Espagne Le juge Baltasar Garzón est relaxé!

27 février 2012
La décision de la Cour suprême espagnole de relaxer le juge Baltasar Garzón des charges qui pesaient contre lui pour avoir enquêté sur des violations des droits humains est une excellente nouvelle.

196_espagne.jpg Baltasar Garzón a été le premier à enquêter sur les crimes commis sous le régime de Franco. © AI Espagne

Amnesty International a appelé les autorités espagnoles à ouvrir de toute urgence des enquêtes sur les atteintes aux droits humains commises pendant la guerre civile en Espagne et sous le régime de Francisco Franco – telles que des exécutions extrajudiciaires, des actes de torture et des disparitions forcées.

Garzón a ouvert la voie à d'autres enquêtes

«C'est un scandale que l'Espagne ne se soit pas encore attaquée à son sombre passé», a déclaré Marek Marczynski, responsable du programme Justice internationale à Amnesty International.

«La relaxe du juge Garzón est un pas positif, mais nous attendons maintenant une enquête exhaustive sur le vaste éventail de violations commises pendant la guerre civile et sous le régime de Franco. Ces crimes particulièrement horribles ne doivent pas rester impunis en Espagne.»

Amnesty International n'a pas encore pu analyser l'intégralité du jugement. Cependant, au vu des informations disponibles à ce jour, elle craint que l'interprétation qui y est faite du principe de légalité n'empêche les victimes d'atteintes aux droits humains commises par le passé d'obtenir justice.

L'organisation appelle les autorités espagnoles à respecter leurs obligations internationales et à enquêter sur ces crimes relevant du droit international, et en particulier à annuler la loi d'amnistie de 1977 et la prescription.