Action lettre: Mihaïl Stoyanov Des crimes homophobes restent impunis

Mihaïl Stoyanov, étudiant en médecine de 25 ans, a été battu à mort le 30 septembre 2008 alors qu'il se promenait dans le jardin Borisova, à Sofia. Son agression a été si brutale qu’il est mort par ...

Mihaïl Stoyanov, étudiant en médecine de 25 ans, a été battu à mort le 30 septembre 2008 alors qu'il se promenait dans le jardin Borisova, à Sofia. Son agression a été si brutale qu’il est mort par asphyxie lorsque sa trachée a été brisée. Quatre ans plus tard, ses meurtriers n’ont toujours pas été traduits en justice.

Des témoins affirment que les assassins de Mihaïl Stoyanov l’ont agressé parce qu’ils le croyaient homosexuel. Lorsque sa mère, Hristina, a signalé sa disparition au poste de la police locale, elle a été assaillie de questions concernant les habitudes et les amis de son fils. La police a également perquisitionné leur domicile à la recherche de stupéfiants, avant de lui dire que Mihaïl avait été tué.

En 2010, deux suspects ont été arrêtés après que trois témoins ont affirmé les avoir vus tuer Mihaïl Stoyanov. L’un d’eux a plaidé coupable lors de l’enquête. Tous faisaient partie d’un groupe qui avait agressé d’autres hommes dans le même parc en raison de leur orientation sexuelle supposée. Ils ont été libérés sous caution en avril 2012. Bien que le procureur ait reconnu que de solides éléments de preuve avaient été recueillis contre les suspects lors de l’enquête, ceux-ci n’ont jamais été ni inculpés officiellement, ni déférés à la justice. Actuellement, la procédure est au point mort.

La Bulgarie s’abstient systématiquement d’enquêter réellement sur les crimes homophobes et d’en poursuivre les auteurs. La plupart des crimes motivés par la haine ne sont jamais dénoncés car les victimes ne font pas confiance aux autorités, en partie parce que ces dernières ont parfois fait preuve d’un comportement ouvertement homophobe ou transphobe.Dans vos lettres, demandez que les auteurs du meurtre de Mihaïl Stoyanov soient traduits en justice. Exhortez les autorités à résoudre immédiatement le problème de la discrimination contre les lesbiennes, les gays, les personnes bisexuelles et les transgenres en Bulgarie.

 


None
Proposition de lettre et revendications

Monsieur le Procureur,

Mihaïl Stoyanov, étudiant en médecine de 25 ans, a été battu à mort le 30 septembre 2008 alors qu'il se promenait dans le jardin Borisova, à Sofia. Son agression a été si brutale qu’il est mort par asphyxie lorsque sa trachée a été brisée. Quatre ans plus tard, ses meurtriers n’ont toujours pas été traduits en justice.

Des témoins affirment que les assassins de Mihaïl Stoyanov l’ont agressé parce qu’ils le croyaient homosexuel. Lorsque sa mère, Hristina, a signalé sa disparition au poste de la police locale, elle a été assaillie de questions concernant les habitudes et les amis de son fils. La police a également perquisitionné leur domicile à la recherche de stupéfiants, avant de lui dire que Mihaïl avait été tué.

En 2010, deux suspects ont été arrêtés après que trois témoins ont affirmé les avoir vus tuer Mihaïl Stoyanov. L’un d’eux a plaidé coupable lors de l’enquête. Tous faisaient partie d’un groupe qui avait agressé d’autres hommes dans le même parc en raison de leur orientation sexuelle supposée. Ils ont été libérés sous caution en avril 2012. Bien que le procureur ait reconnu que de solides éléments de preuve avaient été recueillis contre les suspects lors de l’enquête, ceux-ci n’ont jamais été ni inculpés officiellement, ni déférés à la justice. Actuellement, la procédure est au point mort.

La Bulgarie s’abstient systématiquement d’enquêter réellement sur les crimes homophobes et d’en poursuivre les auteurs. La plupart des crimes motivés par la haine ne sont jamais dénoncés car les victimes ne font pas confiance aux autorités, en partie parce que ces dernières ont parfois fait preuve d’un comportement ouvertement homophobe ou transphobe.

Je suis très préoccupé•e par cette situation et je demande, Monsieur le Procureur, que les auteurs du meurtre de Mihaïl Stoyanov soient traduits en justice.

De plus j’exhorte les autorités à résoudre immédiatement le problème de la discrimination contre les lesbiennes, les gays, les personnes bisexuelles et les transgenres en Bulgarie.

Dans cette attente, je vous prie de croire, Monsieur le Procureur, à l’expression de ma haute considération.

 



Lettre courtoise à

Prosecutor Dragomir Yanchev
Sofia City Prosecutor's Office
2 Vitosha Boulevard
1061 Sofia
Bulgarie
Fax : +359 2 981 8 32
Courriel : press@prb.bg

Copie à

Ambassade de la République de Bulgarie
Bernastrasse 2
3005 Berne
Fax: 031 351 00 64
E-mail: bulembassy@bluewin.ch; embassy.bern@mfa.bg

Cette lettre fait partie des Lettres contre l’oubli de septembre 2012. | Retour au sommaire des Lettres contre l’oubli | Télécharger le fichier Word | S'inscrire pour recevoir un e-mail chaque mois avec les nouvelles lettres.