La police hongroise a mené de nombreuses perquisitions dans les locaux d'ONG soupçonnées d'«activité financières criminelles». © 	ATTILA KISBENEDEK/AFP/Getty Images
La police hongroise a mené de nombreuses perquisitions dans les locaux d'ONG soupçonnées d'«activité financières criminelles». © ATTILA KISBENEDEK/AFP/Getty Images

Hongrie Chasse aux sorcières contre les ONG

2 février 2015
La chancelière allemande Angela Merkel doit appeler les autorités hongroises à cesser leur répression sans précédent visant les ONG, a déclaré Amnesty International lundi 2 février, à l'occasion de la publication d'un nouveau rapport coïncidant avec la visite de Mme Merkel en Hongrie cette semaine.

Ce document, intitulé Their backs to the wall: civil society under pressure in Hungary, expose en détail l'attaque des ONG orchestrée par les autorités hongroises depuis un an. Celle-ci a pris la forme de calomnies, d'enquêtes judiciaires, de perquisitions dans des bureaux, de saisies de matériel et d'un audit motivé par des considérations politiques qui pourrait conduire à terme à la fermeture d'organisations.

«L'assaut des autorités hongroises sur les ONG a tout d'une chasse aux sorcières. Les dirigeants européens devraient être extrêmement inquiets que des pratiques courantes en Russie se répandent dans un État membre de l'UE. Angela Merkel ne doit pas manquer l'occasion de contester ces pratiques cette semaine», a déclaré John Dalhuisen, directeur du programme Europe et Asie centrale d'Amnesty International.

En mai 2014, des représentants du gouvernement ont commencé à accuser un certain nombre d'ONG d'être «payées par des militants politiques» qui «tent[aient] d'imposer des intérêts étrangers» en Hongrie –reprenant au sein de l'Union européenne la position intransigeante de la Russie envers les organisations critiques percevant des fonds étrangers. En plus de ce discours stigmatisant de responsables politiques et d'articles de presse hostiles visant à discréditer ces organisations aux yeux du public, le gouvernement a ordonné un audit de 59 ONG distribuant et recevant des subventions provenant de fonds financés par l'État norvégien.

«Il s'agit d'un audit motivé par des considérations politiques, précédé par des déclarations du Premier ministre et d'autres représentants du gouvernement affirmant la ‘culpabilité’ des organisations concernées sans aucun élément solide attestant de quelconques activités illégales ou irrégularités financières», a déclaré John Dalhuisen.

À la suite d'accusations pénales non précisées émanant des commissaire aux comptes, la police a ouvert des enquêtes sur des infractions présumées liées au financement des ONG puis perquisitionné les bureaux de deux organisations et le domicile d'un salarié de l'une d'elles, en saisissant des ordinateurs, des serveurs et des documents. Le 23 janvier, le tribunal du district central de Buda a déclaré les perquisitions et saisies illégales car les soupçons d'infraction n'avaient pas été établis auparavant.

Quatre ONG font maintenant l'objet de procédures judiciaires distinctes qui pourraient leur faire perdre leur numéro d'identification fiscale et entraîner ainsi leur fermeture.

«La chasse aux sorcières menée par le gouvernement hongrois contre les ONG envoie un message effrayant à toutes les personnes qui dénoncent les atteintes aux droits humains, la corruption et l'homophobie. Les autorités hongroises doivent mettre fin à cette campagne visant les voix critiques indépendantes, et Angela Merkel et les autres dirigeants européens doivent de toute urgence les inciter à le faire», a déclaré John Dalhuisen.