes aux droits humains partout dans le monde. »