Si la justice britannique a refusé lundi l'extradition de Julian Assange vers les USA, elle a toutefois décidé de le maintenir en détention. © MIGUEL MEDINA/AFP via Getty Images
Si la justice britannique a refusé lundi l'extradition de Julian Assange vers les USA, elle a toutefois décidé de le maintenir en détention. © MIGUEL MEDINA/AFP via Getty Images

Royaume-Uni Julian Assange maintenu en détention arbitraire

Communiqué de presse publié le 6 janvier 2021, Londres/Genève. Contact du service de presse
La décision prise le 6 janvier 2021 par le Tribunal de première instance à Londres de rejeter la demande de libération sous caution de Julian Assange rend son maintien en détention arbitraire, estime Amnesty International.

«La décision prise aujourd'hui de rejeter la demande de libération sous caution de Julian Assange rend son maintien en détention arbitraire et aggrave le fait qu’il ait subit des conditions punitives depuis plus d’un an dans la prison de haute sécurité de Belmarsh», a déclaré Nils Muižnieks, directeur du programme Europe d'Amnesty International.

«Au lieu de rentrer enfin chez lui avec ses proches et de dormir dans son propre lit pour la première fois depuis près de dix ans, Julian Assange sera reconduit dans sa cellule d'isolement d’une prison de haute sécurité.» Nils Muižnieks, directeur du programme Europe d'Amnesty International

«Au lieu de rentrer enfin chez lui avec ses proches et de dormir dans son propre lit pour la première fois depuis près de dix ans, Julian Assange sera reconduit dans sa cellule d'isolement d’une prison de haute sécurité.»

Julian Assange est détenu depuis plus d'un an dans l'attente d'une décision sur son extradition vers les États-Unis. Lundi, une juge a décidé que l'extradition vers les États-Unis serait illégale. Le fait de ne pas lui accorder une libération sous caution après une si longue détention rend sa détention arbitraire.

Santé mentale à risque

Lundi, la juge a noté l'état de santé mentale désastreux d'Assange. Les risques pour sa santé sont en outre aggravés par la pandémie de Covid-19 en cours au Royaume-Uni.

«Julian Assange n'aurait jamais dû être emprisonné en vue de son extradition. Les accusations portées contre lui étaient politiquement motivées.  Le gouvernement britannique n'aurait jamais dû soutenir aussi docilement les États-Unis dans leur poursuite incessante d'Assange», a déclaré Nils Muižnieks.

«Le gouvernement américain se comporte comme s'il avait la compétence de poursuivre dans le monde entier toute personne qui reçoit et publie des informations sur des actes répréhensibles le concernant. La décision d'aujourd'hui semble destinée à envoyer un message selon lequel la justice britannique ne lui fera pas obstacle.»