Action lettre: Communauté rom Vivre près d’une station d’épuration

Environ 75 Roms sont contraints de vivre dans des baraquements en tôle et des cabanes près d’une station d’épuration dans la rue Primaverii, à Miercurea Ciuc (Csíkszereda). Ces logements exigus sont ...

Miercurea Ciuc/Csíkszereda © AI

Environ 75 Roms sont contraints de vivre dans des baraquements en tôle et des cabanes près d’une station d’épuration dans la rue Primaverii, à Miercurea Ciuc (Csíkszereda). Ces logements exigus sont souvent terriblement humides, et il peut y faire très froid. Leurs occupants ne disposent pas d’un accès suffisant à des toilettes, à des douches et à de l’eau salubre. Une odeur d’excréments humains flotte en permanence dans l’air et les familles craignent que la proximité de la station d’épuration leur occasionne des problèmes de santé.

En 2004, la municipalité a expulsé 100 Roms d'un immeuble de la ville où ils vivaient depuis les années 1970. On leur a dit que l’installation près de la station d’épuration avait pour but de protéger leur sécurité et serait temporaire. Six ans plus tard, les autorités locales n’ont pris aucune mesure pour les reloger dans des conditions acceptables. Plutôt que de s’installer dans les baraquements de la station d'épuration, un quart environ des personnes concernées ont préféré construire des abris à côté de la décharge municipale, où elles collectent des matériaux pour les revendre aux fins de recyclage.

Ces familles ont été chassées contre leur gré de leur domicile précédent. Les autorités n’ont pas respecté les garanties en matière d’expulsion prévues par le droit international. Les personnes concernées n’ont pas pu contester la décision d’expulsion et n’ont pas été consultées durant la procédure. En violation de la législation roumaine, aucune notification écrite et détaillée ne leur a été transmise suffisamment à l’avance.


Revendications de l'action terminée

 

Cette action est terminée. Veuillez ne plus envoyer d'appels au gouvernement.

Monsieur le Maire,

En 2004, la municipalité a expulsé 100 Roms d'un immeuble de la ville où ils vivaient depuis les années 1970. Environ 75 Roms sont contraints de vivre dans des baraquements en tôle et des cabanes près d’une station d’épuration dans la rue Primaverii, à Miercurea Ciuc (Csíkszereda). Ces logements exigus sont souvent terriblement humides. Leurs occupants ne disposent pas d’un accès suffisant à des toilettes, à des douches et à de l’eau salubre. Ils craignent que la proximité de la station d’épuration leur occasionne des problèmes de santé. Un quart environ des personnes concernées ont préféré construire des abris à côté de la décharge municipale.

Ces familles ont été chassées contre leur gré de leur domicile précédent. Les autorités n’ont pas respecté les garanties en matière d’expulsion prévues par le droit international. Les personnes concernées n’ont pas pu contester la décision d’expulsion et n’ont pas été consultées durant la procédure. En violation de la législation roumaine, aucune notification écrite et détaillée ne leur a été transmise suffisamment à l’avance.

Je suis très préoccupé·e par cette situation et vous demande, Monsieur le Maire, de consulter réellement les Roms qui vivent près de la station d’épuration de la rue Primaverii et ceux qui se sont installés près de la décharge, de trouver un lieu où les réinstaller et de fournir à tous ceux qui ont été expulsés un logement digne de ce nom.

Dans cette attente, je vous prie de croire, Monsieur le Maire, en l’expression de ma haute considération.