Des agents des forces de l'ordre biélorusses escortent un participant à une manifestation contre les résultats de l'élection présidentielle biélorusse de 2020. Des manifestations de masse ont éclaté dans les principales villes du Belarus dans la soirée du 9 août. ©Valery Sharifulin/TASS via Getty Images
Des agents des forces de l'ordre biélorusses escortent un participant à une manifestation contre les résultats de l'élection présidentielle biélorusse de 2020. Des manifestations de masse ont éclaté dans les principales villes du Belarus dans la soirée du 9 août. ©Valery Sharifulin/TASS via Getty Images

Bélarus Vaste campagne de torture contre les manifestants

Communiqué de presse publié le 14 août 2020, Londres- Genève. Contact du service de presse
Amnesty International et les groupes locaux de défense des droits humains ont recueilli de nombreux témoignages faisant état d'une campagne de torture et d'autres mauvais traitements généralisés dans les prisons du Bélarus. Les prisonniers libérés rapportent avoir été torturés, battus et menacés de viol.

«Pendant des jours, le monde a regardé avec horreur la police biélorusse tirer des balles en caoutchouc et des gaz lacrymogènes sur des foules de manifestants pacifiques. Il devient de plus en plus clair que les scènes sanglantes dans les rues du Bélarus ne sont que la partie émergée de l'iceberg», a déclaré Marie Struthers, directrice du programme Europe de l'Est et Asie centrale d'Amnesty International.

«Il est de plus en plus clair que les scènes sanglantes dans les rues du Bélarus ne sont que la partie émergée de l'iceberg.»Marie Struthers, directrice du programme Europe de l'Est et Asie centrale d'Amnesty International

«D'anciens détenus nous ont dit que les centres de détention sont devenus des chambres de torture, où les manifestants sont obligés de s'allonger dans la boue pendant que les policiers leur donnent des coups de pied et les battent avec des matraques. Ils ont décrit avoir été déshabillés et soumis à des passages à tabac sadiques tout en écoutant les cris des autres victimes. Ce sont des personnes dont le seul "crime" a été de descendre dans la rue pour protester pacifiquement. Ce que nous voyons au Belarus est une catastrophe en matière de droits humains qui exige une action urgente».

Amnesty International appelle les dirigeants internationaux à faire pression sur le gouvernement du Bélarus pour qu'il mette fin aux violations massives des droits humains qui se déroulent dans le pays. 

Traitements inhumains et dégradants

Selon de nombreux témoignages, les détenus à Minsk et dans d'autres villes du pays, sont sévèrement battus pendant toute la durée de leur détention, à partir du moment où ils sont traînés à l'intérieur des bus de la police. Les abus se poursuivent dans les commissariats de police où ils sont «triés», et dans les centres de détention provisoire où ils sont détenus jusqu'à leur libération ou leur procès.  

Katsyaryna Novikava a déclaré à Amnesty International qu'elle avait été arrêtée dans le centre de Minsk dans la soirée du 10 août alors qu'elle se rendait à pied dans un supermarché. Elle a passé 34 heures au Centre d'isolement des délinquants (également connu sous le nom de TsIP). Katsyaryna a vu que toute la cour du centre était remplie d'hommes arrêtés qui avaient été forcés de s'allonger dans la saleté. À l'intérieur du TsIP, des dizaines d'hommes ont reçu l'ordre de se déshabiller et de se mettre à quatre pattes pendant que les officiers leur donnaient des coups de pied et les battaient avec des matraques. Katsyaryna a également été forcée de s'agenouiller et d'écouter les cris des autres victimes.

Katsyaryna a été placée dans une cellule de quatre personnes avec 20 autres femmes, où elles dormaient par terre. Elles n'ont reçu ni eau ni nourriture pendant la durée de leur détention et n'ont pas eu accès à des médecins. Plusieurs femmes avec lesquelles elle était emprisonnée ont déclaré à Katsyaryna qu'elles avaient été menacées de viol par des policiers.  

Katsyaryna n'a été informée que 22 heures après son arrestation qu'elle était accusée d'avoir participé à un rassemblement non autorisé. Avant d'être libérée tôt le matin du 12 août, des policiers lui ont dit: «Nous avons toutes vos données. Si nous vous revoyons ici, nous vous tuerons». Ses effets personnels, y compris son passeport et les clés de son appartement, ne lui ont pas été rendus à sa libération. 

Nikita Telizhenko, journaliste au média en ligne russe Znak.com, a été arrêté dans la soirée du 10 août. Il a passé les 16 heures suivantes au bureau des affaires intérieures du district de Maskouski. Là-bas, "la police a forcé les détenus à prier; ils ont dû lire le Notre Père. Ceux qui refusaient étaient battus de diverses manières. On pouvait entendre des gens se faire battre dans les étages au-dessus et au-dessous de nous.»

Selon les preuves recueillies par le groupe de défense des droits humains Viasna, dans certains commissariats de police, les détenus ont été contraints de s'allonger face contre terre pendant plusieurs heures ou de se tenir contre les murs des couloirs ou des cours, battus au moindre mouvement. Ceci est confirmé par de nombreux témoignages et des séquences vidéo qui ont été passées en contrebande à l'extérieur. 

«Ces rapports ne sont pas des incidents isolés. L'abondance des rapports de torture à travers le pays, des images vidéo et photo corroborées largement partagées sur les médias sociaux, sont si répandues qu'il est fort probable que l'approche ait été approuvée au plus haut niveau», a déclaré Marie Struthers. 

«Nous appelons à nouveau les autorités biélorusses à mettre fin à cette campagne brutale et à permettre aux manifestants d'exprimer leurs opinions sans craindre de violentes représailles.» 

«Nous appelons à nouveau les autorités biélorusses à mettre fin à cette campagne brutale et à permettre aux manifestants d'exprimer leurs opinions sans craindre de violentes représailles.» 

Contexte 

Au moins deux décès ont déjà été confirmés depuis le début des manifestations. Le premier manifestant est décédé le 11 août lorsque la police a tiré des grenades assourdissantes et des gaz lacrymogènes sur une foule à Minsk. Un homme de 25 ans est mort en garde à vue à Brest le 12 août, le même jour où la police de la ville a également utilisé des balles réelles contre les manifestants. 

Un autre décès avait été signalé le 9 août, corroboré par une vidéo montrant un manifestant écrasé par un véhicule de police à Minsk et étendu sans bouger sur le sol après le départ du véhicule. Le sort et le lieu où se trouve la victime, ou son corps, sont depuis restés inconnus.