Blogueur très lu abordant des questions de justice sociale, Dieu Cay a été inculpé pour «propagande» contre l'État. © Amnesty International
Blogueur très lu abordant des questions de justice sociale, Dieu Cay a été inculpé pour «propagande» contre l'État. © Amnesty International

Viêt-Nam Le blogueur et prisonnier d'opinion, Dieu Cay est enfin libre

22 octobre 2014.
La libération de l'un des plus célèbres prisonniers d'opinion du Viêt-Nam constitue une avancée positive, mais les autorités doivent maintenant remettre en liberté les dizaines d'autres militants pacifiques actuellement derrière les barreaux, a déclaré Amnesty International mercredi 22 octobre 2014.

Nguyen Van Hai, plus connu sous son pseudonyme Dieu Cay («la pipe du paysan»), a été libéré de prison mardi 21 octobre 2014, après avoir purgé quatre années d'une peine de 12 ans d'emprisonnement. Il a été immédiatement conduit à l'aéroport et mis dans un avion pour rejoindre les États-Unis.

Condamné pour «propagande» contre l'État

Blogueur très lu abordant des questions de justice sociale, Dieu Cay a été inculpé au titre de l'article 88 du Code pénal vietnamien, formulé en termes vagues, pour «propagande» contre l'État. Il a été condamné à une peine de prison en septembre 2012, à l’issue d’un procès inique.

«Nous sommes ravis que Dieu Cay, courageux défenseur des droits humains au Viêt-Nam, ait été libéré, mais il n'aurait jamais dû être emprisonné. Cet homme était un prisonnier d'opinion, dont le seul crime était d'exprimer sans violence des opinions que les autorités vietnamiennes ne voulaient pas voir diffusées, a déclaré Rupert Abbott, directeur du programme Asie-Pacifique d'Amnesty International.

Dizaine de prisonniers d'opinion derrière les barreaux

«Son état de santé, qui semblait se dégrader, et les conditions éprouvantes des prisons au Viêt-Nam rendent sa libération d'autant plus heureuse. Nous espérons toutefois qu'il pourra revenir dans son pays s'il le souhaite.

«Dieu Cay est loin d'être un cas isolé. Le Viêt-Nam doit maintenant continuer sur cette lancée en libérant les dizaines d'autres prisonniers d'opinion encore derrière les barreaux. Le gouvernement doit en outre mettre fin à sa répression de la liberté d'expression, cesser de s'en prendre aux militants pacifiques et permettre à la société civile de s'exprimer.»


Complément d’information

Amnesty International mène campagne en faveur de la libération de tous les prisonniers d’opinion au Viêt-Nam. En novembre 2013, l'organisation a publié un rapport intitulé Des voix réduites au silence, qui présente les cas de 75 personnes emprisonnées dans le pays pour avoir simplement exercé pacifiquement leurs droits humains.