© AFP/Getty Images
© AFP/Getty Images

Turquie 200 000 personnes demandent au président Erdogan de respecter les droits humains

29 août 2016
Plus de 200 000 signatures exigeant le respect des droits humains en Turquie ont été déposées dans diverses ambassades turques du monde le 29 août 2016.

Amnesty Internationale condamne fermement la tentative de coup d’Etat sanglante du 15 juillet qui a engendré la mort de plus de 200 personnes, et exige que les responsables soient traduits en justice. Cependant, depuis ce putsch avorté, la répression s’est gravement exacerbée en Turquie et cible actuellement des membres de la société civile, sans qu’aucune preuve ne les lie aux putschistes.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : depuis le 15 juillet 40 029 personnes ont été arrêtées, 84 914 personnes de la fonction publique ont été démises de leurs fonctions, notamment de nombreux enseignants, des policiers, des juges et des procureurs. 35 hôpitaux, 1000 écoles, 15 universités et 19 syndicats ont été fermés (état au 17 août 2016). Un climat de peur s’est installé dans le pays.

Grâce à ses recherches, Amnesty International a pu dénoncer des actes de torture commis au sein des centres de détention officiels et non-officiels turcs. Les enquêtes font aussi état de disparitions forcées et d’arrestations arbitraires.

Face à cette situation extrêmement préoccupante, plus de 200 000 personnes se sont mobilisées pour demander au Président Erdogan de respecter les droits humains, de garantir des procédures judiciaires équitables, de ne pas abuser de l’état d’urgence pour réprimer les critiques pacifiques à l’égard du gouvernement, et enfin, de mettre un terme à la purge de la société civile.