Le comité de soutien du lanceur d’alerte affirme que les personnels de la prison, où est détenu Assange, sont malades avec des symptômes de Covid-19. ©Alexandros Michailidis / shutterstock.com
Le comité de soutien du lanceur d’alerte affirme que les personnels de la prison, où est détenu Assange, sont malades avec des symptômes de Covid-19. ©Alexandros Michailidis / shutterstock.com

Grande-Bretagne La demande de libération de Julian Assange rappelle le risque de COVID-19 pour les détenus

27 mars 2020
Une demande de libération sous caution de Julian Assange a été déposée par ses avocats en début de semaine au motif qu'il est en danger imminent face à la propagation du COVID-19 au sein de la population carcérale. Si la justice britannique a refusé mercredi sa libération, ce cas met en lumière le risque de Coronavirus pour de nombreux détenus et prisonniers vulnérables.

Massimo Moratti, directeur adjoint des recherches pour l'Europe à Amnesty International, avait alors déclaré :

«À la lumière de la crise du coronavirus, les autorités britanniques doivent envisager sans délai de libérer certaines personnes actuellement placées en détention ou en prison, particulièrement celles qui sont le plus à risque face au virus.

«Il faut immédiatement étudier des alternatives à la détention pour les personnes âgées ou souffrant de pathologies sous-jacentes, si elles ne représentent pas une menace pour elles-mêmes ni pour la société, et mettre en œuvre la présomption de libération pour les personnes inculpées qui sont dans l'attente de leur procès.

«En outre, le gouvernement doit envisager de modifier les  directives en matière de peines afin de recommander des mesures non privatives de liberté pour les personnes reconnues coupables de délits mineurs.

«Réduire la population carcérale et le nombre de personnes dans les centres de détention est un moyen crucial de ralentir la propagation du COVID-19 et de maintenir les gens en sécurité.» Massimo Moratti, directeur adjoint des recherches pour l'Europe à Amnesty International

«Réduire la population carcérale et le nombre de personnes dans les centres de détention est un moyen crucial de ralentir la propagation du COVID-19 et de maintenir les gens en sécurité. S'il est établi que Julian Assange souffre d'une pathologie sous-jacente qui lui fait courir un risque, il devrait être immédiatement libéré sous caution, comme tous les détenus et prisonniers exposés à un tel risque qui ne représentent pas une menace pour la société.

«À celles et ceux qui demeurent incarcérés, le Royaume-Uni doit dispenser un niveau de soins médicaux qui réponde aux besoins de chaque personne et garantisse une protection maximale contre la propagation du COVID-19. »

Complément d’information

Les prestations générales de soins de santé aux prisonniers relèvent de la responsabilité de l'État. Les prisonniers doivent recevoir des soins médicaux de même qualité que ceux disponibles dans la société, y compris lorsqu'il s'agit de tester, prévenir et traiter le COVID-19.

Les conditions dans les prisons et les centres de détention britanniques sont inférieures à la norme. Il est impératif que des protocoles de santé et de sécurité soient mis en place afin de limiter les préjudices, tout en veillant à protéger les droits des détenus et des prisonniers.

Votre don les protège

De l’aide pour les enfants traumatisés par la guerre Votre don les protège