Pour Amnesty International, répondre à la tristesse des proches des disparu par des exécutions est inefficace et contraire au droit. © AFP/Getty Images
Pour Amnesty International, répondre à la tristesse des proches des disparu par des exécutions est inefficace et contraire au droit. © AFP/Getty Images

Pakistan Exécuter des terroristes n’est pas une réponse appropriée

17 décembre 2014
Le gouvernement pakistanais ne doit pas céder à la peur et la colère après la tragédie de l'école de Peshawar et il doit maintenir son moratoire sur les exécutions, a déclaré Amnesty International le 17 décembre, à la suite de la promesse faite par le Premier ministre Nawaz Sharif de reprendre les exécutions pour les actes de terrorisme.

«L'attaque perpétrée hier est extrêmement répréhensible et il est impératif que les responsables présumés de cette inimaginable tragédie soient traduits en justice. Cependant, le recours à la peine de mort n'est pas une réponse appropriée –il ne l'est dans aucun cas», a déclaré David Griffiths, directeur adjoint du programme Asie-Pacifique d'Amnesty International.

Nawaz Sharif a fait cette annonce le lendemain de la mort d'au moins 142 personnes –dont 132 enfants– tuées par des activistes talibans dans une école gérée par l'armée à Peshawar, dans le nord-ouest du pays.

«Le Pakistan est naturellement en proie à la peur et la colère au lendemain de cette attaque, mais la levée du moratoire sur les exécutions semble être une réaction automatique qui ne va pas au fond du problème –à savoir le manque de protection efficace pour les civils dans le nord-ouest du Pakistan, a déclaré David Griffiths. C'est à cela que le gouvernement devrait consacrer son énergie, au lieu de perpétuer le cycle de la violence en reprenant les exécutions.»

Des enquêtes dans le respect des normes internationales

Amnesty International demande que les responsables présumés des attentats menés sans discrimination et des attaques visant des civils, y compris celle de Peshawar, fassent l'objet d'enquêtes et de procédures judiciaires, mais dans le respect des normes internationales d'équité et sans recours à la peine de mort.

«Aucun élément convaincant n’a jamais permis de démontrer que la peine de mort était plus dissuasive que les autres châtiments, a déclaré David Griffiths. La peine capitale n'est pas une réponse appropriée aux problèmes d'ordre public du Pakistan et ne servirait à rien pour lutter contre la criminalité ou l'activisme dans le pays.»

Pas d’exécution depuis 2008

Le Pakistan a réinstauré un moratoire sur les exécutions en octobre 2013 et n'a exécuté personne depuis la pendaison d'un soldat en novembre 2012; la dernière exécution par pendaison d'un civil remonte à fin 2008. Actuellement, des dizaines de personnes sont condamnées à mort pour des faits liés au terrorisme dans le pays.

De nombreuses condamnations à mort y sont prononcées à l'issue de procès iniques caractérisés par l'absence d'assistance juridique et l'admission de preuves pourtant irrecevables au regard du droit international.

«En étendant le champ d'application de son moratoire sur les exécutions l'an dernier, le Pakistan a fait ce qu'il fallait et envoyé un message de respect des droits humains. Il a choisi de s'aligner sur la grande majorité de pays qui ont rejeté en droit ou en pratique la peine de mort, qui constitue le châtiment le plus cruel, inhumain et dégradant qui soit, a déclaré David Griffiths. En cette période où la justice pakistanaise lutte pour faire face aux problèmes d'ordre public, il peut être facile de voir la peine de mort comme une solution miracle. Mais au lieu de reprendre les exécutions, le Pakistan doit chercher des solutions durables qui améliorent en profondeur le fonctionnement de la justice pénale.»