Elena Milashina © Amnesty International
Elena Milashina © Amnesty International

Russie: Action lettre pour Elena Milachina Une journaliste en grand danger depuis des menaces de mort

Lettres contre l'oubli de juillet 2020
Le 13 avril, le président de la Tchétchénie Ramzan Kadyrov a publié sur Instagram une vidéo dans laquelle il menaçait de mort la journaliste russe Elena Milachina. Elena Milachina est en grand danger et les autorités russes doivent de toute urgence prendre des mesures pour veiller à sa sécurité.

Cette menace faisait suite à la publication d’un article du 12 avril de la journaliste à propos de la pandémie de COVID-19 en Tchétchénie. Cet article, intitulé «Mourir du coronavirus - un moindre mal. Quand, en Tchétchénie, les personnes infectées sont assimilées à des terroristes, les gens commencent à cacher qu’ils sont malades et meurent chez eux», a provoqué une réaction sans précédent de la part du président de la Tchétchénie, Ramzan Kadyrov.

Il a largement commenté l’article sur son compte Telegram et, plus inquiétant, a publié sur Instagram une vidéo dans laquelle il accusait Novaïa Gazeta et ses journalistes d’être des «pantins de l’Occident» et appelait directement le gouvernement russe et le Service fédéral de sécurité (FSB) à «arrêter ces non-humains qui écrivent et provoquent [son] peuple». Il déclarait dans sa vidéo: «Ça suffit! Si vous voulez qu’on commette un crime et qu’on devienne des criminels, allez-y, dites-le! L’un de nous endossera le poids de cette responsabilité et subira le châtiment prévu par la loi. Il ira en prison, puis il en sortira. N’essayez pas de nous transformer en criminels, en assassins...».

Elena Milachina est en grand danger et les autorités russes doivent de toute urgence prendre des mesures pour veiller à sa sécurité.

Veuillez écrire une lettre courtoise en russe, anglais ou français au Président de Russie:

PROPOSITION DE LETTRE et revendictions en français
(modèle de lettre en anglais voir tout en bas)

Monsieur le Président,

Je me permets de vous écrire afin de vous faire part de ma vive inquiétude concernant la menace de mort publiée sur Instagram par le président de la Tchétchénie, Ramzan Kadyrov, le 13 avril. Cette menace est adressée à une journaliste de Novaïa Gazeta, Elena Milachina, et a été proférée en réaction à l’article qu’elle a publié dans ce journal le 12 avril, dont le sujet était la réponse des autorités à la pandémie de COVID-19 en Tchétchénie. Dans son message, Ramzan Kadyrov accuse Novaïa Gazeta et ses journalistes d’être des «pantins de l’Occident» et appelle directement le gouvernement et le Service fédéral de sécurité (FSB) russes à «arrêter ces non-humains qui écrivent et provoquent [son] peuple». Il annonce que si les autorités russes n’agissent pas, quelqu’un en Tchétchénie devra commettre un crime pour réduire la journaliste au silence.

Le fait que l’attaché de presse présidentiel ait écarté ces menaces tout à fait réelles et graves en estimant qu’elles n’avaient «rien d’inhabituel» et qu’il s’agissait simplement d’une réaction «émotionnelle» qui serait «compréhensible dans une telle situation [la pandémie de COVID-19]», est également préoccupant. Le bureau du procureur général a en outre ordonné que l’article d’Elena Milachina soit dépublié du site internet de Novaïa Gazeta.

Cette situation me préoccupe beaucoup, et je vous appelle, en tant que chef de l’État et garant de la Constitution et des droits fondamentaux qui y sont inscrits, à condamner publiquement les menaces contre Elena Milachina, à prendre des mesures efficaces pour que cela ne se reproduise pas, et à garantir la sécurité de cette journaliste.
J’engage votre gouvernement à faire respecter le droit des journalistes d’enquêter et de rendre public le résultat de leurs investigations sur la pandémie de COVID-19 et sur la réponse des autorités à cette pandémie en Tchétchénie et dans les autres régions de la Fédération de Russie, et à protéger le droit à la liberté d’expression et d’information.

Dans cette attente, je vous prie de croire, Monsieur le Président, à l’expression de ma haute considération.


 

Crise de Corona: Info envois par poste

En raison de la crise de Corona, la distribution du courrier dans le monde est actuellement perturbée. La situation pouvant changer quotidiennement, veuillez vérifier sur le site Internet de la Poste Suisse si des lettres sont actuellement envoyées au pays de destination. Faute de quoi nous vous demandons d’envoyer votre lettre par e-mail, fax ou les médias sociaux (si disponibles) et/ou de l'envoyer via l'ambassade avec la demande de transmission à la personne désignée.

Adresser la lettre au président de Russie

Président de la Fédération de Russie
Vladimir Vladimirovitch Poutine
ul.Ilyinka, 23
Moscow, 103132
Fédération de Russie

E-mail, via:
http://en.letters.kremlin.ru/ (en anglais)
http://letters.kremlin.ru/letters/send (en russe)

Fax : +7 495 9102134
Twitter : @KremlinRussia

Formule d’appel : Dear President, / Monsieur le Président,
 

Copies à

Ambassade de la Fédération de Russie
Brunnadernrain 37
3006 Berne

Fax: 031 352 55 95
E-mail: rusbotschaft@bluewin.ch

 

Vous trouverez un modèle de lettre en français à la page 5
» du fichier Word ici
» du fichier PDF ici


Taxe postale: Europe: CHF 1.50 / autres pays: CHF 2.00

 


Model letter in english:

Dear Mr. President,

With grave concern I learned about the difficult situation of Elena Milashina.

Please urge the authorities to condemn the threats against Elena Milashina in public. Also see to it that such attacks will not be repeated and the journalist's safety is guaranteed.

Journalists should be free to investigate and write about the Covid-19 epidemic. This includes the right to investigate the Chechen or other Russian republics' reaction to the pandemic.

Please protect the right to freedom of expression and information.

Yours sincerely,