Environ 3000 personnes ont été tuées par la police et des vigiles inconnus aux Philippines depuis que le président Duterte a accédé au pouvoir le 30 juin 2016. © NOEL CELIS/AFP/Getty Images
Environ 3000 personnes ont été tuées par la police et des vigiles inconnus aux Philippines depuis que le président Duterte a accédé au pouvoir le 30 juin 2016. © NOEL CELIS/AFP/Getty Images

Philippines Le dangereux débordement de Rodrigo Duterte

30 septembre 2016
Amnesty International s'inquiète des récentes déclarations du président philippin Rodrigo Duterte qui s'est comparé à Hitler en jurant vouloir «massacrer» trois millions de personnes. L'organisation considère ces paroles «choquantes» et «dangereuses».

En réaction au récent emportement du président philippin Duterte, Josef Benedict, directeur adjoint pour l’Asie du Sud-Est et le Pacifique à Amnesty International, a déclaré :

 «Avec cette dernière intervention en date, le président Duterte a touché le fond. Les gouvernements - que ce soit dans la région ou ailleurs dans le monde - doivent s’élever immédiatement et condamner ces déclarations choquantes. Les paroles prononcées par le président Duterte ne sont pas seulement extrêmement déplaisantes, elles sont aussi très dangereuses. Elles ne servent à rien d’autre qu’à mettre davantage de vies en danger.

«Depuis son arrivée au pouvoir, on a constaté une forte augmentation de la violence d’État et des exécutions extrajudiciaires à travers les Philippines. Au lieu de condamner et de faire cesser ces violations des droits humains, et de veiller à ce que les responsables présumés soient amenés à rendre des comptes, il a promis de les intensifier. Les homicides de masse sous le président Duterte doivent prendre fin.»