Certains prisonniers attendent leur libération depuis plusieurs années mais ils sont toujours détenus. © APGraphicsBank
Certains prisonniers attendent leur libération depuis plusieurs années mais ils sont toujours détenus. © APGraphicsBank

Détenus de Guantánamo Amnesty International espère un accueil humanitaire rapide en Suisse

La visite confirmée d’une délégation suisse à Guantánamo montre que l’accueil humanitaire de détenus est en bonne voie. Amnesty International espère que le Conseil fédéral va décider rapidement quelles personnes entrent en ligne de compte et prendre les mesures nécessaires pour leur transfert.

«Amnesty International salue les actions concrètes entreprises par les autorités suisses pour réaliser l’accueil humanitaire de détenus de Guantánamo», explique Manon Schick, porte-parole de la Section suisse d’Amnesty International. «Le Conseil fédéral doit maintenant décider rapidement quelles personnes entrent en ligne de compte pour une admission. Certains détenus attendent leur libération déjà depuis plus de sept ans.»

En janvier 2009, le Conseil fédéral avait déclaré être prêt à examiner la possibilité d’accueillir à titre humanitaire des détenus de Guantánamo. Amnesty International espère que la Suisse va suivre ces prochaines semaines l’exemple de la France, du Royaume-Uni et du Portugal et permettre à quelques ex-détenus de vivre dans la sécurité et la dignité.

Les personnes qui entrent en ligne de compte pour une admission humanitaire n’ont selon les Etats-Unis pas de lien avec des organisations terroristes. Elles ont été arrêtées arbitrairement, parce qu’elles étaient au mauvais endroit au mauvais moment. Les Etats-Unis veulent libérer ces hommes parce qu’ils ne représentent pas de risque de sécurité.

Sans une admission par des Etats tiers, les prisonniers resteront en détention. Comme ces hommes ont été soupçonnés d’être des terroristes, ils ne peuvent rentrer dans leur pays d’origine, car ils y risqueraient à nouveau la torture et la prison. Ils sont originaires d’Algérie, de Chine, d’Irak, de Libye, de Russie, de Somalie, de Syrie, du Tadjikistan, de Tunisie et d’Ouzbékistan.

L’Office fédéral des migrations a refusé en novembre 2008 la demande d’asile de trois détenus de Guantánamo de Libye, d’Algérie et d’un Ouïghour de Chine. Amnesty International soutient un recours pendant devant le Tribunal fédéral administratif contre cette décision.

Communiqué de presse publié le 20 septembre 2009, Lausanne.
» Contact du service de presse

Merci pour votre don

Votre engagement est notre force. Merci pour votre don