Biélorussie Menace imminente d’exécution

8 mars 2011
L’exécution de deux prisonniers en Biélorussie menace d’être imminente suite au rejet de leur demande pour la conversion de leurs condamnations à mort. Amnesty International a lancé un action urgence contre leur exécution imminente.

La Biélorussie est le dernier pays en Europe qui applique encore la peine de mort. Il y a un an, Aleh Gryshkautsou  et Andrei Burdyka ont été condamnés à mort par fusillade pour assassinat et vol qualifié. Une fois que toutes les voies légales ont été épuisées, les deux peuvent être fusillés à tout moment.

Les familles des deux prisonniers ont appris le 22 février par les nouvelles télévisées que le prédisent Lukaschenko a refusé une commutation de la peine de mort. Le 24 février, la mère d'Andrei Burdyka a reçu une lettre de son fils dans laquelle il l'a informée qu’une rencontre avec un prêtre avait eu lieu le 23 février. Cela laisse craindre que l'exécution du jeune homme ait lieu dans la foulée.

En Biélorussie, les condamnés à mort sont mis au courant de leur exécution que quelques minutes auparavant.  Ils sont tués d'une balle dans la tête. Les familles sont souvent mises au courant qu’après de l'exécution de la peine. De plus, la dépouille n’est pas remis à ses proches, ni le lieu de l’enterrement communiqué, ce qui augmente encore un peu plus leur peine.

En 2010 en Biélorussie, il y a eu deux condamnations à mort mise à exécution. Comme d'habitude en Biélorussie, ni les condamnés, ni leurs familles n’ont été prévenus à l’avance de la date de l’exécution. La mère d'Andreï Jouk a appris le décès de son fils seulement lorsqu’elle a voulu lui apporter un paquet de nourriture.

Protestez par une action urgente contre les exécutions imminentes et demandez un moratoire sur la peine de mort en Biélorussie.