Des manifestants pacifiques prennent de gros risques pour protester contre le coup d'État militaire à Nyaungshwe, au Myanmar, le 7 février 2021 © Robert Bociaga Olk Bon/shutterstock
Des manifestants pacifiques prennent de gros risques pour protester contre le coup d'État militaire à Nyaungshwe, au Myanmar, le 7 février 2021 © Robert Bociaga Olk Bon/shutterstock

Myanmar Manifestations pacifiques violemment réprimées par les forces de sécurité

11 février 2021
Plusieurs personnes ont été blessées lors de manifestations pacifiques violemment réprimées par les forces de sécurité, le 9 février 2021 à Nay Pyi Taw, capitale du Myanmar.

En réaction à ces informations, Emerlynne Gil, directrice régionale adjointe des recherches à Amnesty International, a déclaré :

«Comme beaucoup le craignaient, les autorités du Myanmar réagissent aux manifestations pacifiques qui se multiplient en usant d’une force inutile et excessive.

«En cette période extrêmement explosive, les autorités doivent respecter et garantir le droit de manifester pacifiquement et ne pas interdire, restreindre, bloquer, disperser ni perturber les rassemblements pacifiques sans justification impérative.

«Il est vital que les autorités respectent le droit des citoyen·ne·s d’exprimer sans violence leurs revendications collectivement.»  Emerlynne Gil, directrice régionale adjointe des recherches à Amnesty International

«Faire en sorte que les manifestations ne dégénèrent pas en violences ne signifie pas tirer sur celles et ceux qui y participent des balles en caoutchouc et des gaz lacrymogènes, ni se servir de canons à eau.

«Tandis que la contestation au Myanmar prend de l’ampleur, il est vital que les autorités respectent le droit des citoyen·ne·s d’exprimer sans violence leurs revendications collectivement.»

Complément d’information

Des dizaines de milliers de personnes sont descendues dans les rues de nombreuses villes au Myanmar le 9 février 2021, notamment à Nay Pyi Taw et dans les deux plus grandes villes du pays, Yangon et Mandalay.

Selon la BBC birmane, sept personnes, dont au moins une femme, ont été blessées lors d’une manifestation pacifique à Nay Pyi Taw.

Lorsqu’elles maintiennent l’ordre dans le cadre de manifestations, les forces de sécurité doivent toujours respecter, protéger et garantir les droits fondamentaux des organisateurs et des participants. Elles doivent également assurer la sécurité des journalistes, des observateurs et des autres membres de la population qui observent la manifestation.

Votre don les protège

De l’aide pour les enfants traumatisés par la guerre Votre don les protège