Bélarus Deux condamnations à mort prononcées

1er décembre 2011
Deux condamnations à mort ont été prononcées au Bélarus mercredi 30 novembre 2011. Elles font suite à un procès qui n’était pas conforme aux normes internationales d’équité, a déclaré Amnesty International.

Dimitri Konovalov a été condamné pour avoir commis des attentats terroristes et produit des explosifs et Vladislav Kovaliov pour l’avoir aidé et ne pas avoir informé les autorités.

«Nous craignons fortement que Dimitri Konovalov et Vladislav Kovaliov n’aient été soumis à des mauvais traitements visant à les forcer à “avouer” et que ce procès ne résiste pas à une analyse internationale», a souligné John Dalhuisen, directeur adjoint du programme Europe et Asie centrale d’Amnesty International.

«Le Bélarus possède un système judiciaire entaché d’irrégularités et bafoue systématiquement les normes internationales d’équité des procès, ce qui augmente le risque de commettre une erreur judiciaire et d’exécuter un innocent.»

Au cours du procès, Vladislav Kovaliov est revenu sur ses « aveux » qui, selon lui, ont été obtenus sous la pression. Il a indiqué que, au cours de son interrogatoire, il avait entendu Dimitri Konovalov crier et supposé qu’il serait à son tour torturé ensuite. Sa mère a affirmé que les deux hommes avaient été battus pendant leur interrogatoire. D’après certaines sources, une ambulance a dû être appelée lors de celui de Dimitri Konovalov en raison des mauvais traitements qu’il a subis.

Violation du droit à la présomption d'innocence

Ces deux hommes ont été arrêtés le 12 avril 2011, au lendemain d’une explosion à Minsk qui a fait 15 morts et plusieurs centaines de blessés. En violation de leur droit à la présomption d’innocence, dans la matinée du 13 avril, le président Alexandre Loukachenko a déclaré que deux hommes arrêtés avaient avoué avoir commis cette attaque, ainsi que d’autres attentats à l’explosif commis précédemment au Bélarus. En fait, Dimitri Konovalov et Vladislav Kovaliov n’ont été interrogés que plus tard ce jour-là.

«Le président Loukachenko doit immédiatement décréter un moratoire sur la peine de mort et rejoindre les pays, de plus en plus nombreux, qui ont abandonné ce châtiment barbare», a ajouté John Dalhuisen.

«Le Bélarus est le dernier pays d’Europe et de l’ex-Union soviétique à procéder encore à des exécutions.»