Votation sur l'initiative anti-minarets Consternation après l'acceptation de l'initiative discriminatoire

Amnesty International se déclare consternée par l'acceptation par la population suisse de l'initiative anti-minarets. L'interdiction totale de construire des minarets représente une violation de la liberté de religion, incompatible avec les conventions signées par la Suisse.

«C'est consternant!», a réagi Daniel Bolomey, Secrétaire général de la Section suisse d'Amnesty International. «Tant le Conseil fédéral que le Parlement ont pris un risque immense en refusant d'invalider cette initiative. Aujourd'hui, ils vont devoir gérer les conséquences de cette décision incompatible avec les conventions signées par notre pays.»

L'organisation appelait à voter non à l'initiative qu'elle considérait comme discriminatoire et anticonstitutionnelle. «Les initiants ont malheureusement réussi à exploiter les craintes envers l'islam et à attiser les sentiments xénophobes; c'est regrettable», a ajouté Daniel Bolomey. «En plus, cette initiative sera inapplicable, puisque tant le Tribunal fédéral que la Cour européenne des droits de l'homme auront l'obligation d'invalider une interdiction de construire un minaret.»

Amnesty International continuera à travailler à l'avenir contre toute discrimination d'une communauté religieuse, contre le racisme et la xénophobie, et en faveur de l'égalité des droits pour toutes les personnes vivant en Suisse.

 

Communiqué de presse publié le 29 novembre 2009, Berne / Lausanne.
Contact du service de presse

Merci pour votre don

Votre engagement est notre force. Merci pour votre don