Conditions désastreuses dans le camp de réfugiés de Moria à Lesbos, 26 novembre 2019© AFP via Getty Images
Conditions désastreuses dans le camp de réfugiés de Moria à Lesbos, 26 novembre 2019 © AFP via Getty Images

Action par e-mail Grèce: les réfugiés doivent d’urgence être protégés face au Covid-19

4 avril 2020
Alors que le monde entier est confronté à la crise causée par le Covid-19, les risques pour les réfugiés et réfugiées sur les îles grecques se multiplient. Des milliers de personnes, dont des enfants, des personnes âgées, de personnes atteintes de maladies chroniques, des femmes enceintes ou encore des personnes handicapées, y sont piégées dans des conditions de surpopulation alarmantes. Aujourd'hui, ces personnes sont également menacées par la pandémie du Covid-19, dont les conséquences pourraient être dramatiques pour elles.
Action par e-mail

Au Premier ministre grec

Écrire maintenant

En plus de protéger le reste de la population, le gouvernement grec doit prendre des mesures urgentes pour protéger les réfugié·e·s de la pandémie et les mettre en sécurité.

Les conditions de vie des réfugié·e·s et des demandeur·euse·s d'asile sur les îles sont inhumaines. Le 22 mars, la population des camps de Lesbos, Chios, Samos, Kos et Leros était d'environ 37’000 personnes, alors que les installations ont une capacité totale de seulement 6’095 personnes. La population des camps a un accès extrêmement limité à l'eau, aux toilettes et aux douches. Les personnes doivent faire la queue pendant des heures pour obtenir de la nourriture et vivent dans des tentes ou des baraquements précaires, sans chauffage. Le personnel médical et infirmier est malheureusement en nombre insuffisant. De plus, les personnes arrivées depuis juillet se sont vu refuser l’accès aux soins du système public de santé.

Au lieu de les protéger contre le Covid-19, le gouvernement grec restreint davantage les mouvements des réfugié·e·s et continue de refuser illégalement les demandes d'asile des nouveaux arrivants. Ces conditions rendent impossible la protection du bien-être des personnes vivant dans les camps et les mettent en danger face à la menace croissante du Covid-19. En cas d'épidémie dans les camps, une quarantaine entraînerait de nombreux décès, mais ceux-ci peuvent toutefois encore être évités.

Les autorités grecques, avec l'aide de l'Union européenne, doivent faire respecter les droits humains et la dignité des réfugié·e·s et agir immédiatement pour protéger la vie de celles et ceux qui vivent dans les camps des îles grecques.

Agissez maintenant et envoyez un message au Premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, pour lui demander de :

  • Transférer les personnes des îles vers des logements appropriés sur le continent.
  • Veiller à ce que les camps disposent de personnel et de services médicaux suffisants. Fournir des produits d'hygiène adéquats, assurer la désinfection des zones, l'approvisionnement continu en eau courante, ainsi qu'un ramassage des déchets.
  • Accorder aux demandeurs et demandeuses d'asile et aux migrant·e·s, sans discrimination, un accès gratuit aux soins délivrés par le système public de santé, y compris le dépistage et le traitement du Covid-19, ainsi que des mesures préventives.

Afin de pouvoir suivre cette action par e-mail, nous nous sommes mis en copie cachée des e-mails. Si vous ne souhaitez pas qu'Amnesty reçoive votre message, il vous suffit d'effacer l'adresse pcruchon@amnesty.ch en copie-cachée du e-mail. Merci pour votre soutien !