Zak Kostopoulos © Droits réservés (Morikis Grigoris)
Zak Kostopoulos © Droits réservés (Morikis Grigoris)

Grèce: Action lettre pour Zak Kostopoulos L’enquête pénale sur l'homicide d'un militant homosexuel est close

Lettres contre l'oubli de juin 2019
Zak Kostopoulos (également connu sous son nom de scène Zackie Oh), militant homosexuel et défenseur des droits des personnes LGBTI et des personnes séropositives au VIH en Grèce, est décédéle 21 septembre 2018 à la suite d’une violente attaque.

Des images vidéo filmées par des témoins montrent que Zak Kostopoulos a été violemment frappé par deux hommes après être entré dans une bijouterie au centre-ville d’Athènes. Les séquences montrent également la police arrêtant violemment Zak Kostopoulos alors qu’il était au sol, en train de mourir. On y voit également un policier appuyant violemment sa jambe sur son cou et un autre lui donnant des coups de pied. D’après le rapport médicolégal, Zak Kostopoulos est mort des blessures multiples qui lui ont été infligées.

Les enquêtes pénales et disciplinaires sur sa mort ont été entachées par de graves irrégularités: la police n’a pratiquement rien fait pour réunir des éléments de preuve, la scène de crime n’a pas été mise sous scellés et les agresseurs n’ont pas été immédiatement arrêtés. En raison des préjugés persistants contre les personnes LGBTI et les personnes vivant avec le VIH et de la couverture médiatique des médias grand public, Zak Kostopoulos a été présenté comme un «consommateur de stupéfiants qui était entré dans la bijouterie pour la cambrioler». Heureusement, d’autres éléments de preuve ont rapidement décrédibilisé ces mensonges.

À ce jour, deux civils et quatre policiers ont été inculpés pour coups et blessures ayant entraîné la mort dans le cadre de l’enquête sur la mort de Zak Kostopoulos. Les proches de Zak Kostopoulos ont porté plainte, demandant des poursuites pour homicide. En avril, nous avons appris que l’enquête pénale avait été close. Nous craignons dès lors que les irrégularités n’aient pas été prises en considération et que les éléments de preuve nécessaires n’aient pas été recueillis.

Le 9 avril, l’agence de recherche indépendante Forensic Architecture a publié ses conclusions sur les nouveaux éléments de preuve et a remis en lumière les irrégularités de l’enquête de la police. L’enquête disciplinaire est toujours en cours.

Veuillez écrire une lettre courtoise en grec, anglais ou français au Ministre de la Justice, de la Transparence et des Droits humains (et si possible aussi à la Ministre de la Protection du citoyen):

PROPOSITION DE LETTRE en français
(modèle de lettre en anglais voir tout en bas)

Monsieur le Ministre,

Zak Kostopoulos (Zackie Oh), militant homosexuel et défenseur des droits des personnes LGBTI et des personnes séropositives au VIH en Grèce, est décédé le 21 septembre 2018 à la suite d’une violente attaque.

Des images vidéo filmées par des témoins montrent que Zak Kostopoulos a été violemment frappé par deux hommes après être entré dans une bijouterie au centre-ville d’Athènes. Les séquences montrent également la police arrêtant violemment Zak Kostopoulos alors qu’il était au sol, en train de mourir. On y voit également un policier appuyant violemment avec sa jambe sur son cou et un autre lui donnant des coups de pied. D’après le rapport médicolégal, Zak Kostopoulos est mort des blessures multiples qui lui ont été infligées.

Les enquêtes pénales et disciplinaires sur sa mort ont été entachées de graves irrégularités: la police n’a pratiquement rien fait pour réunir des éléments de preuve, la scène de crime n’a pas été mise sous scellés et les agresseurs n’ont pas été immédiatement arrêtés. Zak Kostopoulos a été présenté comme un «consommateur de stupéfiants qui était entré dans la bijouterie pour la cambrioler».

Cette situation me préoccupe beaucoup, et j’appelle les autorités grecques à veiller à ce que tous les responsables de la mort de Zak et les personnes y ayant concouru soient amenés à rendre des comptes, dans le cadre de procès équitables, et à faire en sorte que justice soit faite pour sa mort.
De plus, je vous demande de déterminer, dans le cadre des procédures judiciaires, si ces actions étaient motivées par la haine, la discrimination ou tout autre préjugé.

Dans cette attente, je vous prie de croire, Monsieur le Ministre, à l’expression de ma haute considération.

Adresser la lettre ...
... au Ministre de la Justice, de la Transparence et des Droits humains:

Michalis Kalogirou
Ministry of Justice, Transparency and Human Rights
96 Mesogheion Avenue
11527, Athens
Grèce

Courriel : grammateia@justice.gov.gr
Fax : +30 210 7755835
Twitter: @ABZayed

Formule d’appel : Dear Minister, / Monsieur le Ministre,

... et si possible aussi à la Ministre de la Protection du citoyen:

Olga Gerovasili
4, P. Kanellopoulou
10177, Athens
Grèce

Formule d’appel : Dear Minister, / Madame la Ministre,


Copies à

Ambassade de Grèce
Weltpoststrasse 4
Case postale 72
3000 Berne 15

Fax: 031 368 12 72
E-mail: gremb.brn@mfa.gr

 

Vous trouverez un modèle de lettre en français à la page 5 du fichier Word ici.


Taxe postale: Europe: CHF 1.50 / autres pays: CHF 2.00

 


Model letter in english:

Dear Minister,

Zak Kostopoulos (also known by his drag stage name Zackie Oh), a queer activist and tireless defender of the rights of LGBTI people and HIV-positive persons in Greece, died on 21 September 2018 following a violent attack.

Video footage by eye witnesses shows that Zak was brutally beaten up by two men after entering a jewellery shop in central Athens. Footage also shows police violently arresting Zak who was dying on the ground. The video shows an officer forcefully driving his leg into his neck and another kicking him. According to the forensic report, Zak died from the multiple injuries he sustained.

The relevant criminal and disciplinary investigations have been marred with serious irregularities: the police made little effort to collect evidence, the crime scene was not sealed, the assailants were not immediately arrested. Due to persistent prejudice against LGBTI people and people living with HIV and the reporting by mainstream media, Zak was presented to the public as a ‘drug user that entered to steal the jewellery shop’. Fortunately, the evidence that gradually came to light soon debunked those lies.

I would like to ask you to ensure that all the perpetrators and all those that contributed to Zak’s death are held to account, in fair trial proceedings, and that justice is delivered for his death;

In the process to achieve justice, it must be considered whether any of the actions of those involved were motivated by hate, discrimination or any other prejudice.

Yours sincerely,