Zulkiflee Anwar Ulhaque alias «Zunar» © Amnesty International (Image de campagne)
Zulkiflee Anwar Ulhaque alias «Zunar» © Amnesty International (Image de campagne)

Malaisie: Action lettre pour Zunar Un dessinateur risque la prison pour une série de tweets

Lettres contre l'oubli de janvier 2016
Le dessinateur politique Zunar, est poursuivi après avoir posté une série de tweets critiquant ouvertement le pouvoir judiciaire malaisien.

Cinq de ses livres avaient déjà été interdits par le gouvernement. Son bureau a été perquisitionné à plusieurs reprises par les autorités et des milliers de ses bandes dessinées ont été confisquées. Aujourd’hui, il risque jusqu’à 43 ans d’emprisonnement.

Zunar fait l’objet de harcèlements, d’actes d’intimidation, d’arrestations et de détention depuis que la police a effectué une première descente dans ses bureaux en 2009. La Loi de 1948 relative à la sédition est draconienne et les autorités malaisiennes y ont de plus en plus souvent recours pour interroger, arrêter ou inculper des personnes qui, comme Zunar, exercent pacifiquement leur droit à la liberté d'expression.

PROPOSITION DE LETTRE ET REVENDICATIONS

Monsieur le Premier ministre,

Le caricaturiste politique Zulkiflee Anwar Ulhaque, alias «Zunar» risque actuellement une lourde peine de prison au titre de la Loi relative à la sédition, pour avoir publié sur Twitter des messages dénonçant l’emprisonnement du chef de file de l’opposition Anwar Ibrahim.
Zunar fait l’objet de harcèlement, d’actes d’intimidation, d’arrestations et de placements en détention depuis que la police a effectué une première descente dans ses bureaux en 2009. La Loi de 1948 relative à la sédition est draconienne et les autorités malaisiennes y ont de plus en plus souvent recours pour interroger, arrêter ou inculper des personnes qui, comme Zunar, exercent pacifiquement leur droit à la liberté d'expression.

Monsieur le Premier ministre, au vu de cette situation très inquiétante, je vous appelle à ordonner l’abandon immédiat des charges retenues contre Zunar et de veiller à ce que cet homme et ses collègues ne fassent pas l’objet de restrictions, quelles qu’elles soient, ou de harcèlement en raison de l’exercice pacifique de leur droit à la liberté d’expression.

Je vous prie de veiller à ce que la Loi relative à la sédition et d’autres lois qui limitent le droit à la liberté d’expression soient abrogées.

Dans cette attente, je vous prie de croire, Monsieur le Premier ministre, à l’expression de ma haute considération.

Adresser la lettre à

Premier Ministre
Najib Razak
Main Block, Perdana Putra Building
Federal Government Administrative Centre
62502
Putrajaya
MALAISIA

Copies à

Ambassade Malaisie
Jungfraustrasse 1
3005 Berne

Fax: 031 350 47 02
E-mail: mwberne@kln.gov.my

 

Vous trouverez un modèle de lettre en français à la page 4 du fichier Word ici.