Photo d'Azimjan Askarov entourée de dessins de jeunes activistes © Amnesty International
Photo d'Azimjan Askarov entourée de dessins de jeunes activistes © Amnesty International

Kirghizistan: Action lettre pour Azimjan Askarov Un défenseur des droits humains doit être libéré

Lettres contre l'oubli de novembre 2017
Le défenseur des droits humains Azimjan Askarov purge actuellement une peine de réclusion à perpétuité prononcée au terme d’un procès inique. Amnesty International pense que les charges retenues contre lui ont été forgées de toutes pièces pour tenter de l’empêcher de mener son travail pourtant légitime en faveur des droits humains.

Il a été accusé de complicité dans le meurtre d’un policier survenu pendant les violences qui ont ébranlé pendant plusieurs jours le sud du Kirghizistan en juin 2010.

En réalité, Azimjan Askarov, membre de la communauté ouzbèke et directeur de l’organisation indépendante de défense des droits humains Vozdukh («Air»), avait filmé et photographié des violences, des homicides et des incendies volontaires visant principalement des foyers ouzbeks et d’autres bâtiments de Bazar-Korgon, la ville où il vivait. Il a affirmé qu’on l’avait roué de coups durant les trois premiers jours de sa détention, pour le forcer à «avouer» le meurtre. Aucune véritable enquête n’a été menée au Kirghizistan sur ces allégations de torture.

 

Le Comité des droits de l’homme de l’ONU a reconnu qu’Azimjan Askarov avait été victime d’actes de torture, qu’il avait été arrêté arbitrairement, que ses conditions de détention étaient par moments inhumaines et qu’il avait été privé du droit à un procès équitable.
 

PROPOSITION DE LETTRE

Monsieur le Président,

Le défenseur des droits humains Azimjan Askarov purge actuellement une peine de réclusion à perpétuité.
Il a été accusé de complicité dans le meurtre d’un policier survenu pendant les violences qui ont ébranlé le sud du Kirghizistan pendant plusieurs jours en juin 2010.
En réalité, Azimjan Askarov, membre de la communauté ouzbèke et directeur de l’organisation indépendante de défense des droits humains Vozdukh («Air»), avait filmé et photographié des violences, des homicides et des incendies volontaires visant principalement des foyers ouzbeks et d’autres bâtiments de Bazar-Korgon, la ville où il vivait.

Azimjan Askarov a affirmé qu’on l’avait roué de coups durant les trois premiers jours de sa détention, pour le forcer à «avouer» le meurtre. Aucune véritable enquête n’a été menée au Kirghizistan sur ces allégations de torture.
Le Comité des droits de l’homme de l’ONU a reconnu qu’Azimjan Askarov avait été victime d’actes de torture, qu’il avait été arrêté arbitrairement, que ses conditions de détention étaient par moments inhumaines et qu’il avait été privé du droit à un procès équitable.

Cette situation me préoccupe vivement et je vous prie instamment de libérer sans délai Azimjan Askarov, prisonnier d’opinion détenu uniquement pour ses activités pacifiques de défenseur des droits humains.

Dans cette attente, je vous prie de croire, Monsieur le Président, à l’expression de ma haute considération.
 

Adresser la lettre au Président:

President Almazbek Atambaev
Prospekt Chuj, 205
Government House
Bishkek 720003
Kirghizistan

E-mail: oip@adm.gov.kg
Les russophones peuvent également envoyer un appel en ligne:
http://www.president.kg/ru/internet_obraschenija/form/

Formule d’appel : Dear President Atambaev / Monsieur le Président,

Copies à

Ambassade de la République Kirghize
Avenue Blanc 51, 3ème étage
1202 Genève

Fax: 022 707 92 21
E-mail: kyrgyzmission@bluewin.ch

 

Vous trouverez un modèle de lettre en français à la page 6 du fichier Word ici.


Taxe postale: Europe: CHF 1.50 / autres pays: CHF 2.00