Au milieu: La défenseure des droits humains et avocate Sirikan Charoensiri (June) © Banrasdr
Au milieu: La défenseure des droits humains et avocate Sirikan Charoensiri (June) © Banrasdr

Thaïlande: Action lettre pour Sirikan Charoensiri (June) Risque de prison pour une défenseure des droits humains

Lettres contre l'oubli de juillet 2018
La défenseure des droits humains et avocate de premier plan, Sirikan Charoensiri, est poursuivie dans le cadre de trois affaires différentes et encourt au total jusqu’à 15 ans d’emprisonnement, pour avoir représenté légalement 14 militant·e·s en faveur de la démocratie arrêtés le 26 juin 2015.

Sirikan Charoensiri, également appelée June, est une défenseure des droits humains et avocate de premier plan en Thaïlande. Membre incontournable de la société civile thaïlandaise, elle défend régulièrement des personnes qui font l’objet d’enquêtes ou de poursuites pour avoir pacifiquement exercé des droits humains garantis par le droit international. Elle plaide également en faveur de la protection des droits humains auprès de représentant·e·s du gouvernement, de diplomates, d’organes des Nations unies, etc.

June est poursuivie dans le cadre de trois affaires différentes et encourt au total jusqu’à 15 ans d’emprisonnement, pour avoir représenté légalement 14 militants en faveur de la démocratie arrêtés le 26 juin 2015

Des membres de la police ont ouvert une enquête pénale à son encontre en février 2016, après que des enquêteurs ont déclaré qu’elle avait enfreint les articles 142 et 368 du Code pénal, car elle aurait dissimulé des preuves et refusé d’obéir aux ordres de policiers qui souhaitaient fouiller sa voiture. June a également été informée qu’elle faisait l’objet d’une enquête pour fausses déclarations d’activités criminelles, en raison de la plainte qu’elle avait déposée pour faute contre les policiers.

Deux mois plus tard, peu après son intervention devant le Conseil des droits de l’homme des Nations unies à Genève en septembre 2016, elle a été convoquée par la police thaïlandaise dans le cadre de l’enquête en cours concernant les 14 manifestants étudiants. Selon les enquêteurs, sa présence sur les lieux des manifestations, aux côtés des militants étudiants, prouvait son implication dans leurs activités illégales présumées. Si elle est officiellement inculpée, June risque de faire l’objet d’un procès devant un tribunal militaire, comme les autres militants.

Veuillez écrire une lettre courtoise en thaï, anglais ou français au chef de la police royale de Thaïlande.

PROPOSITION DE LETTRE

Monsieur,

La défenseure des droits humains et avocate de premier plan, Sirikan Charoensiri (June), est poursuivie dans le cadre de trois affaires différentes et encourt au total jusqu’à 15 ans d’emprisonnement, pour avoir représenté légalement 14 militant·e·s en faveur de la démocratie arrêtés le 26 juin 2015.
Des membres de la police ont ouvert une enquête pénale à son encontre en février 2016, après que des enquêteurs ont déclaré qu’elle avait enfreint les articles 142 et 368 du Code pénal, car elle aurait dissimulé des preuves et refusé d’obéir aux ordres de policiers qui souhaitaient fouiller sa voiture. June a également été informée qu’elle faisait l’objet d’une enquête pour fausses déclarations d’activités criminelles, en raison de la plainte qu’elle avait déposée pour faute contre les policiers.
Peu après son intervention devant le Conseil des droits de l’homme des Nations unies à Genève en septembre 2016, June a été convoquée par la police thaïlandaise dans le cadre de l’enquête en cours concernant les 14 manifestants étudiants. Selon les enquêteurs, sa présence sur les lieux des manifestations, aux côtés des militants étudiants, prouvait son implication dans leurs activités illégales présumées.

Cette situation me préoccupe beaucoup et je vous engage, Monsieur, à garantir l’abandon immédiat de toutes les enquêtes pénales en cours à l’encontre de Sirikan Charoensiri et d’autres défenseur·e·s des droits humains poursuivi·e·s pour avoir fourni une assistance juridique ou avoir défendu les droits humains de quelque manière que ce soit.

Dans cette attente, je vous prie de croire, Monsieur, à l’expression de ma haute considération.

Adresser la lettre au Chef de la police royale de Thaïlande:

Police General Chakthip Chaijinda
Royal Thai Police Headquarters
Rama 1 Road
Pathumwan
Bangkok,
10330, Thaïlande

Copies à

Ambassade Royale de Thaïlande
Kirchstrasse 56
3097 Liebefeld

Fax: 031 970 30 35
E-mail: thai.bern@bluewin.ch

 

Vous trouverez un modèle de lettre en français à la page 4 du fichier Word ici.


Taxe postale: Europe: CHF 1.50 / autres pays: CHF 2.00